Comment comprendre cet homme ? Avant sa victoire, entre les deux tours de l’élection
présidentielle de 2012, et juste après, le politicien Macky Sall a galvanisé presque tout un
peuple et a réussi à susciter l’adhésion et l’enthousiasme de différentes composantes de la
population en martelant partout que le progrès n’est pas seulement souhaitable, mais il est
possible voire à portée de main pour les autorités, lui en l’occurrence, qui ont une haute
idée de leur mission au service exclusif du peuple. Il nous enjoignait de croire que ce
sursaut, c’est maintenant et que désormais la responsabilité et la redevabilité doivent être au cours de l’Action de n’importe quel agent de l’état qui gère de manière directe ou indirecte les deniers publics.
Aujourd’hui, plus qu’hier, à vrai dire et en toute honnêteté, je suis troublé après la lecture
du texte de Macky Sall et me demande vraiment quel homme nous avons porté à la tête du
pays. . Est ce qu’il se prend vraiment au sérieux pour oser étaler une série de mesures pour aider le Sénégal en particulier et les autres pays africains à lutter efficacement contre le Coronavirus comme s’il ne savait pas que rien n’a été fait depuis qu’il est à la tête du pays
pour doter nos structures sanitaires d’équipements médicaux de qualité et en nombre
suffisant ?
N’avait- il pas promis à nos compatriotes en 2016, lors de son discours à la nation, la
construction d’hôpitaux modernes à Touba, Kédougou, Kaffrine, Sedhiou ? Aujourd’hui,
nous n’avons rien vu qui ressemble à ça ou qui s’en approche. Par contre, s’agissant de
Touba, des suspicions de détournement de plusieurs milliards de francs CFA ont été
relayées par certaines personnes et à ce jour aucune enquête du parquet ou l’ouverture
d’une information judiciaire en vue de clarifier la situation. Une omerta totale. Qui cherche t –
on à protéger ? Et nos deniers publics, pour quelle raison doivent ils se retrouver dans les
poches de certaines autorités ?
Ces milliards, s’ils étaient utilisés de manière efficiente, pouvaient permettre d’accueillir à
Touba même, en cette période de crise sanitaire grave, dans les conditions idoines en
matière de prise en charge des malades du covid 19 et au delà de toute la région dans les
meilleures conditions. Que vaut, maintenant Macky Sall, votre envie soudaine de revoir les
priorités après huit ans de gestion pour pour le moins chaotique du pays ? Nos compatriotes
apprécieront votre sortie catastrophique, qui au demeurant, nous jette à la figue
l’irresponsabilité dont vous faites preuve depuis le début de votre magistrature à la tête du
pays. Depuis, tout ce temps, vous n’avez pas jugé nécessaire d’investir massivement dans
les soins de santé publique. La pandémie du Coronavirus vous renvoie à vos obligations et
à votre responsabilité. Vous faites pitié Macky Sall. Cette mise en scène ne vous honore
pas. Tout au plus, elle dévoile de manière précise votre faillite personnelle parce que vous
n’avez pas su mettre en avant la satisfaction des besoins primaires de nos compatriotes :
un système de santé performant et accessible à l’ensemble du corps social sénégalais.
Maintenant que l’heure est grave, vu la progression rapide du Coronavirus au Sénégal et
ailleurs en Afrique, vous prenez votre bâton de pèlerin pour indiquer à vos autres confrères
les mesures et le chemin à prendre pour permettre à l’Afrique de sortir sa tête de l’eau afin

de se prémunir du déluge. Les solutions que vous préconisez, ressemblent à bien des
égards à des soins palliatifs en vue de contenir la vague et de minimiser les dégâts. Ces
solutions n’existaient – elles pas avant ? Si, nos pays en particulier le Sénégal n’étaient pas
touchés par cette pandémie du Coronavirus, vous ne sonnerez sûrement pas l’alerte qu’il
faille s’occuper de manière résolue à la santé, à l’éducation, à la formation de nos jeunes, à
l’emploi, à une politique d’industrialisation significative et performante, à l’agriculture et
encore tellement que les chantiers de redressement voire de relance sont hélas nombreux
sur le temps d’un mandat. Mais, Macky Sall, le Sénégal ne va se s’arrêter après votre départ
de manière inéluctable à la tête du pays, même s’il vous était permis mille et une autre vie à
Doumbélane.
