La mesure prise par le chef de l’état qui consiste à planter des arbres comme condition liée à la délivrance du permis de construire est à saluer.
C’est au regard de cette culture du mépris des décisions de l’état que le président de la République doit confier à des instances plus fiables le suivi et le contrôle de cette opération quand un permis de construire est délivré. Par ailleurs, très peu de sénégalais ont la culture du permis de construire.

Je souhaite vivement que le chef de l’état prenne une autre mesure capitale qui consiste à avoir une autorisation délivrée par les eaux et forêts ( un corps paramilitaire ) pour faire abattre un baobab sur le territoire national.
Que le commandement territoriale et les chefs de villages assurent une posture de veille et de contrôle.

Le baobab doit être protégé. Nous avons vu des images terrifiantes et inoubliables de baobabs abattus sauvagement dans le conflit des terres à Ndingler.
Il est temps de sauver notre écosystème et d’exiger l’implantation de bois de ville dans notre capitale Dakar, nos capitales régionales et border également les grandes avenues d’arbres.

Dr Mohamed Diallo
Président du parti URV
Petit Berger au service de la nation

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here