En sa séance du 18 décembre 2018, l’Assemblée nationale a voté la Loi n° 2012-22 portant ‘’Code de Transparence dans la Gestion des Finances publiques’’, laquelle Loi a été promulguée par le Président de la République le 27 décembre 2012. Cette loi s’inscrivait dans le cadre de l’application de la Directive n° 1/2009/CM/UEMOA du 27 mars 2009 portant.

Au point 6 (6.3) de l’annexe à cette loi, il est précisé ce qui suit : « L’information régulière du public sur les grandes étapes de la procédure budgétaire, leurs enjeux économiques, sociaux et financiers, est organisée dans un souci de pédagogie de d’objectivité, notamment après le débat sur les orientations budgétaires. La presse, les partenaires sociaux et d’une façon générale tous les acteurs de la société civile sont encouragés à participer à la diffusion des informations ainsi qu’au débat public sur la gouvernance et la gestion des finances publiques. »

Pour revenir à l’annexe, le point 7 (7.3) précise : « Des sanctions, prononcées dans le respect des règles de l’Etat de droit, sont prévues à l’encontre de tous ceux qui, élus ou agents publics, ont violé les règles régissant les deniers publics.  La non dénonciation à la justice de toute infraction à ces règles par un agent public qui en aurait eu connaissance est sanctionnée pénalement. »

Donc, nous avons non seulement droit à une information régulière sur la gouvernance et la gestion des finances publiques, mais nous sommes encouragés à contribuer à sa large diffusion et à prendre part au débat public. C’est même pratiquement une obligation pour les élus et les agents publics, de dénoncer en justice, toute infraction aux règles régissant les deniers publics.  C’est dans cet esprit que je publie mes contributions, trente ans au moins avant la Directive de l’UEMOA. Contributions qui m’ont valu, et continuent de me valoir les injures les plus grotesques mais que je prends heureusement, pour quantité négligeable.

Nous sommes tous interpellés aujourd’hui par cette affaire de 94 milliards, comme par de nombreuses autres reléguées trop facilement dans l’oubli. Le président de PASTEF, Ousmane Sonko a, au cours d’une conférence de presse, accusé gravement le Directeur des Domaines et responsable politique APR à Louga M. Oumar Diallo, de forte implication dans un détournement de 94 milliards de francs, tout en précisant qu’il n’en était pas à son coup d’essai. M. Sonko ne s’était pas arrêté d’ailleurs en si bon chemin : il avait porté l’affaire devant le Procureur de la République, l’Inspection générale d’Etat (IGE) et l’OFNAC. Plus de deux mois après, l’accusé comme la justice et les organes de contrôle se murent dans un silence assourdissant. C’est, finalement, le président du Groupe ‘’Avenir Communication’’, M. Madiambal Diagne, ami déclaré et revendiqué du couple présidentiel qui, invité à l’émission  de ‘’Jury du Dimanche’’ de ‘’I-Radio’’ du 30 décembre 2018 par M. Mamoudou Ibra Kane, qui ouvre les hostilités, en décrochant les premières salves contre le président de PASTEF. Considérant qu’en réponse, M. Sonko l’a couvert d’injures à l’occasion d’un meeting aux Parcelles Assainies, il revient à la charge et se lâche dans un long texte publié dans son quotidien et repris par de nombreux sites, portant sur le président de PASTEF des accusations particulièrement graves. Invité de Papa Ngagne Ndiaye à ‘’Faram Facc’’ du mercredi 9 janvier 2019, il tape encore plus fort sur Ousmane Sonko et lance : ‘’Bakk na Njaag’’, ‘’laal na lalaake’’. Comme pour dire qu’il a commis l’erreur de trop, a touché à l’intouchable, et annonce qu’il l’enfoncera davantage dans les prochains jours.

