Après une sixième nuit de troubles aux Etats-Unis, provoqués par la mort d’un Afro-Américain de 46 ans, George Floyd, aux mains d’un policier blanc, Barack Obama a publié ce lundi 1er juin une longue tribune sur le site Medium, appelant à «faire de ce moment le tournant d’un véritable changement».

Pour cela, l’ancien président américain, en poste à la Maison Blanche de 2009 à 2017, invite la «nouvelle génération d’activistes» à ne pas négliger la politique. «Si nous voulons apporter un vrai changement, alors le choix n’est pas entre la protestation et la politique. Nous devons faire les deux», explique-t-il dans une tribune partagée sur la plate-forme Medium, spécialisée dans la publication de textes longs.

En effet, rappelle-t-il, si «tout au long de l’histoire américaine, ce n’est souvent qu’en réponse à des protestations et à la désobéissance civile que le système politique a prêté attention aux communautés marginalisées», ces «aspirations doivent être traduites en lois et pratiques institutionnelles spécifiques». «Et dans une démocratie, cela ne se produit que lorsque nous élisons des fonctionnaires qui répondent à nos demandes», souligne le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis.

D’où l’importance du vote selon Barack Obama. Mais pas n’importe lequel. «Quand nous pensons à la politique, beaucoup d’entre nous nous concentrons uniquement sur la présidence et le gouvernement fédéral», observe-t-il. «Mais les élus qui comptent le plus dans la réforme des services de police et du système de justice pénale travaillent aux niveaux des Etats et au niveau local», précise-t-il.

«CANALISER NOTRE COLÈRE JUSTIFIÉE VERS UNE ACTION PACIFIQUE»

«Malheureusement, le taux de participation à ces élections locales est généralement pitoyablement bas, en particulier chez les jeunes», regrette-t-il, appelant les Américains à voter davantage, mais également à être forces de propositions. «Plus nous pourrons formuler des demandes précises de justice pénale et de réforme de la police, plus il sera difficile pour les élus de simplement offrir une réponse à cette crise, puis de se remettre au travail comme d’habitude une fois que les manifestations auront disparu», juge le 44e président des Etats-Unis. 

Malgré la grave crise sociale et les divisions qui fracturent le pays, Barack Obama se veut optimiste pour la suite. «Regarder l’activisme accru des jeunes ces dernières semaines (…) me donne de l’espoir. Si, à l’avenir, nous pouvons canaliser notre colère justifiée vers une action pacifique, soutenue et efficace, alors ce moment peut être un véritable tournant dans le long voyage de notre nation vers des idéaux plus élevés.»

Un vrai manifeste politique, pour celui qui, par sa présence médiatique depuis plusieurs semaines, joue le rôle de vice-président officieux de Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle de novembre prochain face à Donald Trump. 

Cnews

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here