La décision du gouvernement de publier un arrêté portant reconnaissance de l’ensemble des écoles coraniques du pays, est accueillie dans la plus grande satisfaction par la section sénégalaise d’Amnesty international. D’après elle, l’arrêté va mettre fin à la discrimination dont font l’objet les écoles coraniques et les enfants qui les fréquentent.

C’est des deux mains qu’applaudit Amnesty international Sénégal après la décision prise par le gouvernement de rédiger un arrêté général portant reconnaissance de l’ensemble des écoles coraniques du pays. Un arrêté qui mettra fin à la discrimination qui frappe les écoles coraniques et les enfants qui les fréquentent. En outre, soutient Amnesty international Sénégal, l’arrêté est ‘conforme à la constitution du pays qui stipule en son article 22 alinéa 3 que : les institutions et les communautés religieuses et non religieuses sont également reconnues comme moyens d’éducation’.

Cependant, Amnesty international Sénégal recommande au gouvernement de ‘définir un cadre législatif et réglementaire pour l’ouverture des écoles coraniques afin d’éviter que cette mesure ne se traduise par une prolifération incontrôlée de ces institutions’. L’organisation de défense des droits de l’homme demande également au gouvernement de ‘veiller à ce qu’en plus de l’enseignement religieux, les écoles coraniques dispensent des formations qui permettent à leurs pensionnaires d’être plus tard à chance égale avec ceux des écoles publiques sur le marché de l’emploi’.

Elle ajoute que ‘le châtiment corporel, la mendicité et toutes les autres formes d’atteintes aux droits de l’enfant actuellement observées dans les écoles coraniques devraient être strictement interdits dans les institutions reconnues et qui reçoivent des subventions de l’Etat’.

(Nettali.net)

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here