Aujourd’hui, vous vous étonnez Macky Sall que nous autres africains, avons du mal à nous
approvisionner en kits de protection, en gel, en gants, en masques médicaux etc. … et
qu’est- ce- que vous avez fait au juste depuis 2012 pour nous préparer à faire face aux
dangers de ce virus dévastateur et à d’autres catastrophiques, qui nécessitent pour le
moins, de protection à travers des structures hospitalières de qualité et un personnel
médical performant et motivé. Mais, Macky Sall, le mal est déjà fait. Il ne fallait pas surtout
pas attendre que cette catastrophe sanitaire de grande envergure se prépare à secouer le
pays de toute part pour retrouver soudain l’ingéniosité des hommes’ d’Etat à tracer les
lignes voire à mettre en exergue des politiques structures inclusives pour entamer le
processus de transformation de toute la société sénégalaise. Malgré tous les appels de nos
compatriotes de revoir l’ordre des priorités, votre gouvernement a maintenu le cap en s’
activant davantage dans la réalisation de projets non structurants pour l’économie nationale.
Hélas Macky Sall, votre vision futuriste d’un Sénégal Emergent qui s’arrête à Diamniadio
montre les limites et les insuffisances de votre gestion du pouvoir. Aujourd’hui, les masques
tombent et les chants laudateurs de vos thuriféraires zélés n’ont plus de saveur et ne portent
plus loin. Cette crise sanitaire montre avec clairvoyance que le plan Sénégal Émergent que
vous nous avez vendu n’était en fait que du pipeau, un mirage pour les esprits naïfs très vite
obnubilés par le côté flamboyant de certaines infrastructures routières. Votre Sénégal
Émergent se réduit principalement à l’autoroute ILLA TOUBA, au centre international de
Conférences Abdou Diouf, à l’Arène national , à Dakar Arena, au futur Stade Olympique
dans un pays de trous à rats où tout est urgence même la satisfaction des besoins
primaires de la majorité de la population voire les conditions ou les prouesses de survie de
nos concitoyens qui sont visibles partout et à chaque coin de rue. Des milliards de francs
CFA engloutis dans ces projets de prestige qui n’engendrent que des profits aux sociétés
étrangères qui les exploitent et le plus souvent avec cupidité sur le dos de nos compatriotes,
ou tout au plus, à la satisfaction voire à la gloire de Macky Sall, roi de la cour de Benno
Bokk Yaakar.
Nous sommes à l’heure d’une course contre la montre. Nos dirigeants, vous en premier, par
négligence, par irresponsabilité ou par une faiblesse coupable, n’ont jamais pris en compte
l’ampleur de l’état de délabrement de nos structures sanitaires. Combien de fois, nos
compatriotes les plus’ démunis se voient renvoyés de ces mouroirs faisant office de
structures sanitaires publiques, faute de moyens ou de pénurie de matériels de première
nécessité, Vous étiez où Macky Sall en Patagonie ou dans les lambris dorées du palais
comme ce fameux roi de cour qui se targue d’être un lion qui dort alors que son peuple

souffre au plus profond de sa chair et à du mal à se soigner et à soigner ses membres les
plus vulnérables.
Aujourd’hui, le réveil semble brutal pour Macky Sall, un lion qui dort et qui ne sait plus quoi
faire que de discourir à longueur de journée ou de recevoir politiciens professionnels,
activistes, marabouts, membres de la société civile, communicateurs traditionnels et autres
troubadours. Les discours sont derrière nous. C’est le temps de l’Action et uniquement de
l’Action. Pendant, huit longues années, nos autres sénégalais, avions écouté et bu à satiété
vos promesses et au final, un pays qui n’a que quelques dizaines de lits de réanimation pour
les cas les plus sévères du Coronavirus. De grâce Macky Sall, passez à autre chose. Ce
n’est pas le temps de jouer au bon samaritain en vous faufilant dans les rangs pour vous
arroger une place de leadership ( la trouvaille d’un autre et ancien adversaire politique
de Macky Sall dans une autre tribune pour le magnifier : Macky Sall, le héraut de
l’Afrique de Cissé Kane Ndao ) dans le concert des nations africaines au moment où
d’autres présidents du continent à l’image de Paul Kagame du Rwanda tirent leurs pays vers
le haut sans trompettes ni tambours. Ils n’ont que le travail et la volonté comme moyens
d’action pour avancer. C’est peu, mais, c’est beaucoup pour les autorités qui veulent
substantiellement transformer leur pays et offrir à ses habitants une vie décente.
