Près de 48 heures après la décision du Chef de l’État de surseoir à la réouverture scolaire tant convoitée du pouvoir politique, la section de l’Union Démocratique des Enseignant(e)s (UDEN) s’est prononcée sur la situation. À l’intérieur des locaux de l’école 1 de Louga où les camarades du Secrétaire Général National de l’UDEN Abdourakhmane GUEYE se sont adressés à la presse, très remontés contre le gouvernement qu’ils accusent de responsable dans tout ce qui est arrivé et arrivera aux protagonistes du système éducatif en première ligne desquels les enseignants, ils n’ont rien laissé en rade. Ainsi, selon le Secrétaire Général de la section UDEN de Louga Samba NDIAYE, «Les positions que nous révélons ici sont consensuelles. Ainsi l’ensemble des camarades de Louga se sont joints à nous pour souligner les nombreux manquements graves qui ont jalonné tout ce processus allant de l’embarcation des enseignants du terminus de Liberté 6 à leurs destinations respectives. C’est à Dakar, l’épicentre du coronavirus, où tout a été faussé dès le départ. Comment peut-on concevoir que des milliers d’individus aient été priés de  se rassembler dans cet espace trop exigu où des contaminations auraient été trop plausibles? À cela s’ajoutent des conditions de voyages catastrophiques qui auraient été à l’origine de la contamination de collègues. Et ce n’est pas tout. Car, une fois à leurs destinations, beaucoup de nos collègues, pour ne pas dire tous, sont l’objet de stigmatisations sans précédent. Cela est antisocial et anti-pédagogique. Largement suffisant pour rompre le contrat tacite de confiance entre l’éducateur et son milieu social».
Au sujet du protocole sanitaire, Mama FALL accuse: «La surprise du Ministre de l’Éducation aurait été grande, lui qui, radicalement, avait exigé derechef que tout manquement du protocole sanitaire de reprise, si minime soit-il, est rédhibitoire à la réouverture des classes. Au niveau de notre section, nous avons pu faire une tournée pour nous rendre compte de visu des nombreux manquement audit protocole». Notre interlocuteur, qui avait autour de lui ses camarades du bureau Syndical de Section (BSS) Mama FALL et Cie, a conclu ses propos en mettant devant ses responsabilités le gouvernement en ces termes: «Le gouvernement est tenu pour responsable à toute éventuelle dégradation de la santé de nos collègues par ce déplacement finalement inutile dans des conditions calamiteuses».

LOUGAWEBMEDIAS.COM

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here