C’est donc le président de PASTEF qui l’a sorti de sa réserve, si réserve il y avait. N’attendait-il pas plutôt le moment le plus opportun pour porter ses graves accusations ? Sommes-nous assez naïfs pour croire qu’il n’allait rien dire si le président Ousmane Sonko n’avait pas répondu à ses premières salves en le traitant de ‘’mercenaire’’ ? Ces questions méritent quand même d’être posées. Je ne m’attarde pas sur les accusations qui sont sur la place publique. Par contre, je me pose des questions sur les investigations ciblées de M. Diagne. Pourquoi s’est-il arrêté en si bon chemin après tout ce qu’il sait désormais sur cette affaire de 94 milliards ? A Papa Ngagne Ndiaye qui lui demandait pourquoi M. Mamour Diallo n’avait pas porté plainte, il répondit, en joignant le geste à la parole : ‘’C’est son affaire’’. Pourquoi n’est-il pas allé jusqu’au bout de ses investigations pour nous permettre d’en avoir le cœur plus net sur toute cette affaire ? Les personnes mises en cause (M. Oumar Diallo et bien d’autres citées par M. Sonko) l’ont-elles été injustement ? Si oui, pourquoi n’ont-elles pas porté plainte ? S’il se trouve qu’elles sont impliquées dans l’affaire – ce qui est probablement le cas –, pourquoi le Président-politicien, son Ministre de la Justice et son Procureur de la République ont-ils choisi de garder un silence lourd devant cette affaire gravissime dont personne ne doute plus désormais de l’existence ? C’était vraiment l’occasion rêvée pour faire établir, par la justice, la duplicité supposée du président de PASTEF et de le discréditer à jamais ! Je poserai les mêmes au journaliste dit d’investigations qui s’est vite saisi de cette affaire et veut nous enfermer dans les seules accusations contre le potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle. Nous refusons cette camisole de force, parce que le Sénégal est un petit village, et nous savons qui est qui.

Un passage du texte du journaliste dit d’investigations m’a intrigué et en a sûrement intrigué plus d’un. C’est celui-ci : « Par ailleurs, Ousmane Sonko devait aussi ignorer que le mandataire des héritiers du TF 1451/R, Djibril Dial, était venu me solliciter pour que je l’aide auprès de certaines autorités de l’Etat pour faire avancer le dossier. J’avais catégoriquement exclu toute idée de commissions, contrairement à Ousmane Sonko qui, lui, réclamait 12% des montants qui seraient payés. »

Donc, en tant que patron de presse, il a une certaine influence sur certaines autorités de l’Etat ! D’où lui viendrait cette influence ? Une telle phrase ne sera jamais prononcée par le patron de presse d’un pays sérieux. En outre, sommes-nous obligés de croire qu’il avait exclu toute idée de commissions ? Nous n’avons quand même pas oublié cette affaire de 200 millions dont les protagonistes étaient le président Wade, son Ministre de l’Environnement d’alors Thierno Lo et lui-même ! Affaire qui, le 10 janvier 2010, a alimenté la ‘’Une’’ de pratiquement tous les quotidiens de la place de l’époque. Certains d’entre eux faisaient même état de confrontation, devant le vieux président prédateur, entre le ministre et le journaliste, le premier confirmant lui avoir remis les millions, le second de lui rétorquer de montrer la décharge. Cette affaire ne pouvait quand même pas être le fruit de l’imagination des Sénégalais, fût-elle fertile ! Il suffit de cliquer sur GOOGLE pour avoir mille versions sur cette affaire rocambolesque de 200 millions. Il y a aussi qu’un compatriote, haut fonctionnaire qui a été au cœur de l’administration pendant au moins trois décennies avec qui j’échangeais sur les accusations de M. Diagne me répondit : « J’avoue que je n’ai pas lu cet article parce que son rédacteur fait partie de la presse servile et que lui-même n’a qu’à dire pourquoi il a quitté le métier de greffier. »

Je me garderai de rappeler ici les mots amènes que M. Baba Tandian a prononcés à son endroit, après un voyage qu’ils auraient effectué ensemble en Chine. C’était dans une longue interview publiée par les sites ‘’xalimasn’’ et ‘’leral.net’’ le 11 février 2011. Ne sachant pas ce qui opposait réellement les deux hommes – ils ne devaient pas beaucoup s’estimer –, je me garde de citer ici les propos de M. Tandian.

