Le Directeur de Timbuktu Institute a rendu publique hier une tribune sur Lemonde.fr, dans laquelle il aligne des propos très équivoques pour ne pas dire extrêmement tendancieux contre ceux qui ont fait le choix de la réouverture des mosquées au Sénégal. En lisant ces lignes, je n’ai pas reconnu un seul instant celui qui se présentait jusque-là comme un des défenseurs de l’héritage soufi. Les gens ont certes le droit de changer, mais l’on a plutôt le sentiment, en lisant ce fameux texte, que le nouveau défenseur du salafisme cherche en même temps à plaire aux factions laïcistes, quitte à s’engager sur une pente inter-confrérique très glissante. Ce numéro d’équilibriste est très dange

Quand je me suis alors offusqué d’un tel papier, certains m’ont écrit pour m’inviter au calme, estimant que je devais appeler directement l’auteur pour lui exprimer mon sentiment dans le « soutoura ». De qui se moque-t-on ?

Je ne le ferai pas, car j’estime que M. Sambe sait très bien ce qu’il fait. S’il a pu écrire cette tribune, c’est parce qu’il est capable – je l’espère – d’en assumer l’intégralité. Le débat doit donc s’instaurer et les désaccords exprimés en public. Ce papier n’a sûrement pas été publié pour que les lecteurs communiquent leurs remarques en privé. Il faut être sérieux une seconde !

Ceux qui me demandent de ne pas alimenter la polémique ou d’envoyer un message personnel à l’auteur devraient plutôt se rapprocher de ce dernier pour l’interroger sur ses réelles motivations. À qui cherche-t-il à plaire quand il écrit que « le salafisme wahhabite n’a pas le monopole de l’extrémisme et se montre même parfois plus empreint de « modernité » et d’ouverture sur beaucoup de questions comme l’illustre leur position plus conciliante sur la fermeture des mosquées, admise en tant que mesure d’hygiène ? »

Il convient de rappeler que ceux qui ont ré-ouvert les mosquées de même que ceux qui ont décidé d’en maintenir la fermeture sont d’égale dignité dans ce pays. Ils ont tous des arguments recevables, qu’il faut leur concéder. Que chacun respecte le choix de l’autre. Écrire une tribune pour s’attaquer gratuitement à une partie de la population est une démarche dangereuse, dont M. Sambe aurait pu faire l’économie dans ce contexte de forte tension sociale.

La responsabilité de cette polémique est donc imputable à celui qui, le premier, a pris sa plume pour dénigrer, pointer du doigt une partie des Sénégalais tout en caressant d’autres dans le sens du poil. Cette tactique de division est à dénoncer avec la dernière énergie. Si des remontrances doivent être émises, c’est donc à l’auteur qu’il faudrait les adresser et non à ceux qui lui apportent la réplique ou qui s’offusquent de ses propos inacceptables.

Si le chercheur veut s’attirer les grâces de je ne sais quels bailleurs, il en a parfaitement le droit. Il n’a en revanche pas le droit d’engager notre pays sur une pente aussi glissante avec en lame de fond le sentiment confrérique. Nous n’avons pas besoin de cela !

Waxtaan wax dëgg thia la ! Wa Salaam !

Seydina Omar Ba

2 Commentaires

  1. « Il convient de rappeler que ceux qui ont ré-ouvert les mosquées de même que ceux qui ont décidé d’en maintenir la fermeture sont d’égale dignité dans ce pays. Ils ont tous des arguments recevables, qu’il faut leur concéder.  »
    Non désolé ceux qui ont ouvert les mosquées n’ont aucun argument recevable à part une surenchère et une démagogie. A moins que ça ne soit pour le compte d’un énième bataille idéologique.
    La maladie est tjrs là. Elle gagne du terrain. Les morts s’accumulent. Les activités sont à l’arrêt. La seul solution était de respecter les consignes édictés par les autorités pour vaincre cette maladie. Non on laisse de coter les recommandations du prophète pour être plus royaliste que le roi.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here