Si la première manifestation du 5 Juin dernier avait abouti à la fin de la crise scolaire au Mali, celle du 19 juin aurait provoqué (la confirmation officielle tardant à tomber) la démission de quatre membres de la Cour  constitutionnelle.

Il s’agit de Mme Fatoumata Diall, de Mahamadou Boiré, de M’Père Diarra  et de Zoumana Moussa Cissé.

La dissolution de la cour constitutionnelle ainsi que celle de l’Assemblée Nationale (cette dernière venant  à peine d’être renouvelée)sont préconisées par plusieurs observateurs, acteurs politiques et membres de la société, comme préalables à  la sortie d’une crise socio-politique du Mali sous fond de revendications politiques et du constat de l’échec de  l’Etat à regagner le Nord et à préserver les populations du centre de pogroms inter-ethniques.

Les 9 membres de la Cour constitutionnelle sont nommés pour 7 ans renouvelables. D’aucuns estiment que la démission du groupe des quatre ajoutée au décès de Modibo Tounty GUINDO, le 4 juin 2020, paralysera l’instance  qui évoluera faute de quorum.

En attendant, les contestataires du mouvement du 5 juin, regroupant des sympathisants(M5-RFP) de l’imam Mahmoud Dicko, exigent la démission du président IBK.

Financialafrik

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here