(Confidentiel Source : WL)

Le 3 décembre, le conseiller politique et CONCORDE ont rencontré MS, président de l’Assemblée nationale récemment destitué. La veille, MS avait annoncé la création d’un nouveau parti politique: l’Alliance pour la République Yakaar – APR Yakaar (Yakaar signifie espoir en wolof). MS a déclaré qu’il ne tenait pas rancune contre le président Abdoulaye Wade, accusant sa disparition de tout son blâme aux pieds du fils du président Karim et des autres membres de son entourage. Il s’est dit préoccupé par ce qu’il considère comme l’affaiblissement de la démocratie sénégalaise, l’érosion de la séparation des pouvoirs et l’inefficace Assemblée nationale en particulier. Fin du résumé.
Lors d’une discussion très large, MS a déclaré à CONCORDE qu’il n’avait aucune hostilité personnelle à l’encontre du président Wade, ajoutant qu’il savait dès mars 2007 que ses jours étaient comptés mais qu’il avait décidé à l’époque de jouer le jeu jusqu’au très fin: « J’étais Premier ministre et numéro deux du PDS (le parti démocratique sénégalais au pouvoir); les couteaux étaient sortis pour moi dès la fin des élections. Je le savais bien. Cependant, ce qui m’a été fait, beaucoup de gens Ce martyrisation (sa parole) que j’ai subie m’a vraiment créé un solide soutien populaire. Je compte parmi les partisans ma région natale de Fatick et un soutien dans le nord d’où viennent mes parents. En ce qui concerne le président Wade, je ne vais pas l’attaquer personnellement, car mon combat de 2012 ne sera pas contre lui, car je doute qu’il soit candidat à l’élection présidentielle.  » En réponse à une question de savoir s’il s’attend à être harcelé et peut-être même emprisonné comme son prédécesseur Seck, il a déclaré que tout était possible dans la politique africaine, y compris l’assassinat, et qu’il ne serait pas surpris que de fausses allégations à son sujet fassent surface. Néanmoins, il a insisté sur le fait qu’il était prêt à faire face à tout ce qui se passait et qu’il ne serait pas découragé. Le nouveau parti de MS contestera les élections locales …

Macky MS a déclaré à CONCORDE que bien qu’il ne soit pas intéressé à se présenter personnellement aux prochaines élections locales parce qu’il avait déjà été maire, son parti contesterait les élections, prévues pour mars 2009, si elles ont lieu. Cependant, comme de nombreux observateurs ici présents, MS pense que le président Wade trouvera le moyen de reporter ces élections.

Selon MS: « Le PDS est fracturé et les choses se sont détériorées depuis février 2007. (Wade) sait que s’il concourt aujourd’hui, le PDS perdra lourdement, surtout dans les régions où ils ont mal résisté (année dernière). Élections présidentielles – En ce qui concerne mon parti, je suis en train d’imprimer des cartes de membre pour voir l’ampleur de mon soutien. Nous avons déjà imprimé 100 000 cartes que nous enverrons à nos sympathisants à l’étranger. J’imprimerai ensuite 300 000 autres cartes et j’espère d’ici à la fin du mois de janvier, j’aurai une idée du type de soutien que j’ai. Cela dit, l’argent est essentiel, nous devons trouver des moyens de le collecter.  » … Mais tout se rapporte aux élections présidentielles
Cependant, MS a clairement indiqué qu’il avait déjà l’œil sur les élections présidentielles prévues pour 2012. Lorsqu’il lui a demandé qui il espérait être son concurrent dans la course à la présidence, il a répondu: « Tanor (Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste), Niasse (Moustafa Niasse, président de l’Alliance Force for Progress) jouera un rôle, mais mes véritables challengers seront Seck (l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, qui dirige maintenant son propre parti: Rewmi Karim Pape Diop (maire de Dakar et président du Sénat) est une énigme: il est l’héritier constitutionnel (Remarque: en tant que président du Sénat, il succède à la présidence sur une base provisoire si quelque chose arrive au président. Note finale) et ce qu’il va faire est encore inconnu. Il a certes beaucoup d’argent, mais il l’a joué contre sa poitrine. « 

Interrogé sur la possibilité que Karim succède à son père, le président, MS, a répondu: « Franchement, le président Wade a été poussé dans ce sens par ses conseillers. Au début, il ne voulait pas que sa famille soit impliqué dans la politique, mais il a ses conseillers. Sans son père, Karim n’a rien. Notez que le mouvement qu’il dirige (la Génération du Concret (GC)) n’a pas d’envergure. Même si les gens autour de Wade disent qu’ils soutiennent Karim, ils le font donc, à la fois apaiser et ne pas subir la colère du président. En outre, eux aussi ont commencé à se battre entre eux.  » (Remarque: Abdoulaye Balde, Karim Wade, représentant à la fois de l’Agence nationale pour l’organisation de la Conférence islamique (ANOCI) et au sein du GC, est de plus en plus attaqué par certains des partisans de Karim pour ses ambitions grandissantes. MS prétend avoir un support généralisé