Vous le savez sans doute Macky Sall, la quasi totalité du pays se débrouille au quotidien
pour survivre dans la dignité et compte uniquement sur leurs capacités de résilience même
dérisoires pour tenir le cap de la persévérance dans l’effort. Ces pères et mères, ces jeunes
n’attendent rien de vous. Ils savent que tout compte fait, ils ne rentrent pas dans vos
priorités. Pendant huit longues années de gestion sombre et nauséabonde de nos
ressources et potentialités économiques, vous avez préfère servir d’abord et toujours les
intérêts de vos maîtres français. Le peuple, qui vous a donné l’insigne honneur de présider à
sa destinée, est méprisé et vous vous étonnez encore une fois de plus de la modeste
contribution voire insignifiante du secteur privé national dans l’effort de guerre qui est
demandé à l’ensemble du corps social sénégalais pour lutter efficacement contre le
Coronavirus. Les marchés publics sont octroyés aux sociétés étrangères et très souvent
dans des conditions nébuleuses et au détriment de la protection de l’intérêt général.
Il vous a fallu user d’une contrainte peu recommandable pour un homme vertueux, loyal
voire d’une menace de sévir pour que certains de nos capitaines d’industrie sortent du bois
et mettent à votre disposition des montants d’argent beaucoup plus importants. Et pourtant,
vous n’avez rien fait pour accompagner le secteur privé national. Certains, par peur, ont
cédé, osons lâcher le mot, de votre chantage, une autre forme de racket institutionnalisé
dans nos Républiques bananières où le prince peut s’arroger tous les droits même les plus
infâmes qui heurtent la morale. Mais, que penser, si cette autorité n’a pas de vertus voire si
au contraire, elle préfère les piétiner à loisir que de les mettre en application ? C’est tout
notre drame au Sénégal avec Macky Sall. J’ose à peine vous recommander la lecture de
l’Apologie de Socrate. Il est un excellent moyen de s’entretenir avec soi – même dans un
tête à tête lucide et responsable avec sa conscience….
Mais, ce n’est pas tout Macky Sall. Plus on analyse en profondeur et en toute objectivité
votre texte, on se rend compte que vous vous accordez une certaine liberté et ce à dessein
en vue de manipuler davantage l’opinion sénégalaise voire africaine pour espérer en récolter

une adhésion.Une autre manipulation de trop encore Macky Sall. Les situations de crise
sanitaire que traversent l’Europe et l’Amérique ne sont pas le résultat d’un manque
d’hôpitaux de qualité ni d’un personnel médical pas assez performant, ils se sont vite
trouvés débordés par l’arrivée massive de patients en un temps record. .Dans chaque
service, en temps normal. Ils n’éprouvent jamais.les mêmes difficultés que le Sénégal pour
traiter les malades et quelles que soient les pathologies dont ils souffrent. Chez nous,
Macky Sall, nos hôpitaux ont du mal à soulager voire traiter nos compatriotes qui souffrent
d’ insuffisance rénale, de diabète. De cancer et encore beaucoup de maladies plus bénignes.
Il faut savoir raison garder Macky Sall. Les situations ne sont pas identiques. Et tant mieux
pour nous puisque nous ne connaissons pas les longs cortège de camions transportant des
dépouilles. Il.ne faut surfer sur cette vague pour amadouer nos compatriotes. Malgré leur
immense moyens, ils subissent durement le choc parce qu’ils n’ont pas pu venir la menace
pour prendre leurs dispositions ou à tout le moins qu’ils ont minimisé le danger réel du
Coronavirus sur la santé de leurs concitoyens. Et depuis, les autorités ne dorment plus et
sont au avant poste pour lutter contre la pandémie parce qu’ elles sont persuadées, une fois
que la pandémie sera derrière elles, de devoir rendre des comptes et de situer la
responsabilité des uns et des autres sur les carences voire les limites de l’action des
responsables gouvernementaux. Aujourd’hui, elles sont dans le champ de l’action, de l’effort
et du soutien de tous les secteurs d’activités.. Elles font face à leurs responsabilités même si
certaines ont accusé un retard avant de prendre conscience de l’ampleur du désastre.. Elles
s épargnent des discours puériles. et sont dans le temps de l’action.
