Adama Gaye dans Takoussanou Djolof: Pourquoi Abdoulaye Bathily a échoué?”

PARTAGER

1 Commentaire

  1. Les planches ne finissent pas de tomber sur Macky Sall, à cause de ses méthodes de pilotage à vue, des décisions au coup de tête, ou des décisions dictées par des intérêts extérieurs au Sénégal. Une preuve de plus par ce qui suit.
    Nous nous rappelons de la fameuse commande de la TER de Macky pour Alstom. Le pouvoir de Macky et ses obligés nient, et continueront de nier, mais il est et sera toujours incontestable que cette commande a été dictée par un plan concocté par le pouvoir français pour sauver Alstom.
    http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2016/10/04/29006-20161004ARTFIG00149-alstom-du-choc-de-la-fermeture-au-plan-de-sauvetage-de-l-usine-de-belfort.php
    En effet, la direction d’Alstom annonçant des difficultés financières avait menacé de délocaliser une usine (Belfort) qui comptait 400 employés. Le pouvoir français demande à cette direction de surseoir à cette décision. En contre partie l’état français s’engage à lui trouver des rentrées d’argent par des commandes de ses produits. Cette rentrée d’argent se fera par une commande de l’état français lui même, et d’une autre que l’état français fera faire à l’état sénégalais. Bien sûr, sous la plume de la presse des 100, cette injonction de faire une commande pour sauver Alstom, faite au pouvoir des légionnaires, nous est présentée comme un voyage d’état suprémissime du grand Macky Sall pour la commande du siècle qui fera l’émergence du Sénégal.
    Seulement voilà, la cour des comptes de la république de France vient sortir son rapport annuel. Et dans ce rapport la décision de l’état français de faire une commande directe à Alstom est contestée comme étant illégale. Le pouvoir français est ainsi obligé de se conformer à la loi, de ne pas faire de commande direct, sans appel d’offre (c’est à dire ce que Macky Sall a fait). Même l’option de l’état français de faire faire la commande par la SNCF, commande qu’il payera lui même (certains communicateurs de Macky ont voulu enfourché ce cheval), cette option aussi entre dans la même illégalité. L’état français sera donc obligé, ou de ne plus commander pour sauver Alstom, ou de se conformer à la loi française en procédant à un appel d’offre. Sous notre dictateur, vous n’entendrez jamais parler d’appel d’offre quand l’injonction de sauver Alstom est donnée par Hollande. Les preuves, ici:
    http://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/0211766086706-alstom-belfort-la-commande-des-tgv-menacee-2062743.php
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/06/le-plan-du-gouvernement-pour-sauver-lusine-alstom-de-belfort-a-du-plomb-dans-laile/?utm_hp_ref=fr-economie

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here