XALIMANEWS:La bataille s’annonçait rude, âpre, intense. Et le film a bien été conforme au script. Ce deuxième huitième de finale de la Coupe du monde entre l’Uruguay et le Portugal a attisé la curiosité de toute la France puisque le vainqueur retrouvait l’équipe de Didier Deschamps en quarts de finale. Et c’est la formation sud-américaine qui a eu le dernier mot au terme d’un match indécis jusqu’au bout.

Cavani, héros blessé

Il faut dire que tout a si bien commencé pour la Celeste. Après Kylian Mbappé, éblouissant avec la France, et après Angel Di Maria, meilleur Argentin, Edinson Cavani a trouvé le chemin des filets à son tour pour permettre aux siens de passer devant dans ce match. L’action, superbe, illustre toute sa connivence avec Luis Suarez, l’autre star de cette sélection. Après une attaque rapide parfaite, le numéro 9 du Barça a distillé un centre au second poteau que le Matador a catapulté dans les filets d’une tête en extension (1-0, 7e).

Le Portugal a répondu par une tête de Fonte (11e), avant d’accentuer de plus en plus sa domination territoriale. Cristiano Ronaldo, très remuant, a beaucoup entrepris, sans trouver la faille. En face, la Celeste est restée fidèle à ses principes : rigueur, organisation, combat et habileté sur les contres. L’une de ces phases a d’ailleurs engendré un coup-franc très dangereux que Luis Suarez s’est chargé de botter. La frappe puissante avec un rebond du Barcelonais a contraint Rui Patricio à un bel arrêt réflexe (27e). L’Uruguay est rentré aux vestiaires avec ce court mais précieux avantage.

Ronaldo impuissant

Reste que le champion d’Europe en titre n’a rien lâché durant le second acte. Et c’est sur une phase arrêtée que la bande à Ronaldo est parvenue à recoller. Après un corner tiré par Guerrero, Pepe s’est élevé plus haut que tout le monde pour placer une tête imparable (1-1, 55e). Tout était alors à refaire pour l’Uruguay. Mais cette équipe a encore démontré sa force mentale en remettant le pied sur l’accélérateur pour surprendre les Portugais.

Après une percée plein axe de Bentancur, Cavani, esseulé côté gauche, a été servi par le jeune milieu de terrain pour reprendre à une touche de balle et redonner l’avantage à l’Uruguay (2-1, 62e). Un but dans le plus pur style du Matador, tout à l’instinct. Quelques minutes plus tard, l’avant-centre du PSG a été contraint de laisser sa place, touché à mollet. Jusqu’au bout, le Portugal a poussé toutes ses forces, mais n’a pas pu marqué.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here