Que notre journaliste dit d’investigations ne nous braque surtout pas sur ses seules accusations portées contre M. Ousmane Sonko ! Sans doute, ce dernier doit-il monter lui-même au créneau pour nous donner des explications. Il devrait en avoir car, personne ne comprendrait qu’il ait porté d’aussi graves accusations tout en étant impliqué dans l’affaire incriminée. Mais, ce ne serait pas tout : investigations pour investigations, combien d’affaires louches se sont-elles déroulées sous nos yeux sans que nos accusateurs d’aujourd’hui n’aient levé la plus petite plume ? Nous avons d’ailleurs l’embarras du choix tellement ces affaires sont légion. Je n’en retiendrai que quelques-unes et commencerai par le sommet, donc par le président-politicien qui est au début et à la fin de tous les scandales consubstantiels à sa pernicieuse gouvernance et sur lesquels se taisent nos investigateurs partisans. Je m’arrêterai d’abord sur la prestation d’un certain Mapenda Faye, présenté comme un responsable APR, devant le micro d’un site. Au cours de l’émission, il s’érige en défenseur acharné du Procureur de la République et de M. Mamour Diallo qui n’ont pas à s’intéresser, selon lui, à une simple déclaration. Il se contredira par la suite en affirmant que c’est après la victoire de son candidat au lendemain du 24 février 2019 qu’on s’occupera du dossier Sonko. Avant la victoire de son candidat, l’affaire des 94 milliards est une simple déclaration. Après, ce sera un dossier qui permettra de régler son compte au président de PASTEEF. Cette affaire, simple déclaration avec tous les documents qu’elle comporte (de la justice, de la Direction des Domaines, etc.) et toutes les personnes mises en cause ! Et ces 94 milliards dont lui et les personnes de son acabit disent ‘’qu’ils ne sont pas encore payés’’ ! Ce Mapenda Faye traite M. Ousmane Sonko de menteur alors que c’est lui le menteur. C’est un gros menteur ou un ignorant. Sur l’Affaire Petro-Tim, il affirme, péremptoire, que son président n’en est pour rien, l’Affaire ayant été réglée par le vieux président politicien et son fils entre les deux tours, et que celui qui a besoin d’en savoir plus n’a qu’à s’adresser à eux. Il ment, il ment effrontément, comme mentait son camarade Mame Mbaye Niang qui affirmait que « Abdoulaye Wade et Karim Wade ont signé le contrat de manière douteuse » et ajoutait que « celui qui exige toute clarification sur cette affaire (douteuse) se propose d’aller les voir au Qatar ».

Wade-père et Wade-fils ont effectivement entamé la procédure douteuse, mais ils ne l’ont pas achevée. C’est plutôt, désormais, au président-politicien qu’il faut demander des clarifications car, il a trouvé sur place le dossier douteux : le contrat et un projet de décret. Projet car, même si le Président Wade et son Premier Ministre l’avaient signé, il n’avait pas encore d’existence juridique, n’ayant pas été daté, enregistré au Secrétariat général du Gouvernement et promulgué. Tout contrat qu’il validait était donc nul et de nuls effets. Le président-politicien n’a eu aucun état d’âme à poursuivre la procédure douteuse et à prendre un décret douteux, pour valider le contrat tout aussi douteux, sur la base d’un rapport de présentation lui-même cousu de fil blanc, avec des informations fausses. Je renvoie ce Mapenda Faye et les gens de son acabit à ma contribution « Cinq mois après sa démission-spectacle, le Ministre Mame Mbaye Niang sort du bois », publiée par ‘’WalfQuotidien’’ et ‘’L’AS’’ du 14 novembre 2018. On doit certainement demander des clarifications au vieux président prédateur et à son fils, mais aussi et surtout au président-politicien qui a attribué définitivement le faux contrat à Petro-Tim, en toute connaissance de cause. Ce contrat scélérat et le décret tout aussi scélérat qui le valide devraient valoir à leurs auteurs les pires déboires judiciaires du monde. Pourtant, ils ont laissé de marbre notre journaliste dit d’investigations et les autres de son acabit.

