Le parti présidentiel est en train de traverser une crise sans précédent. Ses membres s’entre déchirent et exposent leurs différends sur la place publique. Après Yaya Sow et Moustapha Diakhaté, c’est autour du Président du Parlement de la Cedeao. Depuis Abuja, Cissé Lo a fait une vidéo pour exprimer tout son mécontentement par rapport aux atteintes à la liberté d’expression au sein de l’APR et au traitement qui lui est réservé dans la mouvance présidentielle.

Après Yaya Sow et Moustapha Diakhaté, c’est autour de Cissé Lo de casser la baraque. D’aucuns pensaient que le deuxième mandat de Macky Sall serait moins politique que le premier, on se rend compte que c’est tout à fait le contraire. En plus du dialogue politique, de ses retrouvailles avec son mentor Abdoulaye Wade, du débat sur le troisième mandat, Macky est obligé de gérer ses hommes qui apparemment sont devenus incontrôlables. Ces derniers disent se sentir marginalisés au bénéfice des transhumants et anciens détracteurs du chef de l’Etat qui ont entre-temps rejoints les prairies beige-marron.

 Courroucé par ce qui se passe actuellement, le Président du Parlement de la Cedeao, Moustapha Cissé Lo s’est révolté, hier, pour dire ses quatre vérités au chef de l’Etat Macky Sall et aux différentes pontes du régime. Le tonitruant député estime qu’il y a un manque de considération à son égard au sein de la mouvance présidentielle et particulièrement à l’Assemblée nationale. « Malgré mon poste de vice-président, je suis considéré comme un meuble qui ne connait absolument rien de ce qui se fait à l’Assemblée nationale et qui n’est associé à aucune prise de décision au niveau de l’Institution », peste-t-il.

MOUSTAPHA CISSE LO: «JE SUIS PRET A DEMISSIONNER DE MON POSTE DE VICE-PRESIDENT A L’ASSEMBLEE NATIONALE»

Moustapha Cissé d’enfoncer le clou pour dire que si effectivement c’est son émolument qui dérange, ils n’ont qu’à reprendre le poste et le donner à une autre personne. «Je suis prêt à démissionner de mon poste de vice-président à l’Assemblée nationale parce qu’il y a des choses que je que je n’accepterai jamais», marmonne-t-il en se désolant du fait qu’on veuille priver à certains responsables de l’APR de leur liberté de ton.

Prenant la défense de Moustapha Diakhaté, Moustapha Cissé Lo soutient ne pas comprendre que l’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY), soit attaqué de toutes parts pour avoir donné son opinion. Alors qu’au même moment, se désole-t-il, les transhumants sont valorisés parce que tout simplement, ils applaudissent le Président Macky Sall feignant lui dire la vérité.

Le plus désolant, à en croire Cissé Lo, ces gens qui ont toujours voué aux gémonies Macky Sall, sont aujourd’hui promus au grand dam de ceux qui ont toujours combattu aux côtés du chef de l’Etat. « Je continuerai à dénoncer cette situation n’en déplaise mes détracteurs et autres responsables de la mouvance présidentielle. Si cela les gênes autant qu’ils m’enlèvent du poste de vice-président pour me laisser mon poste de député simple. Comme ça je ne serai plus mêlé, ni responsable des décisions qui proviendront de l’Assemblée », a-t-il tonné.

D’ailleurs, Moustapha Cissé Lo dit ne pas être d’accord de la manière de gérer cette Institution parlementaire. «On accuse Moustapha Diakhaté d’avoir détourné 600 millions quand il était président du groupe parlementaire BBY. Si c’est le cas, il y a aussi quelqu’un qui a détourné des milliards à l’Assemblée nationale. Avant d’attaquer sans raison Moustapha Diakhaté pour avoir donné son opinion, il faut éclaircir la question milliards détournés à l’hémicycle », a-t-il déballé.

