Avant le philosophe Emmanuel Kant en 1796, nos ancêtres avaient élaboré des Constitutions, établissant des régimes politiques basés sur l’éthique, la morale et l’équité.   

Cela ne découlait pas d’un idéalisme naïf, puisqu’ils ont pu concevoir et instaurer d’une  manière durable des systèmes de bonne gouvernance et la transparence.

Nous évoquons la Constitution du Mande et celle conçue par les disciples torodos  issus de l’Université de Pire, pas pour la béatitude nostalgique mais pour illustrer notre propos, que les sociétés africaines, sans la parenthèse coloniale, pouvaient connaitre leurs parcours de développement intégral, à l’instar des pays européens et  asiatiques.

Le modèle occidental de développement  dominant a rompu/corrompu nos parcours  autochtones, sans prendre en compte la dimension immuable de nos  valeurs constantes.

Aujourd’hui  notre pays est à la croisée des chemins.

Notre trajectoire se réajuste dans la perspective d’un  destin qui se recentre autour de la vision pertinente d’un leadership clairvoyant, personnifié par la figure  très pleine d’humilité du Président Macky Sall.

Il est utile de faire quatre objections suivantes:  

1-L’OPPOSITION POLITIQUE, SEMBLE QUESTIONNER DE MANIERE PERMANENTE L’INTEGRITE DES TENANTS DU POUVOIR  EN REVELANT (sans le prouver) DES SCANDALES ECONOMICO-FINANCIERS, TOUT EN PLEBISCITANT ET APPROUVANT LES CONDUITES MAFIEUSES DECELEES PAR LES SERVICES DE CONTROLE DE L’ETAT.

Les accusations très fondées à l’endroit du maire de Dakar: surfacturations et signatures frauduleuses ; l’affaire des Chantiers de Thiès, suivi du honteux protocole de Rebeuss signé par l’ancien PM Idriss Seck ; le pillage systématique des fonds publics  orchestrés par Karim Wade et sa bande de complices lors des multiples événements internationaux organisés par notre pays, sont autant de faits qui devraient motiver le rejet définitif de ces figures de notre espace public.

Si tant on se souciait des valeurs….sans les voleurs!

2- CES DERNIERS MOIS, IL EST CONSTATE DES ACTIONS  ENTREPRISES PAR L’OPPOSITION POUR DECREDIBILISER LE POUVOIR JUDICIAIRE QUI EST PAR ESSENCE LE REMPART DE NOTRE DEMOCRATIE.

Confortables dans leur posture de la critique facile de l’action gouvernementale, la convoitise et l’agressivité de la pléthore des prétendants sans poids ont pris des allures névrotiques.

La majorité significative de ces aspirants au fauteuil présidentiel ont déjà exercé des responsabilités gouvernementales ou privées, testés par les sénégalais.

Ils n’ont pas prouvé leurs capacités pour faire reculer la pauvreté avec du concret!

Les électeurs sénégalais qui jugent non pas par la  théorie, mais en pratique, reconnaissent la pertinence de la consécration du parrainage dans notre code électoral pour éviter l’anarchie et les candidatures « Kouthia »!*

Comme gouverner c’est prévoir, personne ne peut reprocher au pouvoir d’avoir anticiper sur les dérives pour protéger notre démocratie.

Ce qui est inadmissible, par contre c’est la légèreté avec laquelle les politiques agressent la justice de notre pays.

Le statut d’acteur politique affranchit-il le citoyen des rigueurs de la loi?

Oh que Non! Le Peuple a tout à gagner de voir ses représentants prouver leur innocence devant la loi.

Que la main de la justice devienne lourde et la Présidence reste sourde aux  pressions, les délinquants au col blanc se mobilisent pour le dénigrement des Institutions. Ce n’est pas juste, ce n’est pas digne.

Le plus facile alibi du joueur défait, malmené, est de pointer d’un doigt accusateur  son arbitrage!

La hardiesse avec laquelle, le Chef de l’Exécutif entend pousser les réformes pour rendre notre justice plus indépendante, plus efficiente devrait être saluée et non ignorée, vilipendée.

Les observateurs honnêtes ne peuvent pas comprendre les attaques répétées et les insultes à l’endroit  des magistrats au-dessus de la mêlée dans notre pays.

L’infime minorité de brebis galeuses au sein d’un corps, ne peut ternir l’image de ces sages diseurs du Droit!

3-L’OPPOSITION VA EN GUERRE CONTRE LES REALISATIONS ADMIRABLES ET PALPABLES DU PRESIDENT MACKY SALL.

Le Président Macky est dans la fonction du grand homme, comme disait Hegel, celui qui inaugure une nouvelle période de l’Histoire, homme du tournant!

Ce grand homme est un novateur, et plus que cela, il a une mission et l’ambition de transformer son peuple par l’éducation, l’appropriation des outils modernes de transformation sociale.  

