Il est dit que les Sénégalais ont la mémoire courte, mais ont-ils déjà oublié les longs mois durant lesquels SEM Macky Sall avait tenu le pays en haleine avec sa décision d’hypothéquer, contre vents et marées, la vie de 2100 soldats en les livrant à l’Arabie saoudite en « guerre » au Yémen ?

C’était en 2015. Le Yémen, république souveraine, était en pleine effervescence. Le président Saleh était chassé du pays lors du « printemps arabe » de 2011, après 34 ans de règne. Son vice-président, Hadi, choisi pour une période de transition de deux ans, resta quand même au pouvoir après ce délai. Une partie de la population, tantôt qualifiée de « rebelles », tantôt de « milices », tantôt d’« opposants », prit les armes et l’obligea à aller se réfugier en Arabie Saoudite. Sa Majesté le roi Salman décida alors d’envahir le Yémen pour remettre les rênes du pays à Hadi. On parlait aussi de sunnites et de chiites, d’Iran et de terrorisme, de tout et n’importe quoi, mais ce n’est pas ce qui nous concerne.

L’Arabie saoudite, grande puissance militaire, soutenue par les États-Unis et leurs acolytes européens et moyen-orientaux dont un qu’on n’ose pas nommer, s’est alliée avec d’autres puissances pour assaillir le Yémen, un des pays les plus pauvres de la planète. Ces gens qu’ils attaquent n’ont même pas d’aviation. Les massacrer par des raids aériens est aisé. Par contre, les contrôler au point de leur imposer un dirigeant nécessite la présence de troupes au sol, et par conséquent des morts dans les rangs des envahisseurs. Cette invasion ne faisant pas l’unanimité dans son royaume, Sa Majesté savait que sacrifier des soldats saoudiens n’allait pas arranger les choses. Trouver une solution était facile : l’Afrique est là, avec des chefs d’États « amis » prêts à transformer leurs soldats en mercenaires. De la chair à canon à gogo.

Macky avait tout de go proposé des milliers de jàmbaar. Et pour convaincre une partie de ses compatriotes, il avait joué la carte de l’obscurantisme, « tuur lëndëm ». Sachant la place que l’islam occupe dans le cœur de l’écrasante majorité des Sénégalais, il avait émis des phrases très orientées. « L’Arabie saoudite est le pays où le prophète Muhammad (Psl) est né et est enterré. (…) La Mecque et Médine s’y trouvent. Donc si ce pays a des inquiétudes sur sa sécurité, et demande l’aide de ses amis, le Sénégal ne reculera pas. » « Si les lieux saints sont menacés, nous verrons ce qu’il y aura lieu de faire »… En vérité, ce pays était l’agresseur et non l’agressé. Sa sécurité n’était pas menacée, les lieux saints encore moins. Macky devait bien le savoir. D’ailleurs, il était le seul au monde à avancer de tels arguments. Même l’ambassadeur saoudien aux États-Unis avait diplomatiquement expliqué : « l’objectif est de défendre le gouvernement légitime du président Hadi de tentatives de prise de pouvoir par des milices houthistes au Yémen. » Quand bien même la légitimité de ce gouvernement reste discutable, il est clair que l’objectif n’avait rien à voir avec la protection de la Mecque ou des lieux saints de l’islam. Aussi, signalons que les Yéménites sont arabes et musulmans. Les Saoudiens et les Sénégalais ne sont pas plus croyants qu’eux.

Néanmoins, le chantre de la laïcité maçonnique qui semble servir Dieu et Satan en même temps, avait fait le tour des fiefs religieux musulmans, Touba, Tivaoune, Ouakam, Medina Baay… Des marabouts avaient formulé des prières. Quel mouride, tidiane, layène, niassène…, s’opposerait à ce que son fils aille, en vrai djihadiste malgré la tenue militaire, défendre les lieux saints de l’islam avec la bénédiction de son marabout ? S’il meurt, pourrait-on croire, il est martyr et va directement au paradis. Même pas besoin de le laver. Mais le Sénégal a-t-il une armée musulmane ? A-t-il sa place dans une coalition musulmane qui attaque un pays de musulmans, une coalition arabe qui attaque un pays arabe ? Des Sénégalais s’y étaient opposés. Macky n’avait que faire de leurs opinions. « Le chef suprême des armées a décidé. Un point, un trait. Pas de discussions là-dessus. Ça doit être entendu par tout le monde », avait-il tranché d’un ton péremptoire, en monarque absolu. Dieu merci, les soldats ne sont pas encore partis.

