XALIMANEWS : Suite et pas fin de l’affaire de la pharmacie Cheikh Fadilou Mbacké. Selon le journal Enquête, le Dr Cheikhouna Gaye a été entendu, hier, par les enquêteurs en charge du dossier. Ce dernier aurait présenté ses excuses au commissaire Bara Sangaré qu’il reconnaît avoir empoigné.
«Je l’ai empoigné. Des gens qui étaient sur place sont venus nous séparer. Il est sorti à nouveau de la pharmacie en silence. Quelques minutes après, il y a eu du renfort avec des éléments en civil qui sont venus m’interpeller. Je reconnais les faits qui me sont reprochés. Je l’ai empoigné, je présente mes excuses. Je reconnais avoir tort sur toute la ligne et refusé de vendre un médicament sans ordonnance au commissaire Sangaré. Le commissaire est revenu, tenant en main son téléphone pour lui montrer la photo de l’ordonnance »,a-t-il avoué. Pourtant dans la vidéo devenue virale, le pharmacien soutient que le commissaire ne lui a pas présenté une ordonnance, même en photo. 

4 Commentaires

  1. TRISTE….CONSTAT..!.LES…RAISONS…DU…. »PLUS..FORT »……….CAUSES..DU…DÉSORDRE..GÉNÉRALISÉ..A..CHACUN..SON..POUVOIR…….

    .A…MÉDITER…………!

  2. Qu’est ce que pharmacien était parti faire au commissariat?
    Qui a amené ce pharmacien à la police et pour quelle raison?
    Était il en garde à vue ?
    Le fait de présenter ses excuses ne veut rien dire
    Il était un otage qu’on demande de présenter des excuses c’est tout
    Pourquoi il ne les a pas présenté à la pharmacie?
    Ne nous prenez pas pour des demeurés

  3. Du n’importe quoi, le commissaire n’a même pas eu besoin de toucher aucun des agents de la Pharmacie. Comme à ses habitudes, selon un témoin qui avait subi pareille mésaventure avec le commissaire Sankharé, qui fait signer une lettre d’excuses à ses victimes en choisissant le papier et même les termes des excuses.

    Je suis très navrée de constater que les journalistes sont tombés dans ce piège ourdi par le commissaire destiné à chercher à s’en sortir. Les images de la vidéo de surveillance n’ont pas été tronquées, ni au début de l’enregistrement, ni à aucun moment, pour que le commissaire puisse nous faire avaler ses bobards. On a vu le commissaire attendre tranquillement l’arrivée de ses hommes qu’il a appelés par son portable, et ces derniers se sont dirigés directement derrière le comptoir où ils ont agressés les agents dont le docteur Gaye qui a été menotté (hors caméra).

    Nos médias sont facilement manipulables, sinon les journalistes auraient pris le soin d’aller entendre les responsables de la pharmacie avant d’écrire de telles sottises.

    De toute façon, les images choquantes de l’agression commanditée par le commissaire Sankharé ont fait le tour du monde, ainsi que le témoignage audio d’une des victimes de ce même commissaire qui avait utilisé le même procédé en faisant écrire une lettre d’excuses dont les termes avaient aussi été choisis par le commissaire. Le Sénégal est censé être un pays de droit, où nul ne peut se permettre de poser des actes d’agression aussi caractéristiques, quel que soit son statut social ou professionnel.

    En France, pays des droits de l’homme et du citoyen, ni Macron en personne ne pourrait faire une chose pareille sans être frappé par loi, encore moins une autre autorité de la République.

    Non, ce commissaire indigne ne doit pas rester dans le corps de la police, à fortiori avec les fonctions de commissaire. Affecter un irresponsable de cette trempe dans les régions serait même une promotion, il doit être radié et envoyé à la retraite, même avec droit à sa pension, pourvu qu’il dégage.

  4. Pourquoi est ce qu’il a empoigné le Commissaire ? Parce que ce dernier l’a insulté ! Faisons abstractions des statuts sociaux et retenons que Mr Sankharé n’avait pas à insulter Mr Gaye. Car s’ils se boxent par la suite c’est Mr Sankharé qui a tort.
    Entre gens bien élevés j’entends les excuses de Mr Gaye. Mais j’estime qu’il n’a pas à les faire.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here