Ces nombreuses réalisations ne peuvent être ni ignorées, ni cachées, encore moins répudiées ou récupérées.

Le Président Macky Sall a déjà laissé pour l’Histoire, en si peu de temps, son empreinte pour la postérité.

Il ne peut pas être assimilé à  un leader de clique ou de clan, encore moins d’une région.

Après implémentation du Plan Sénégal Emergent en 2024, 2035 à notre portée, de plus vastes chantiers continentaux sont attendus de son leadership pour « l’Agenda 2063, de l’Afrique que nous voulons ».

Sans perspective historique et conscients d’une future défaite cuisante devant le capitaine de la barque Sunugal sous bonne direction, nos détracteurs savent que la stratégie de la désinformation publique ne peut pas faire long feu.

Ils ont alors choisi d’instrumentaliser quelques tenants de plateaux télévisés.

Ces animateurs habitués aux pourboires  et coteries politiciennes subliment les identités pour susciter un radicalisme ethno-confrérique, totalement étranger au Sénégal.

Il est temps d’en parler, et ce n’est pas un sujet tabou, le Sénégal et devenu la cible des loups de la mafia internationale.

4-DES POLITICIENS VEREUX SE PRETENT VOLONTIERS A L’IGNOMINIE D’UNE TRAHISON DE LA NATION POUR LEURS INTERETS INDIVIDUELS SORDIDES.

La construction nationale est une œuvre continue, jamais achevée autant la volonté générale qui la soutient reste sujette à des attaques.

Les gesticulations provocatrices et mercantiles de Papa Ale Niang, Adama Gaye et consorts sont à mettre sous ce registre.

La nationalité sénégalaise est une unité de différentes entités, une identité dont la substance est la diversité.

L’ignorer c’est vouloir créer une confrontation aux conséquences incalculables.

Après une telle tragédie, il n’y aura pas de vainqueurs, mais seulement des perdants.

A supposer que les ethnies que le malicieux et malingre Papa Ale Niang voue aux gémonies soient écrasées, leurs enfants réduits à des citoyens de seconde zone, ce chauvinisme anachronique, réussira-t-il le développement?

Fera-t-il chez les populations sénégalaises mieux que  les colons qui ont brulé les villages, tué des innocents?

Aucune domination n’a réussi et ne réussira à voler la foi et la langue à une quelle conque communauté.

Pour la consolidation d’une conscience nationale, c’est une obligation  pour les acteurs politiques de se débarrasser des suspicions et craintes,  accepter les valeurs partagées.

Au nom de quoi voudrait-on tolérer qu’Idrissa Seck asseye sa base à Thiès malgré ses forfaitures nombreuses, le Président Niasse implanté dans le Nioro du Rip,

et ne pas l’accepter pour le Président Sall  dans le Fouta et Fatick?

Les monstres qui brandissent les allumettes croient-ils pouvoir échapper aux feux d’une  entreprise diabolique d’un conflit civil?

Idrissa Seck est l’exemple le plus patent de cet opportunisme satanique qui veut créer une compétition/diversion entre les familles maraboutiques aux liens très solides.

On peut  aisément comprendre que nous sommes en présence d’un mouvement de fond conçu de façon concertée et reposant sur un plan de déstabilisation des Institutions, pire de la division de notre pays.

Ces lâches intentions font frémir à coté des passions de nos beaux  enfants durant leurs vacances dans la saine compétition « Sen petit galle ».

La comédie démocratique est préférable à la folie anarchique et son corolaire, la dictature.

Travaillons ensemble pour le raffermissement des convergences, condamnons tous  l’intolérance des chauvins embourbés dans la hantise d’une défaite.

Ceux-là qui sont d’une gourmandise pathétique et qui mesurent les avancées du Sénégal aux  profits et avantages qu’ils en tirent nous trouveront sur le chemin de la défense des vraies valeurs de sauvegarde de la Patrie.

Cette Patrie: terres du Cayor, Djoloff, Fouta, Walo, Gandiol, Baol et Boundou  où tous les cimetières, mes ancêtres sont enterrés, le chauvinisme assassin ne va pas triompher.

Ce qui triomphera,  c’est la confiance dans la joie pour nous de vivre ensemble.

Au nom de cette joie et confiance, j’attends  l’année prochaine pour en parler!

