Nos esprits doux et disloqués repoussent jusqu’à leur dernier retranchement les injonctions des fidèles noirs foncés d’Afrique à l’orthodoxie. Musulmans ou catholiques tout court, c’est moins sophistiqué parce que leur foi nourrit, à elle seule, leur idéal politique. Républicains et laïcs de surcroit, c’est beaucoup plus compliqué parce qu’il leur faut se dédoubler à chaque fois que les référents religieux imposent une objection de conscience ou une charge moralisatrice. L’intention de confisquer l’ordre social en devenir gênera tant qu’elle se servira des seuls arguments d’autorité, négation de toute altérité. C’est du moins l’entièreté convoitée des dévots sinon le fondement rationnel du droit positif qui en prend un coup sec.

Tant qu’ils se déclineront raisonnables, les référents religieux auront leur place dans le concert enflammé des participations citoyennes. Il revient à l’État de prendre ses responsabilités, aménager les arguments afin de donner sens et réalité à l’objectif ultime : vivre en paix et en harmonie. Certains essayeront de tirer parti du système mécanique de la majorité officielle. D’autres spéculeront sans cesse sur les valeurs mobiles. Constamment, l’État devra garantir la primauté de l’État de droit; il y va de notre intégrité. La sauvegarde de l’égalité des citoyens et de la protection des minorités ne suffit pas, il faudra à chaque fois intégrer les plus vulnérables jusqu’à ce qu’ils acquièrent entièrement confiance.

Quand Mamadou Sy Tounkara, de son nom de moudjahidine avisé, dénonce une loterie, pari sportif prisé par des mineurs, il faut porter une attention particulière sur le procédé. Il alerte sur les conséquences dommageables de l’appât du gain facile. Ce n’est pas tant le contenu de son discours que l’agencement de sa pensée qui vient nous chercher, nous provoquer et nous convaincre au mieux. Il ne s’est pas complu dans la rhétorique fade des mollahs qui prédisent invariablement la pénitence encourue. Lui, au moins, il s’appuie sur des faits et gestes avant d’apprécier raisonnablement l’impact du phénomène sur les équilibres sociaux.

Sous nos yeux se déroule un triste spectacle qui opposent d’une part ceux qui rient de la démocratie, mais comptent bien s’en servir pour s’imposer, et d’autre part ceux qui ne trouvent pas drôle que la liberté démocratique soit aussi utile aux fanatiques. Les premiers considèrent que la démocratie doit traduire sèchement le diktat du plus grand nombre. Les seconds apprécient que les minorités puissent contribuer qualitativement au commun vouloir de vie commune. En tous les cas, la majorité dont se targuent les dogmatiques ne s’est jamais traduite par des représentations sociales conciliantes ni par des comportements collectifs et complices.

Entre force de loi et trafic des compétiteurs, il y a là un ordre d’attribution à établir pour de bon, pour éviter les confusions ou tout autre chamboulement. La démocratie n’est pas une simple manifestation de la volonté du plus grand nombre, elle prévoit également que les plus forts se conforment aux normes constituantes. Dès lors, il est insensé de convoquer une loi surhumaine pour en faire impérieusement référence subliminale. C’est par le procédé de rationalisation que les équilibrages se feront, sans suffisance ni aucune autre suprématie.

Faut-il avouer carrément que nos ancêtres l’ont eu tout faux, pour étouffer les vains combats d’arrière-garde? Ce sera déjà ça de fait. On en est à préférer les uns contre les autres dans l’application de la charia ou dans celle du droit universalisant de l’homme. Appelons-ça comme on veut, référent religieux ou raideur républicaine. Toujours est-il qu’au registre des identités, tous ces casus belli viennent d’ailleurs, de très, très loin. Hélas! Les greffes et les gommages ne sont pas encore tout à fait réussis. La froideur des corps enfermant du sang chaud oblige.

Birame Waltako Ndiaye

[email protected]

 

          

PARTAGER

9 Commentaires

  1. Merci Birame Waltako pour ces articles de valeur. Vous vous distinguez vraiment par la qualité de vos articles devenus rares dans l’espace médiatique sénégalais. Vous devrez envisager une plus grande diffusion de ceux-ci.