Contrairement à vous , même si les économies occidentales sont au centre des places,
boursières, elles sont encore ancrées dans le réel avec des entreprises qui tournent et qui
trouvent des débouchés et ce même si la concurrence et le libre échange, des réalités et
non des chimères compliquent la tâche pour certains Etats européens. IAu demeurant, ils
s’appuient sur leurs ressortissants et de leur expertise pour relever les défis de la
mondialisation.
Par ailleurs, Macky Sall, le.nouvel ordre mondial que vous souhaitez voir le jour après la
pandémie et du rôle majeur du continent Africain au rendez vous de l’Universel, je crains
qu’il se fasse toujours derrière le dos de certains peuples africains et de leurs dirigeants qui
ne veulent pas encore s’affranchir de la servitude qui empêche, en vérité l’Afrique
d’avancer et de prendre son destin en main.
Que croyez vous Macky Sall, après votre grille de lecture que la situation du Sénégal et de l’
Afrique de manière générale va changer ? Non. Macky Sall ! Descendez sur terre et prenez
vos responsabilités. Rien ne changera pour nous autres tant que vous nourrissez et
entretenez cette relation de dirigeants soumis aux moindres desiderata aux autorités
françaises. Pourquoi trainez vous encore ce complexe d’infériorité ldz l’occidental.que rien
ne saurait justifier ?

Votre plaidoirie pour l’annulation de la dette publique africaine est un autre moyen pour
couvrir votre gestion désastreuse du pays. Pourtant, lorsqu’il était question de rejoindre les
bords de la Seine en compagnie de toute la République pour lever des fonds au club de
Paris pour financer votre rêve le Senegal Emergent, vous louez à l’époque la capacité du
pays à jongler avec le.plafond de la dette publique. Aujourd’hui que les caisses de l’État sont
vides, vous suppliez nos partenaires au développement de nous tendre la perche et de vous
sauver de la chute. Je suis contre une annulation pure et simple de la dette publique des
pays africains. Certains de mes concitoyens s’en offusqueront et ne vont pas manquer de
douter de mon patriotisme. C’est à la fois très simple voire affligeant de dilapider ou de
détourner toute honte bue des milliers de milliards de francs CFA et profiter de la pandémie
pour demander mieux quémander à nos partenaires au développement de passer l’ éponge.
Et après ce.discours aux contour misérabiliste, il ne faut pas s’étonner Macky Sall que les
autres puissent avoir un regard condescendant sur nous autres africains. On peut s’en
indigner, mais vous et les hommes de votre acabit leur facilitent grandement la tâche.
Au delà de.ces protestations et autres indignations sélectives, il faut hélas revenir à la
morale politique que nous avons le devoir de tirer de l’oeuvre d’Albert Camus comme l’a
rappelé votre porte – parole, l’ancien journaliste Abdou Latif Coulibaly dans sa contribution
intitulée : “ L’inconscient néocolonial mais dont il se garde de tirer les enseignements et les
conséquences pour ne pas vous frustrer Et pourtant, c’était net et précis ce qu’il suggérait.
C’était lourd de sens et de portée “ Un point, c’est tout “, mais l’intellectuel a préféré suivre
la vague des autres thuriféraires zélés pour ne pas perdre ses privilèges que de vous asséner
ses “ vérités “ même tronquées.
Et c’est un autre malheur pour le Sénégal et sans doute le plus grand d’assister de manière
frénétique au volte face d’une partie de son élite, qui voit le danger arriver, mais qui refuse
de dire au Commandant de bord qu’il se dirige droit au mur avec des conséquences
incalculables à force de manoeuvres dangereuses et maladroites pour le navire.

[email protected]

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here