XALIMANEWS : Llrd de la cérémonie du 3ème jour du rappel à Dieu de Serigne Pape Malick Sy, le Khalife des Tidianes a interpellé le ministre de la santé sur la pandémie de Covid-19. Selon Serigne Babacar Sy Mansourwl, l’Etat doit prendre ses responsabilités avant que le pire n’arrive.
« Monsieur le ministre ! L’État doit dire aux sénégalais qu’il n’y a pas de remède, il faut se préserver ou mourir! Ce qu’on a noté avec le déconfinement n’est qu’une démission alors qu’un responsable ne démissionne pas face à un drame du peuple. » Autre point noir dans la gestion de la COVID soulevé par le Khalife des Tidianes, c’est la réouverture des mosquées.  « À ce sujet, l’État est allé au delà de ses prérogatives en voulant instaurer la distanciation physique dans les mosquées. Ce qui est absurde, car l’Islam exige des rangs serrés entre fidèles dans une mosquée. Que l’État évite de se mêler des mosquées! »  
Dans son speech, le Ministre a affirmé pris bonne note des remarques du Khalife, avant  de rappeler les relations qui le lient au marabout depuis 1996. Ce qu’a confirmé Serigne Babacar Sy avant de prier pour le ministre Diouf Sarr qui est un ami et un frère…
Source : Dakarmatin

1 Commentaire

  1. Oui, les autorités sanitaires doivent communiquer sur la vague de décès : lieu du décès (domicile ou réanimation), âge et facteurs de risque, etc. …
    Certes le total des cas positifs augmente de jour en jour, mais le taux de positivité est toujours relativement faible (entre 6 et 11%) depuis plus d’un mois ; et malgré la série de décès enregistrés ces jours-ci, le taux de létalité (mortalité) est de l’ordre de 1,5% ; ce qui est acceptable si on le compare aux taux notés ailleurs (5,6 au Mali ; 0,7% en Côte d’Ivoire ; 5,8% au Burkina Faso ; 2,2% au Maroc ; 3,8% en Mauritanie ; 9% en Suède ; 18% en France ; 14,5 en Italie ; 5,14% aux États-Unis). Et c’est dire que notre pays est loin d’être mal parti ; continuons donc à respecter les gestes barrières et surtout à « confiner » les sujets âgés et ou porteurs de maladies chroniques. Et rendons grâce à Dieu qui nous a manifestement favorisés, afin qu’Il augmente ses faveurs …
    Et certes, le volet médical est plus visible dans la gestion d’une épidémie, mais pour un croyant, le volet spirituel est de loin plus important et passe par le repentir et un changement de comportement moral (spiritualité). Oui, la religion a une approche quasi infaillible pour gérer une épidémie – et les calamités d’une manière générale, mais les gens ne semblent plus y croire ; on ne sent pas du tout une mobilisation communautaire au plan spirituel pour enrayer cette épreuve divine. Oui, pour les politiques et les scientifiques, Dieu n’a pas de place dans la gestion de l’épidémie ; tout laisse croire que c’est cette ingratitude caractérisée envers Allah qui nous a valu les inquiétudes du moment. Qu’ils se ressaisissent donc !
    Au delà, les épidémies naissent et disparaissent de façon imprévisible ; prions donc pour qu’Allah éteigne promptement cette épidémie du coronavirus dans notre pays, et au delà, dans le monde entier …

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here