    • L’infatigable Jo Fall. Toujours aussi venimeux, méchant, lâche, sournois. Affligeant. Es-tu aveugle pour lire à chaque fois les articles même si tu n’aimes jamais? Même si c’est pour répandre ta bave puante? Tu es vraiment drôle enfin.

  2. Analyse sérieuse et intelligente d’un fait insidieux qui, sans en avoir l’air, est au début et à la fin du jeu politique. À travers les communautés religieuses, leurs rapports avec l’autorité et leurs intérêts divers se jouent les carrières et les promotions. La laïcité en prend un coup certain. Bien vu monsieur

  3. Qu’est ce que c est cette laïcité dont certaines personnes croient plus importante que nos valeurs religieuses,culturelles et intellectuelles, la séparation de l église et de l État,loi importée d ailleurs, les citoyens avant tout appartiennent chacun à une communauté religieuse, paye des taxes et impôts, de même que les religieux, donc ils ont droit aux chapitres sur la gestion, les lois qui régissent le pays.L islam,le christianisme enseignent la droiture,le respect mutuel,la solidarité… Prônent le travail, interdisent la méchanceté, la cupidité, l intolérance ,en un mot toutes les valeurs cardinales.n ayons pas de complexe puisons sur cette richesse qui permettra à notre pays de d allier développement avec une jeunesse saint esprit,de bonnes moeurs, et riche de valeurs.

  4. ON S’ACHEMINE INÉLUCTABLEMENT VERS LA PRISE DU POUVOIR TEMPOREL PAR LE SPIRITUEL – ET DÉMOCRATIQUEMENT !!!
    Le Vénéré Khalife disait que ‘’les hommes politiques croient en nos prières, mais sous-estiment notre pensée, alors que les deux doivent aller de paire ; elles sont synergiques’’. Et c’est dire que l’option laïque qu’ils ont choisie ne pourra guère mener à la réussite. Non ! Comment pourraient-ils réussir, alors qu’ils ne croient pas fermement, refusent de prendre le Prophète (PSL) comme modèle et maître à penser et ne sont mus que par leur propre science (libre-pensée) et leur avidité pour les honneurs et les biens de ce bas-monde ? [(2. La Vache : 1-5 – Al-Baqarah) ; (33. Les Factions : 21 – Al-Ahzâb) ; (64. La Grande Perte : 16 – At-Taghabun).
    Ont-ils médité la parabole de l’Araignée ? Certainement non, car le Coran enseigne que “ceux qui ont pris des protecteurs (modèles ou alliés) en dehors d’Allah ressemblent à l’araignée qui s’est donnée maison. Or la maison la plus fragile est celle de l’araignée. Si seulement ils savaient ! … Telles sont les paraboles que Nous (Dieu) citons aux gens ; cependant, seuls les savants les comprennent” (29. L’Araignée : 41-43 – Al-Ankabût). Oui, toute construction laïque est appelée à s’effondrer tôt ou tard – Un défi coranique !
    En vérité, qui d’autre que les ‘’Hommes de Dieu’’ peut détenir la recette véritable pour le salut – tant dans la vie présente que future ? Le Coran, n’est-il pas un éclaircissement de toutes choses ? (16. Les Abeilles : 89 – An-Nahl). Incontestablement, les vrais ‘’Hommes de Dieu’’ détiennent une Science et une Sagesse – et donc une clairvoyance qui leur permet de s’impliquer en politique (exercice du pouvoir, choix d’un dirigeant, orientation de la politique gouvernementale, conciliation et médiation en cas de conflits, etc.). Oui, les prophètes David, Salomon, Joseph ont eu à exercer le pouvoir ; ceci a été explicitement rapporté tant dans la Bible que le Coran [(2. La Vache : 246-251 – Al-Baqarah) ; (12. Joseph : 100-101 – Yûsuf) ; (18. La Caverne : 83-98 – Al-Kahf) ; (38. Sâd : 26 … 30-40)].
    Au demeurant, la prise du pouvoir par le spirituel fait partie de l’ordre de mission que le Prophète (PSL) a adressé implicitement aux oulémas de sa postérité ; et cette prédiction connaîtra sa pleine réalisation avec l’avènement du Mahdi, à la ‘’fin des temps’’ (akhirou zamân), comme en témoigne le Hadith :
    [Propos du Prophète (PSL) :] “Le khalifat durera trente années, puis s’établira un royaume. Safîna ajouta : “Compte les deux années du khalifat d’Abû Bakr, les dix années de celui de Umar, les douze de celui d’Uthmân et les six de celui de ‘Alî.”
    [Propos du Prophète (PSL) :] “Les jours et les nuits ne passeront pas tant qu’un homme du nom de Yahya [le confirmateur du Mahdi] n’aura pas pris le pouvoir”. [Allusion à la confirmation du Christ par Jean Baptiste (Yahya), lors de sa première venue]. (Muslim)
    [Propos du Prophète (PSL)] “La terre sera emplie de paix, la concorde sera générale … , la terre sera semblable à un plat d’argent donnant ses fruits en abondance (une courte période bénie) … (Ibn Mâja)
    En vérité, le Mahdi – l’incontournable et ultime “Porte du repentir”, est une véritable panacée (remède à tous les maux) ; oui, le Coran enseigne que tout peuple qui s’amende atteint la sécurité alimentaire, s’enrichit et renouvelle sa population (71. Noé : 10-12 – Nûh) – Telle est la « perspective de Noé » qui est la seule voie de l’émergence véritable !!!
    Et c’est dire donc que rien ne se fera sans le Mahdi ; oui, avec lui, tous les problèmes seront réglés, par la grâce d’Allah – quelque soit celui qui dirigera le pays ; et sans lui, rien ne sera réglé – quelque soit celui qui dirigera le pays. N’est-il pas donc le véritable détenteur du pouvoir ?
    (26) Dis : “Ô Allah, Maître de la royauté, Tu donnes la royauté à qui Tu veux, et Tu l’arrache à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent !”. (3. La Famille d’Imran : 26 – Al-Imrân) … (180) Gloire à ton Seigneur, le Seigneur de la puissance. Il est au-dessus de ce qu’ils décrivent ! (181) Et paix sur les Messagers, (182) et louange à Allah, le Seigneur des mondes ! (37. Les Rangés : 180-182 – As-Saffât)
    https://docs.google.com/document/d/18vHemkv-EB76jlNxUbz1isalwEWLo8GLslTQ2tGOAUI/edit?usp=sharing

