Pour ne manquer aucune de nos prochaines videos

Abonnez vous à notre chaine Youtube

Les 12 milliards 500 millions que le président de la République a déployé pour Diaspora dans le cadre de la lutte contre le Covid 19 divise les ayant droits. Si certains approuvent l’idée, d’autres trouvent que cet argent devait servir à subventionner les denrées de première nécessité ou bien à relever le niveau du plateau médical au Sénégal. Le député de la Diaspora, Mor Kane, qui s’est confié à Xalima fait partie de ce lot. « Il ya des collectifs qui sont contre l’idée. Cet argent, le chef de l’État devait l’utiliser pour investir au Sénégal. La somme dégagée ne servira à rien vu le nombre de sénégalais qui se trouve à l’extérieur », a-t-il indiqué. Poursuivant, il dira que la pandemie du cironavirus doit être un prétexte pour que les dirigeants africains puissent revoir leur façon de gérer leurs pays et arrêter de copier sur l’occident qui n’a que des intérêts en Afrique.
Le député a, dans la foulée, demandé à ces chefs d’Etats de faire très attention avant d’approuver un quelconque vaccin leurs pays.
Le député qui salue la décision du President Sall de permettre le rapatriement des corps des sénégalais décédés du covid19 hors du pays attire l’attention sur un point: Pour ce qui est des compatriotes déjà enterrés là-bas, ils ont juste payé les services sanitaires mais ils n’ont pas acheté les terres qui ont servi de sépulture. Et ce qu’ils ignorent, precise-t-il, c’est que s’ils ne paient pas les impôts et les corps pourraient être deterrés et incinérés. Et dans ce registre, Il précise que ce que l’État a payé revient au service sanitaire mais pas pour l’achat des tombes. Ce, avant de préciser que pour le rapatriement des corps, en général, ce sont les associations de sénégalais basées au niveau des familles d’accueil ou les familles des défunts qui mettent la main à la poche.
Poursuivant, il demandera à l’État d’être plus regardant sur la façon dont les représentations diplomatiques gèrent les problèmes des migrants. Selon lui, il existe toujours des sénégalais sans papiers, ce qu’il trouve déplorable.  » Plusieurs cartes d’identité sont en souffrance au niveau des ambassades et autres consulats depuis les élections législatives et beaucoup de sénégalais ont déposé pour le renouvellement de leurs passeports et attendent depuis des mois qu’ils leur soient restitués d’ici la fin de la pandémie pour qu’ils puissent rentrer au pays », a-t-il expliqué avant de plaider pour que les autorités prennent plus au sérieux les problèmes des migrants qui contribuent à hauteur de 10% du Pib au Sénégal.

Mariama Kobar Saleh

Pour ne manquer aucune de nos prochaines videos

Abonnez vous à notre chaine Youtube

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here