*Mamadou Abou Karasse Kane

Porte-parole DSE/APR/USA

*Kouthia, comédien sénégalais

 

 

3 Commentaires

  1. Seydi Kane,
    Vous pouviez vous limiter à adresser votre rhétorique creuse, indolente et basée sur un tissu de contrevérités, à vos camarades membres de l’APR et/ou soutiens de votre illuminé chef, Macky Sall, « beau parleur, ignorant et incompétent » (K. M. wade) et « qui s’est trompé de gare et de train » (M. Guirassy).
    Premièrement, vous vous érigez contre l’opposition qui « semble questionner l’intégrité des tenants du pouvoir sans le prouver tout en approuvant les conduites mafieuses décelées par les services de l’état » en utilisant des arguments fallacieux et des faits non fondés, contrairement à ce que vous prônez. En effet, l’évocation de l’affaire des chantiers de Thiès est mal venue d’autant que celle-ci est revêtue de l’autorité de la chose jugée avec un non-lieu total (je dis bien total) décerné au profit de Monsieur Idrissa Seck. Je ne sais pas de quelle planète vous sortez pour parler, encore, de protocole de Rebeuss vu que, d’une part, personne n’a été capable d’en montrer une copie et, d’autre part, Macky Sall s’est débiné devant la proposition de Monsieur Idrissa Seck consistant à passer devant un jury d’honneur. Enfin, que dites de vos partisans épinglés par les corps de contrôle ? Rien ! Hors de question de citer les cas emblématiques de gabegie décelés au COUD (Cheikhou Oumar Anne), à la SN La Poste (ciré Dia), au PRODAC, etc.
    Deuxièmement, vous affirmez que l’opposition se livre, en permanence, à « décrébiliser le pouvoir judiciaire qui est par essence le rempart de la démocratie ». Les sénégalais n’ont fait que constater et dénoncer une vassalisation du pouvoir judiciaire par l’Exécutif de Macky Sall. Les sorties Me Mame Adama Gueye, la démission du juge Dème, les dénonciations du Président de l’UMS (Souleymane Téliko), les sorties de l’ancien Procureur Alioune NDao et celles du Magistrat de la Cour des comptes (Aliou Niane) ne sont des inventions de l’opposition. Ce sont d’éminents membres de la famille judiciaire qui ont reconnu et dénoncé la vassalisation du pouvoir judiciaire par l’Exécutif. Celui qui a, sans aucun doute, décrébilisé la justice sénégalaise est bien sûr Macky Sall lorsqu’il affirme avoir « mis le coude plusieurs dossiers » de prévarication.
    Troisièmement, vous étalez toute votre ignorance en disant que « l’opposition va en guerre contre les réalisations admirables et palpables du Président Macky Sall ». Allez lire l’excellent article du sérieux quotidien français, Le Monde, à ce sujet pour relever un peu votre niveau. Vous n’entendez personne dénoncer les investissements en infrastructures. Ce que les sénégalais lucides dénoncent c’est d’avoir consacré autant de centaines de milliards de francs CFA à des infrastructures non structurants, c.-à-d. qui ont peu d’impact sur le développement du pays (TER, Autoroute Ila Touba, Arena, etc.) alors que les priorités ont pour nom la suppression de plus de 6000 abris provisoires qui servent de classes, l’accès aux services de santé de base, l’équipement des établissements scolaires et universitaires, etc.
    Quatrièmement, vous avez tout faux lorsque vous dites que « des politiciens ignobles véreux se prêtent volontiers à l’ignominie d’une trahison de la nation pour leurs intérêts individuels sordides ». Est-il besoin de vous rappeler que la majorité des opposants qui empêchent aujourd’hui Macky, votre Chef, de dormir tranquille se sont réalisé professionnellement, matériellement et financièrement avant de descendre dans l’arène politique. Ils n’ont pas attendu l’avènement de l’APR au pouvoir pour avoir une sinécure … pour se goinfrer !
    Macky Sal reste une calamité. Lui et ses acolytes. Ce n’est point étonnant, car étant élu accidentellement.
    Ibrahima Sadikh NDour

  2. les defis qui sont les notres ne sont pas des defis ethniques mais des defis de developpement…..
    les propos de ce tristement celebre journaliste (POUR l appeller ainsi , politesse oblige) montrent a quel point ces gens sont un danger pour l unite nationale… au sein d une republique dans laquelle l ethnie n est pas un argument de mobilisation des adhesions en politique ..des propos haineux qui
    d ailleurs sous nos tropiques ont formates les consciences d’une partie de la population a des guerres . c est regrettable que ce tribalisme soit vehicule par des universitaires qui demontrent leur irresponsabilite…en ce qui concerne ce fameux protocole , tous les senegalais Se sont fais leur opinion apres les aveux d idriss seck lui meme sans contraintes , sans tortures a avouer le vol des fonds publics, ne dit on pas que l’aveu est la mere des preuves??on a tous assistes impuissant a un deal qui a donne ce non lieu.. cette histoire est tres recente… s il avait tenu compte de certaines valeurs morales , il ne se serait plus prensenter daNS UHN ESPACE PUBLIC A PLUS Forte raison nous presider….. C EST PAS BIEN DE SOUTENIR UN VOLEUR …

  3. Ibrahima Sadikh NDour est dans le four du fou ? et le guérisseur.Mr Kane a parlé de faits vécus par les sénégalais et en réponse il aligne des qualificatifs haineux .
    Rien ne lavera ces voleurs.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here