Bouleversement inattendu ou délire persistant de l’opposition classique sénégalaise, c’est présentement Aida Mbodj qui est pointée du doigt, soupçonnée de connivence avec Macky Sall. Pourtant, au moment où les tiraillements sur le groupe parlementaire faisaient les manchettes, les amis actuels de Diagne Fada s’en étaient violemment pris à ce dernier. Coutumiers des faits, accusations et spéculations hasardeuses, ils doivent, à tout le moins, s’expliquer sur cette incohérence frappante et ces revirements fréquents. C’est trop facile de passer pour simple perte et profit toutes ces falsifications et tous ces blâmes qui, au bout du compte, se sont révélés minables et mensongers.
Ni pro-Macky Sall, ni pour un quelconque autre recyclé, s’il faut changer qualitativement, la première rupture consistera à refuser le fait accompli, abusivement appelé vote utile. Les regards doivent être tournés, pour une fois, sur ceux-là qui peuvent se prévaloir d’aptitude et de probité, sans que leurs passifs politiques ne les rattrapent. Il n y a pas longtemps, il fallait prétexter d’une main invisible pour atteindre la crédibilité de Diagne Fada. Maintenant, il s’assoit à la même table que les ex-camarades d’Aida Mbodj. Passer sous silence ce manque de cohérence de la part de ses pourfendeurs d’hier, c’est céder à la menace des dénigreurs attitrés, oisifs errants.
Mettre le doigt sur de tels faits et gestes déplorables entraine souvent des accusations de partisannerie masquée en faveur du parti au pouvoir. C’est la méthode bolchévique utilisée par les inconditionnels de l’alternance à tout prix pour empêcher tout avis et toute information compromettants. L’honnêteté intellectuelle commande que l’opposition soit également ciblée sans réserve excessive. Le reflexe de ménager les détracteurs infortunés explique en grande partie que les candidatures indépendantes et les nouvelles personnalités politiques aient du mal à s’imposer sur l’échiquier, depuis toujours.
Birame Waltako Ndiaye
[email protected]

PARTAGER

1 Commentaire

  1. Vous parlez de votre cas Aida Mbodji qui a pris le poste de groupe parlementaire et travaille pour Macky sall c’est mieux et laissez Fada tranquille lui il a le courage de ses ambitions il est parti crée son parti et continue son chemin de bonhomme de chemin. Léguinak amnguéne loléne wakh bou bakh

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here