  5. Si même démocratie signifie que les prises se font par la majorité, ce qui n est pas le cas même aux états unies qui ont leurs “grands électeurs” qui pèsent plus et dont leurs votes restent capital,ici nous copions ces soit disant démocrates,alors qu ils imposent leurs forces au reste du monde.Nous nous devons avoir un système basé sur nos réalités socio culturelles,et sur la balance rien ne pourra égaler les enseignements du coran,du prophète Mouhamed,psl,qui dirigea la communauté et dont sa richesse matérielle est moins que celles de nos dirigeants actuels,Cheikh Ahmadou Bamba est notre héro national, lui qui est Khadimu rassoul,le serviteur du prophète a lutté avec comme “armes” le coran, son amour pour le prophète et sa totale soumission à Allah. Il est revenu de Gabon triomphant, après 7ans et 7mois d exil.nous devons s appuyer sur son enseignement, exemple en écologie,partout on commence à interdire la cigarette dans les lieux publiques vu son danger,alors que,de par sa vision Cheikh Abdul Lahat l a interdit depuis longtemps de touba la ville sainte.Cheikh Sidy moctar l actuel khalif avait donné 1milliard de fcf lors du théléthon pour les inondations, Yoff layennes,les mariages célébrés ensemble avec une modeste somme participent à l équilibre de la société, à son renouvellement avec de nouvelles familles qui se créent. Les bayfall,les niassen,mais aussi les tijans avec leurs “wasifa” nous procurent une mélodie divine. Ce sont toutes ces richesses économiques, culturelles, sociales,spirituelles qui doivent nous servir d outils de développement, de cohésion sociale,de paix et de quiétude, car, être riche signifie ni paix ni quiétude.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here