Et des crimes odieux que le président-politicien couvre à travers les nombreux dossiers qui gémissent sous son coude et les nombreux autres qui dorment d’un sommeil profond sur le bureau du Procureur de la République, dont au moins une dizaine de l’OFNAC, du temps de Mme Nafy Ngom Keïta ! Et des rapports des organes de contrôle qui ne sont plus publiés ! Que cachent, en particulier, les ‘’Rapports publics sur l’Etat de la Gouvernance et de la Reddition des Comptes’’ des années 2016, 2017 et 2018 de l’IGE ! Quid des dizaines de millions de francs CFA que l’ancien Directeur général du Port autonome de Dakar distribuait aux quatre coins du pays et même jusqu’à Bamako, où il a financé l’accueil du Président-politicien à hauteur de dix millions ! Pourquoi n’en distribue-t-il plus ? D’où provenaient ceux qu’ils distribuaient alors avec une générosité débordante ?

Difficile de ne pas signaler ce gros marché de gré à gré de 400 milliards, contrat signé en août 2017 par le Directeur général (DG) de la SAR (un certain Oumar Diop) avec la Société ORYX,  et portant sur huit cargaisons de produits pétroliers pour une durée supérieure à un an sans, semble-t-il, l’avis du Conseil d’Administration (PCA). Avec l’indignation des actionnaires et, en particulier du plus gros d’entre eux (Locafrique), le DG a été tout juste relevé de ses fonctions et remplacé par le PCA, grand responsable APR de Pire. L’affaire est tombée depuis lors dans l’oubli. Ce scandale comme de nombreux autres n’ont-ils pas intéressé l’accusateur du président de PASTEF et d’autres courtisans du couple présidentiel ?

On peut s’arrêter sur une autre grosse affaire qui les a laissés, eux et les autres, parfaitement indifférents. Et pourtant ! Il s’agit de cette ‘’Affaire dite de rétro-commissions de 12 milliards’’.  Le mercredi 11  octobre 2017, le site ‘’dakaractu’’ jette un pavé dans la mare, avec ce titre : « La CRÉI sur la piste d’une supposée rétro-commission de 12 milliards versée à Cheikh Amar (Documents).» Et le site de développer : « En enquêtant sur la richesse de Madické Niang, dans l’affaire des biens mal acquis, les enquêteurs sont tombés sur du lourd. Suite à une requête des gendarmes enquêteurs, la Bicis a répondu avoir trouvé dans ses livres le compte bancaire K001001528000504700068 appartenant à la société MDL (Minéral Déposits Limited Sénégal) qui exploite actuellement le zircon dans la région de Thiès. Ledit compte désormais clôturé a intrigué la direction de la Bicis qui dans sa lettre réponse aux enquêteurs souligne qu’il y a eu ‘’des mouvements d’opérations remarquables’’ ». Le site enfonce le clou : « La direction de la Bicis livre ainsi le nom de Cheikh Amar et de son entreprise TSE ainsi qu’une autre structure appartenant à un de ses frères.» Le site fait d’autres révélations, graves, documentées et dont je me suis fait l’écho dans ma contribution « Affaire dite de rétro-commissions de 12 milliards : de quel côté la vérité se situe-t-elle ? », parue dans ‘’WalfQuotidien’’ du 17 et ‘’Sud quotidien’’ du 20 octobre 2017. Là aussi, nos journalistes dits d’investigations se sont réfugiés dans un silence de cimetière. Parfois on se demande ce qui explique leur tendance presque générale à ménager ce Cheikh Amar.