Invoquant son maître à penser Serigne Tidiane Sy Al Maktoum, il rapporte : « quand quelqu’un vous prive d’exprimer votre opinion, refusez et éloignez-vous de lui. C’est ça le courage et la dignité. Il faut toujours exprimer son opinion quitte à perdre ses fonctions et ses responsabilités», a-t-il soutenu. Non sans rappeler être parmi les premiers à défendre Macky Sall quand le régime de Wade voulait le renvoyer à l’Assemblée nationale. «Le combat contre l’Injustice m’a voulu mon poste de député. C’est par la suite qu’on est descendu sur le terrain politique et sillonner sur tout le territoire national. Ce qui nous a valu aujourd’hui d’être au pouvoir. Donc, ils ne peuvent pas après tous ces sacrifices consentis me priver de parole pour me considérer comme un meuble. Je ne suis pas d’accord et je ne vais jamais accepter cela», s’est-il défendu. Moustapha Cissé Lo dit en définitive avoir soutenu Macky Sall pour décrocher un deuxième mandat et qu’il continuera de le soutenir. «Maintenant s’il n’a pas plu confiance en moi, qu’on s’asseye pour parler de ce questions essentielles, qu’il m’écoute avant de prendre une décision », a-t-il conclu.

LES PARTISANS DE MACKY SALL INCONTROLABLES

Toutefois, il faut se rendre à l’évidence que la sortie de Moustapha Cissé Lo n’est que la goutte d’eau qui fait déborder le vase. En effet, il y a une profonde déchirure au sein du parti présidentiel. De nombreux partisans de Macky Sall sont actuellement frustrés de la promotion des derniers venus.Nombreux rouspètent que les transhumants sont plus valorisés que les militants de la première heure. Le député Yaya Sow n’a avait pas caché sa désolation après le renouvèlement du bureau de l’Assemblée nationale. Lequel avait enregistré l’entrée de Cheikh Tidiane Gadio en tant que 3ème vice-président du Parlement et d’Abdoulaye Baldé en tant Président de la Commission Energie. Le maire de Ribot Escale n’avait pas approuvé également la méthode du président Macky Sall qui avait nommé à des postes de responsabilité certains alliés au détriment des anciens de l’APR qui se sont donné corps et âme pour sa réélection. Et s’y ajoute à ce mécontentement quasi général au sein de l’APR, un entre déchirement qui ne dit pas son nom. Et la dernière en date, c’est les échanges aigres-doux entre Moustapha Diakhaté et Djibril War. Celui-ci a fait dernièrement une révélation fracassante pour accuser Moustapha Diakhaté d’avoir détourné 600 millions du Groupe parlementaire BBY. « Tout le monde doit parler sauf Moustapha Diakhaté. En plus de son salaire de 3 millions de député et de président du Groupe, il avait fait main basse sur des fonds du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (Bby) d’un montant de dix millions mensuels pendant 5 ans. Ce qui fait un total de 600 millions encaissés durant son magistère de président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle», a révélé Me War dans Walf Quotidien mettant ainsi dans ses gonds l’ex-ministre conseiller du Président Macky Sall et ancien président du groupe parlementaire BBY. Ce dernier n’a pas tardé à réagir aux propos du député et frère de parti. Pour dire qu’il a «menti, sans vergogne», au peuple sénégalais. «En tant que Président du Groupe BBY, au lieu de 3 millions francs de CFA, je recevais mensuellement 5 millions de la même monnaie.

Pour ce qui concerne le budget de fonctionnement du Groupe BBY, contrairement aux mensonges du député WAR, les crédits s’élevaient à 5 au lieu de 10 millions francs de CFA », a-t-il démenti en indiquant en détail là où tout cet argent a été dépensé. Quoi qu’il en soit ces déballages et autres querelles parfois de bas étages entre responsables apéristes laissent deviner le malaise profond au sein du parti présidentiel. Et la difficulté pour le Secrétaire général de l’APR de maitrises ses hommes.

L’AS

1 Commentaire

  1. On ne peut qu’être profondément affligé par de tels écarts puérils de contestation et d’emportement si teintés d’égoïsme et d’égocentrisme aberrant. C’est à se demander comment de tels acteurs sont parvenus à de tels niveaux si élevés de responsabilité publique. Des sorties intempestives et impolitiques d’esprits agités, avides, obscurs et si dépourvus de déférence à l’endroit de l’autorité dont ils se réclament partisans. Ils apparaissent plus encombrants et nocifs qu’aidants comme ils le prétendent si faussement Comme disait Bacon à ses concitoyens, pour l’élévation et l’éveil des consciences pour la marche glorieuse en avant, «Sortir des balourdises, des gothiques cavernes… On ne s’isole qu’en se dégradant… Aux bonnes actions valorisantes suit la satisfaction et aux mauvaises des châtiments et des remords »

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here