XALIMANEWS: La journée internationale des droits de l’enfant célébrée partout dans le monde ce 20 Novembre afin de promouvoir le respect et les droits des enfants. Pourtant
près de 30 millions d’enfants en Afrique sont éparpillés dans la rue et laissés à eux-mêmes. Au Sénégal, depuis trois ans, le gouvernement est plus que jamais déterminer à ôter les enfants de la rue, dans ce cadre, un véritable plan d’action a été mis en œuvre en faisant justement respecter la loi sur la mendicité. Mais la réalité en est autrement, prétexte pour rappeler à l’Etat du Sénégal la promesse faite aux enfants il y a 3 ans.

Le sujet reste tabou pour ces jeunes Talibès, les uns esquivent la discussion, les autres hésitent. Apres plusieurs hésitations notre interlocuteur se lâche;  » nous souhaitons les Daaras moderne que la rue ». Lui c’est Moussa, 10 ans, trouvé assis, boite de tomate vide à la main pour recevoir tout ce qu’il peut récolter, il sort du lôt et se livre au micro de Xalima.

1 Commentaire

  1. Tous les enfants se valent, mais où sont ces familles Sénégalaises qui laisseraient leurs enfants dans ces conditions déplorables ? Moi je n’en connais pas, je ne vois que des enfants et leurs marabouts venus des deux Guinées, de la Gambie et même du Mali ! Le gouvernement du Sénégal doit avoir le courage de demander aux gouvernements d’où viennent ces enfants de les récupérer dans un délai de trois mois. Au prix de les aider pour une insertion auprès de leurs familles, cela vaudrait le coup d’agir ainsi. Le monde entier voit des images de ces enfants, alors que le Sénégal a assez de moyens financiers pour faire apprendre le coran ou la bible à nos enfants dans de bonnes conditions. Sous le Magistère de Wade, combien de fois ai-je préconisé la mise en place d’une vignette  » aide pour la suppression de la mendicité » ? Une vignette automobile payée par chaque véhicule à raison de 3000 FCFA par cheval fiscal et par AN, réglerait définitivement cette problématique des enfants dans la rue ! Ces milliards qui seraient récoltés permettraient de faire face en construisant des internats où nos enfants apprendraient le coran, la bible comme des matières normales.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here