XALIMANEWS: «Quand je me suis retournée, je suis tombée sur Zeune, qui me dit : ‘Fatou Thiaw Thiaw’ (bye bye). Et là, j’ai perdu davantage espoir. A cet instant, un enfant s’est accroché à moi. Il s’est couché sur mon dos. Je ne pouvais plus respirer, je me suis dit que c’est fini. Quand je me suis retournée, je suis tombée sur Eva qui m’a dit : ‘ne t’inquiète pas, je vais te sauver. Restes où tu es. Je lui ai crié : ‘Eva portes moi sur ton dos, je vais mourir’. Elle m’a alors répondu : ‘Fatou, je ne peux pas te porter, sinon on coule ensemble. C’est comme ça qu’elle m’a jetée sur la rive et que je me suis blessée au genou. Mais je ne sentais pas la douleur. Je voyais la mort approcher, mais je m’accrochais à la vie»; confie Fatou.
Et sa copine Maguette de révéler : «Une femme m’a dit : ‘Maguette baalma akh’. Je lui ai répondu que, ‘sokhnasi akh amoufi. A cet instant précis, je pensais à ma mère et à mon papa»., a-confié Fatou, rescapée du chavirement aux îles de la madeleine sur vos populi

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here