Après sa victoire contre la Belgique (2-0) dans le choc du groupe E, l’Italie a enchaîné contre la Suède (1-0) à Toulouse ce vendredi. Eder a marqué le but de la victoire à la 89e minute, pour envoyer la Nazionale en huitièmes de finale.
Le match : 1-0
Pas franchement gâté ces dernières années, le public du Stadium de Toulouse n’a pas eu de veine vendredi après-midi en assistant à un des matches les plus ennuyeux depuis le début de l’Euro. Une opposition fermée entre des Italiens attentistes et des Suédois collectivement limités et qui, avec le souvenir de la Belgique en tête (battue 0-2 par la Squadra Azzura), ont eu un mal fou à se livrer de crainte de se faire prendre en contre.

Posés sur leur trio défensif, les Italiens ont passé leur temps à contrôler les tentatives adverses et les Suédois n’ont d’ailleurs pas cadré le moindre tir. Il fallut attendre la 82e minute pour voir une occasion digne de ce nom, une tête de Parolo, bien servi par Florenzi, qui terminait sur la transversale. Six minutes plus tard, sur une touche rapidement jouée par Chiellini, Eder profitait d’une bonne remise de Zaza pour se présenter devant Isaksson et crucifier les Suédois après avoir résisté aux retours de Källström, Lewicki et Granqvist (88e, 1-0).
Le joueur : Eder décisif
Très critiqué ces derniers mois (un seul but inscrit avec l’Inter depuis son transfert en janvier), Eder a offert la meilleure des réponses vendredi. Très peu sollicité dans cette rencontre fermée, il n’a pas eu un tas d’occasions – c’est un euphémisme – mais son but, où il se faufile au milieu de quatre Suédois avant de fixer Isaksson, offre à l’Italie la qualification pour les 8es de finale. L’attaquant a ainsi répondu à la confiance témoignée par son sélectionneur Antonio Conte, qui l’a emmené à l’Euro et l’a titularisé contre la Belgique comme contre la Suède. Le meilleur moyen de se mettre dans les meilleures dispositions mentales en vue de la suite de la compétition…
Le fait : un penalty non-sifflé
Pendant le temps additionnel, alors que les Suédois faisaient le siège du but italien, Ibrahimovic déviait de la tête pour Granqvist dans la surface. Retenu par le maillot par Bonucci, le défenseur central s’écroulait. Malgré les protestations des joueurs scandinaves et la bordée de sifflets du virage suédois, M. Kassai, l’arbitre hongrois du match, ne bronchait pas. Le penalty qui s’imposait aurait pu changer beaucoup de choses pour les coéquipiers de Zlatan. Aujourd’hui, la Suède ne compte qu’un point en deux matches et devra absolument s’imposer contre la Belgique pour espérer voir les 8es de finale.
lequipe.fr

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here