MS a ajouté qu’il compte au moins 22 députés au sein du PDS parmi ses partisans et qu’il leur a dit de rester là où ils se trouvent car il ne pouvait pas les soutenir personnellement en dehors du Parlement. Il a affirmé: « Beaucoup de membres de l’Assemblée nationale se rendent compte que l’institution est piétinée par l’exécutif. Même certaines personnes qui ont voté pour me démettre de mes fonctions l’ont fait à contrecœur, mais elles craignaient de défier le président. »
Interrogé sur son intention de rejoindre la coalition d’opposition Front Siggil Sénégal, MS a déclaré qu’il ne rejoindrait pas officiellement le groupe mais qu’il était prêt à soutenir leurs activités et à collaborer avec ses dirigeants. Cependant, il a noté: « Ils ont suffisamment de problèmes de leadership. Je les soutiendrai au besoin, mais je suivrai un chemin différent. » Quant à son ancien rival Seck, il a insisté: « Je n’ai aucun problème avec Seck et nous sommes d’accord sur certaines choses. Mais quand les élections auront lieu, nous nous affronterons et laisserons le peuple décider. Tous ceux qui sont en avance après les élections premier tour devrait soutenir l’autre dans le second.

Dans une veine semblable à celle de nombreux membres de l’opposition, MS a déclaré que la taille du gouvernement était trop importante et que les fonds publics étaient mal gérés. Il a déclaré que la plate-forme de son parti serait de revitaliser le caractère républicain de l’État, de renforcer la séparation des pouvoirs et de l’Assemblée nationale en particulier, de réduire la taille du gouvernement, de revitaliser l’agriculture et de réorienter les projets d’infrastructure vers des zones situées à l’extérieur de Dakar. Je voudrais d’abord me débarrasser du Sénat. Non seulement ils ne font rien, mais le fait que le président ait décidé de devenir la haute chambre est inacceptable. Au moins, les députés sont choisis, même indirectement, lors d’élections par le peuple. Le Sénat est choisi par le président. En tout cas, ils font double emploi avec les travaux de l’Assemblée. Je suis pour un système monocaméral avec une présidence forte où l’Assemblée nationale est autorisée à faire son travail. De plus, la multiplicité des agences épuise les ressources vitales de l’État, il est nécessaire de les réduire au même titre que le nombre d’ambassades que nous avons. En ce qui concerne les projets d’infrastructure, je vois l’utilité d’en avoir à Dakar, mais des investissements supplémentaires sont nécessaires dans le sud et le nord-ouest. Il y a des routes vitales qui ont été laissées dans un état de délabrement total. Sur le front de l’agriculture, nous devons revitaliser l’agriculture afin de créer plus d’emplois.

MS a été franc lors de la réunion avec CONCORDE. Il semblait à l’aise et (remarquablement) pas du tout amer au sujet de son traitement par le président Wade. Au lieu de cela, il semblait confiant quant à son avenir politique et à ses chances de remporter la présidence. Cependant, à l’instar de son compatriote candidat à la présidentielle Seck, il se trouve dans la position curieuse d’avoir été Premier ministre d’un gouvernement qu’il critique maintenant pour ses dépenses inutiles et ses politiques faibles. Il était également à la tête de l’Assemblée nationale, qu’il a qualifiée d’inutile. Il ressort clairement de la conversation qu’il a profité au maximum de sa perte de ses deux fonctions pour ouvrir la voie à la formation de son parti et à sa course à la présidence. Après avoir résisté à la volonté du président pendant plus d’un an, MS a maintenant le luxe d’être l’un des hommes politiques les plus connus et les plus appréciés du pays.

Alors que MS prétend être capable et disposé à coopérer et à collaborer avec n’importe quel autre dirigeant de l’opposition à gauche et à droite, il s’est fait beaucoup d’ennemis durant son mandat de responsable de la présidence. On ne sait pas si lui ou Seck a le plus d’appui au sein du PDS au pouvoir, mais Seck a déjà démontré sa capacité à mobiliser un pourcentage important d’électeurs et à réunir les fonds nécessaires pour remporter une élection présidentielle. Seck et MS étant tous deux susceptibles d’être considérés comme une forme de continuité avec le gouvernement Wade, ils pourraient annuler chacun d’eux au premier tour, renforçant ainsi les espoirs électoraux relativement faibles de l’opposition divisée à gauche.
Enfin, le soutien ethnique de MS, qui compte sur le soutien des peuples pulaar et sérère en raison de sa filiation et de celle de son épouse, pourrait être un signe inquiétant. En combinaison avec le remaniement ethnique des circonscriptions électorales exercé par Wade et son influence dans le processus politique, le rôle de l’ethnicité dans la politique sénégalaise pourrait être plus actif que par le passé. De plus, MS compte sur le soutien du groupe religieux mourides, tout comme Wade. Cette implication manifeste des dirigeants religieux et la manipulation de l’identité religieuse à des fins politiques pourraient potentiellement représenter une érosion de la tradition de tolérance du Sénégal.

2 Commentaires

  1. C’est truffé de fautes de syntaxes. Quand vous parlez d’un sujet aussi important, vous devez être en mesure de parler un bon français. Vous ne prenez même pas la peine de voir ce que vous publiez. Nos enfants lisent parfois certains articles comme cette contribution.
    Faites des efforts dans ce sens.
    Sans rancune.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here