XALIMANEWS: Fraîchement nommée Présidente du Conseil économique social et environnemental (CESE), Amina Touré a décliné sa feuille de route. Dans une interview accordée à Iradio, elle explique que le CESE a une mission de conseil dans le domaine de l’économie, de l’environnement, mais également sur les questions sociétales. Mais elle estime que l’aspect environnemental qui a été greffé aux missions du conseil est devenu une question à enjeu international. «L’environnement est une question vitale qui se discute au niveau international. Evidemment au niveau national, les conséquences sont importantes. C’est une question qui sera au cœur et qui est déjà au cœur des débats du conseil. La préservation de l’environnement est importante. Cela se reflète d’ailleurs dans les priorités définies par le président de la République. La gestion des déchets, la gestion de nos côtes maritimes, la question du recyclage etc. Toutes ces questions sont importantes et sont dans le champ de réflexion du Conseil », a-t-elle déclaré. Et l’ancienne ministre de la justice de prendre l’exemple de la situation climatique au nord du pays. «Pour vous donner une idée de l’importance de l’environnement aujourd’hui, au nord les gens sentent l’avancée du désert et avec le ramadan, aujourd’hui, il y a des populations qui quittent les régions de Matam pour venir à Dakar pour faire leur jeûne parce qu’elles sont contrariées par la chaleur », a-t-elle reconnu.

Mieux, elle estime que la question est mondiale et n’épargne pas l’Afrique. «Vous avez l’avancée du désert mais vous avez également l’avancée de la mer. Vous avez également la question de la gestion de notre propre environnement. C’est une question centrale qui se reflétera dans les réflexions et les délibérations du conseil comme c’est déjà le cas », a-t-elle analysé

Avec le soleilsn

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here