Le quotidien ‘’Dakar-Times’’ révèle, ce jour, que pour ‘’supposés corruption et financement d’opposant’’, l’Initiative pour la Transparence dans les Industries extractives (ITIE) va saisir Tullow Oil. Si l’information est avérée, l’ITIE est vraiment sélective dans ses saisines, comme l’autre dans ses investigations. Que n’avait-elle pas saisi la Société minérale ‘’MDL’’ (Société minérale Deposits Limited Sénégal S.A.R.L.) dans l’affaire dite des ‘’Rétro-commissions de douze milliards’’ ? Quels liens cette Société avait-elle avec le supposé bénéficiaire desdites rétro-commissions ? En outre, ‘’MDL’’ est au Sénégal depuis 2004 pour l’exploitation de nos différentes mines (or, zircon, ilménite, etc.). Elle était ainsi bénéficiaire de contrats d’exploitation pour l’or de Sabadola et, aujourd’hui, pour les grosses réserves de Zircon de Diogo, que ‘’Jeune Afrique’’ du 22 mars 2012 estime à 3,2 milliards de tonnes. Pendant plusieurs années, l’or de Sabadola nous est pratiquement passé sous le nez. Il en est de même aujourd’hui du zircon. Aussi bien pour l’or hier que pour le zircon aujourd’hui, on fait état de gros scandales dans leur exploitation. Nous nous rappelons ce rapport de la CENTIF qui faisait état de blanchiment d’argent et de commissions occultes au cœur de l’or et du zircon sénégalais. Que l’ITIE ne nous éclaire-t-elle pas d’abord sur ce rapport et sur de bien d’autres encore ? Elle le peut bien, même si elle n’existait pas encore. Grosse surprise : l’Assemblée nationale entre dans la danse. Du moins son président de la Commission des Finances (M. Seydou Diouf) suggérerait à M. Sonko de demander la mise en place d’une commission parlementaire ‘’pour laver sa peau’’. Si l’information est avérée, c’est vraiment le Sénégal à l’envers.

Je terminerai ce long texte – il ne pouvait pas ne pas l’être – par une dernière affaire ténébreuse : ‘’Le Protocole de Reubeuss’’, dont on s’est évertué à nous faire croire, depuis les années 2006, que c’était une vue de l’esprit. Or, devant l’évidence, le Procureur de la République s’en est autosaisi, après des déclarations graves et sans équivoque de très (anciens) proches du vieux président-politicien. C’est le quotidien national ‘’Le Soleil’’ lui-même, que personne ne peut suspecter d’hostilité vis-à-vis du président-politicien Jr qui, dans son édition du 19 juillet 2016, s’en est fait l’écho dans les termes qui suivent : « Le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, s’est autosaisi pour tirer au clair l’affaire dite des 74 milliards de FCfa qui défraie la chronique dans le landerneau politique sénégalais. Selon la RFM, Samuel Sarr est ‘’le premier à être convoqué et il sera entendu aujourd’hui par la sûreté urbaine’’. L’avocat Me Ousmane Sèye, la notaire Me Nafissatou Diop, le colonel Malick Cissé et le député Oumar Sarr, ex-compagnon d’Idrissa Seck, ‘’seront entendus dans les jours à venir’’. La RFM précise que l’enquête a été confiée au commissaire El Hadji Cheikh Dramé, patron de la Sûreté urbaine de Dakar. Ainsi, l’ancien ministre de l’Energie sous Wade, Samuel Sarr, est convoqué ce mardi à 15 heures et sera ainsi le premier à être entendu dans le cadre de cette affaire qui agite depuis quelques temps le paysage politique sénégalais. A sa suite, Me Ousmane Sèye, Me Nafissatou Diop, le colonel Malick Cissé et Oumar Sarr, ex-compagnon d’Idrissa Seck, seront entendus dans les jours à venir pour tirer au clair ces accusations tous azimuts (…). »

