«Quiconque devient prince par l’aide du peuple, le doit toujours maintenir en amitié, ce qui lui sera bien facile à faire, le peuple ne demande autre chose sinon n’être opprimé>> Machiavel.
On me dira que le contexte ne sied pas pour critiquer mais je pense que la vérité ne suit pas la logique de crise.Si nous remontons au caractère paradoxal des bourses familiales, nous voyons se dessiner dés l’entame les inégalitès. Notre gouvernement avait utilisé le »mal » politique sur les bourses familiales en engraissant ses élites et assurant du pâturage à son électorat. L’Etat n’avait pas prévu le déchiffrement des événements dans l’avenir d’où l’incompréhension  de la distribution des denrées et le manque d’infrastructures sanitaires tenant pas compte des réalités que cachent les acteurs à la base. Des responsables à la base qui n’hésitent pas à léser un pauvre citoyen qui n’est pas dans le même parti qu’eux. C’est ce à quoi nous assistons au sénégal en général. Nous pouvons prendre l’exemple de Rufisque en particulier. A traverrs Rufisque vous pouvez comprendre qu’en politique l’homme peut se salir les mains avec tout ce que cela comporte d’immoral et d’injustice. On peut appeler cette méchanceté »Méconnaissance de la politique  » une fois qu’elle s’exerce par nécessité de vengeance contre un citoyen qui son seul tort est de faire un choix électoral différent du vôtre.Oui au Sénégal la distribution des bourses familiales est inégale et partisane parce qu’étant faite par des politiques rancuniers du parti au pouvoir qui gardent jusqu’à présent le non alignement de certains.L’exemple de  Rufisque nord et Pikine Ouest avec respectivement une population de 97729? hbts, 6748 ménages vont bénéfier de l’aide alimentaire liée aux effets de la pandémie et Pikine Ouest avec une population de 55371? hbts, 3447? ménages vont bénéfier de l’aide alimentaire. le reste espérant faire partie du quota des 40749 ménages qui restent. Si par manque de vigilance il n’existe pas un contrôle citoyen on pourrait assister à nouveau à une distribution disproportionnée. Il serait injuste pour moi de critiquer sans apporter une proposition de solutions.Toujours prenant exemple du cas de Rufisque.Félicitations aux donateurs mais l’erreur à Rufisque est du à la précipitation de nos autorités locales et des adversaires du maire sous la vague de participations comme une course contre la montre. Oui le paraître de nos gouvernants locaux et des politiciens qui ont une vue sur les prochaines échéances est la cause actuelle. Ce qui frise le ridicule est le comportement de certains militants(opposants du maire) qui politisent même les dons en jouant sur l’orde de classement des donteurs allant jusqu’à l’encontre du bon sens ou de la normalité. La mairie ville de Rufisque qui décaisse des millions en vivre et participe à hauteur de 30 millions. Faut rappeler que la participation de la mairie ville est reçue par les personnes dites diminues »ciblées » qui bénéficieront de l’aide alimentaire de l’Etat au même moment où une autre partie de la population souffre en silence sans bénéficier ni de la municipalité ni de  l’Etat. Au même moment le maire de Dakar sacré cœur montre une autre voie plus efficiente en optant pour une stratégie salutaire et exemplaire  dotant aux habitants de sa commune des denrées. Me dira t-on  que comparaison n’est pas raison mais la précipitation conduit le plus souvent à l’erreur. Attention à ne pas centraliser tout sur le préfet parce qu’on risque de politiser l’urgence sanitaire en prenant des individus qui n’excellent ni dans le domaine de crise sanitaire ni dans la gestion d’urgence. Toutes les mairies et les CA devraient réflechir sur une maniére d’aider l’autre partie de la population qui ne bénéficie d’aucune aide en décaissant un fond spécial pour eux.

Pape Babacar Paye .

Urgences Panafricanistes Senegal

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here