Xalimanews-La décision du minstre de l’Éducation Nationale de revenir sur sa décision de reouvrir les écoles après que 10 enseignants ont été déclarés positifs au cironavirus, les sorties ne cessent de se multiplier pour dénoncer le tâtonnement dans lequel les autorités gèrent la pandémie du coronavirus au Sénégal. Et le gouvernement ne cesse de poser des actes qui donnent raison à ses détracteurs. Le dérnier en date, c’est le ministre de la santé, himself, qui qui en a donné la preuve.
Deux jours avant la date retenue pour l’ouverture partielle des classes, Abdoulaye Diouf Sarr a répondu avec assurance à ceux qui disaient qu’il n’était pas prudent de reprendre les enseignements avec la propagation du coronavirus. « J’en donne l’assurance pour les questions sanitaires, le ministre de l’éducation en donne l’assurance pour ce qui le concerne. Et le gouvernement, de manière globale, fera tout ce qu’il faut pour que les choses se passent bien. Je peux vous l’assurer parce qu’il s’agit de gérer une responsabilité », avait-il assuré et rassuré lors de l’émission « Jury du dimanche » sur IRadio. Mais 48 heures après, les choses ont fini par lui démontrer le contraire puisqu’il ya eu faille dans le domaine sanitaire qu’il disait bien maîtriser puisqu’une dizaine d’enseignants a chopé le virus ce qui a été un prétexte pour l’État de revenir, in extremis, sur sa décision.

Pour éviter ce genre de situation et gagner la guerre contre le coronavirus , au delà du ministère de la santé, l’État et ses démembrements gagneraient à travailler de manière collégiale et inclusive avec la populations à la base pour prendre les bonnes décisions sans avoir à se dedire.

Mariama Kobar Saleh

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here