C’était clair, net et sans équivoque. Mais, quelles ne furent notre surprise et notre grande déception quand, le même jour, la presse annonça que le Procureur de la République s’était rétracté. Ainsi, le site ‘’seneweb.com’’ précisait : « L’État a finalement décidé de surseoir à l’enquête sur le ‘’Protocole de Rebeuss’’ qui devait démarrer ce mardi. Selon des sources de ‘’seneweb’’, il a été demandé au Procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Dakar, Serigne Bassirou Guéye, de ranger le dossier dans les tiroirs jusqu’à nouvel ordre. À son tour, le commissaire El Hadji Cheikh Dramé, patron de la Sûreté urbaine, a été sommé d’arrêter les auditions prévues. Ainsi, les interrogatoires de Samuel Sarr et de Birahim Seck du Forum civil, prévus ce mardi à partir de 15 heures, ont été annulés. L’avocat Me Ousmane Sèye, la notaire Me Nafissatou Diop Cissé, le colonel Malick Cissé, le député Oumar Sarr, ex-numéro 2 et Idrissa Seck ne seront également pas entendus. »

Que s’était-il réellement passé ce jour-là ? Sur quelle base le Procureur de la République s’était-il fondé pour s’autosaisir ? Qui l’avait fait reculer et pourquoi ? Avait-on entendu, à l’époque, notre journaliste dit d’investigations et d’autres du même acabit ? Il s’agissait quand même d’une affaire gravissime, portant sur un montant supposé de 74 milliards de francs CFA dont nous ne savons rien de l’origine, ni de la destination, et qui mérite d’être clarifiée, comme le méritent celle des 94 milliards et nombre d’autres scandales gravissimes qui ont jalonné la gouvernance du vieux président-politicien et celle du président-politicien Jr.

Dakar, le 14 janvier 2019

Mody Niang

 

5 Commentaires

  1. Signez vos contributions, Mody, Niang, membre,de Pasteef ! VOUS VOUS ETES DICREDITE COMME ANALYSTE POLITIQUE. Vos analyses ne portent plus l’empreinte d’objectivité nécessaire pour que vous soyez un bon analyste. VOUS AVEZ CHOISI UN CAMPS POLITQUE, VOUS ETES UN POLITICIEN, ET je vous place au même pieds d’égalité qu’un Mbaye Ndiaye ou un Moustapha Cissé Lô, ou un thierno Bocoum ou un Jean Paul Diaz. ET c’est dommage car je vous lisais beaucoup avec beaucoup d’estime pour vous et j’avais pratiquement toutes vos contributions dans mon disque dur. JE NE VOUS LIS PLUS MONSIEUR ET JE VAIS EFFACER TOUS MES FICHIERS SUR VOUS ET C EST DOMMAGE D AVOIR ENFOURCHE LE CHEVAL DU PIRE DES CANDIDATS, UN SALAFISTE MENTEUR ET MANIPULATEUR !

  2. la seule question que je pose à Monsieur Niang , c’est pourquoi tant d’acharnement envers Monsieur Idrissa Seck , est-ce qu’en tant que musulman tu peut jurer qu’Idrissa Seck a détourner un seul centime ou que se soit

  3. Mody Niang, a quand ta date de mariage avec Sonko Fusilleur ?? Ton blablabla hebdomadaire commence à long et rébarbatif, d’autant que vos vous êtes déjà rencontrés plusieurs fois (j’ai les dates précises). Au passage tu as parfaitement le droit de soutenir M 12%, il faut tout simplement le dire clairement et en plein jour…

  4. Et certes, Sonko doit s’expliquer, mais qu’attend le procureur pour s’auto-saisir et élucider cette grave affaire qui est une veritable bombe à destruction massive qui, très vraisemblablement, n’épargnera pas le pouvoir en place à tous les niveaux de responsabilité ? Et qu’attend l’accusé de détournement de 94 milliards de porter plainte pour diffamation ou de s’expliquer ? Et qu’attendent les journalistes pour recueillir sa version ? … Tout laisse croire qu’ils ne sont mus que par une volonté de détruire un adversaire gênant. Personnellement, même si Sonko a fauté, il restera l’un des plus honnêtes hommes politiques, toutes générations confondues. Enquêtez sur les patrimoines des uns et des autres pour vous en convaincre …

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here