XALIMANEWS- Le rapport de l’Inspection générale  d’État révèle une nébuleuse a décelé en ce qui concerne le recrutement d’agents de santé dans les établissements publics sanitaires.
 Il s’agit d’un nombre important d’irrégularités sur les conditions de recrutement, ainsi que la gestion des différentes catégories de personnel.
 
Dans le rapport, l’Inspection Générale d’Etat fait état de nombre de structures de santé ou des recrutements sont effectués sans création préalable de postes budgétaires. Avec l’application de statuts et de grilles salariales disparates, facteurs de conflits sociaux.

La note de souligner le fonctionnement d’un personnel communautaire, soumis par des contrats à durée déterminée, sur une longue période. Ce qui, selon l’institution, ne respecte pas les dispositions du code du travail.

Par conséquent, la gestion des rémunérations ne répond pas aux critères d’équité et ne se réfère ni à une grille salariale pertinente, ni à l’ancienneté des agents, a aussi relevé l’IGE.
 
En ce concerne l’hôpital Principal, le rapport renseigne sur une insuffisance des spécialistes en pédiatrie et en psychiatrie. Au moment où les services des soins infirmiers comptent une seule personne dont « le profil ne correspond pas toujours à celui qui est prescrit par les textes. Dans certains cas, le responsable n’a manifestement pas les compétences nécessaires pour exercer sa mission ».

Par ailleurs, un sureffectif est révélé dans la région de Kaffrine. Il concerne pour les contractuels ou les personnels irrégulièrement recrutés comme prestataires. Ils sont 49 sur les 79 agents.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here