Au fil des mois, des années, malgré la rareté des informations, on s’est aperçu que ce dans quoi le président de la République voulait coûte que coûte entrainer le Sénégal n’est qu’un carnage épouvantable mesquinement appelé « guerre », un génocide qui ne dit pas son nom. Depuis mars 2015, les bombes pleuvent intensément sur le Yémen. La « coalition arabe » vise des combattants mais aussi et délibérément des ports, des usines, des infrastructures d’eau, des bâtiments résidentiels, des marchés, des hôpitaux, des écoles, des prisons, des hôtels, des mosquées (oui, vous avez bien lu), des véhicules de transports en commun, des manifestations civiles comme des mariages et des funérailles… Peut-on cautionner cela ou y participer au nom de l’islam ? On parle aujourd’hui de plus de 60.000 morts, principalement des civils. En plus des bombardements, il y a la famine, le choléra et d’autres épidémies qui font des ravages. Les enfants tombent comme des mouches. Il est rapporté que toutes les dix minutes, un enfant meurt au Yémen. L’Onu a accusé la coalition dirigée par Riyad d’entraver l’aide humanitaire et de crime de guerre contre les enfants. La pire crise humanitaire au monde. Ey waay, Macky, xanaa amoo doom ?

Ces dernières semaines, l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi qui a choqué le monde tout entier a forcé certaines personnalités à parler de ce qui se passe au Yémen. Des images de l’horreur sont enfin montrées. Silence radio au Sénégal de Macky Sall alors que même dans les pays fournisseurs d’armes à l’Arabie saoudite et ses alliés, l’indignation prend de l’ampleur.

Franchement, si le président Sall a des conseillers sincères et courageux, qu’ils lui disent de présenter des excuses au peuple sénégalais avant de remuer ciel et terre pour rester le chef suprême des armées. Mais peut-on encore lui confier cette lourde et très sérieuse responsabilité ?


Bathie Ngoye Thiam

 

13 Commentaires

  1. Oui et bien demain si le Sénégal à besoin d’aide pour rétablir la démocratie… QU’ILS NE COMPTENT 0ZS SUR LES ARABES… ON VOUS LAISSERA AU FRANÇAIS… LES HOUTHIS ONT VISÉ À MECQUE… MERCI AUX FRERES MUSULMANS DU SENÉGAL DE VENIR STABILISER LA RÉGION… VOUS ÊTES TRÈS COURAGEUX

  2. merci Bathie ! tu touches là un point très de géopolitique ! Alhamdulilah ! le sénégal n’a pas envoyé ses fils dans ce pétrin arabo-arabe ! il convient de prier pour que ces imposteurs de saoudie débarrassent le plancher et qu’ils laissent les lieux saints de l’Islam aux mains de la Ummah (pourquoi à une organisation comme l’OCI ou l’ISESCO) !
    ces imposteurs ont été démasqués à Istanbul (affaire Khashoggi) !

  3. @bela décidemment tu ne penses qua laide que tu peux recevoir
    Mr Ndoye parlait de principes de règles démocratique et de dignité et toi tu penses à l’aumône
    Mais qui sont ces types de sénégalais qui n’arrivent même plus à faire semblant d’être intéressé par leur honneur et qui sont prêt à tout vendre bien entendu y compris leur dignité si tant est qu’ils en aient eus un jour

  4. UNE RÉSISTANCE POLIE, INTELLIGENTE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE… AUSSI, AVAIT ACCOMPAGNE LES DÉCIDEURS DANS LA VOIE DE LA SAGESSE… ET D’UNE PONCTUATION REMARQUÉE.. A UNE MATURITÉ INDÉPENDANTE DES CHOIX POLITIQUES… ..DU MOINS, SPÉCIFIQUEMENT POUR LA PREMIÈRE FOIS LE CITOYEN LAMBDA AVAIT SENTIMENT D’ ETRE ECOUTE ET QUE SON OPINION POSITIF ÉTAIT AUSSI COMPRIS PRIS EN COMPTE…DIEU MERCI ,QUE NOTRE PAYS NE SOIT FINALEMENT DIRECTEMENT IMPLIQUE DANS CETTE TRAGÉDIE.. ECONOMICO « RELIGIEUX » QUE POLITIQUE…… !. ENCORE UNE FOIS DE L’UTILITÉ DES ‘OPINIONS CRITIQUES.. DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX NE SERA DÉMONTRÉE….. BRAVO…..! MONSIEUR THIAM DE REVENIR SUR CET ÉVÉNEMENT….MOMENT HISTORIQUE DANS L’EVOLUTION UTILE DE NOTRE JEUNE DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE………………………..MERCI

  5. S’opposer parler, écrire,critiquer c’est une chose,diriger un pays dans le concert des nations en est une autre chose.Les chiens aboient mais la caravane passent

  6. moi en tout cas c’est depuis ce jour là que j’ai commencé à douté l’intelligence de Macky Sall. Même un élève de cp sait que ce conflit est une guerre d’influence entre L’Iran shiite et l’arabie saoudite sounite.
    mais bon comment voulez vous que président qui ne connait même pas l’histoire de son pays (Desserts des tirailleurs, magal = retour en exil de Sérigne Touba) comprenne tout ça?

  7. Soutenir un Macky Sall, le légionnaire, dans un projet de guerre au nom de l’Islam, franchement c’est combattre l’Islam par ignorance. Et ce, même si on est un khalife général, soutenir Macky dans ce qu’il appelle un projet pour un quelconque avantage de l’Islam, wallahi c’est combattre l’Islam par ignorance.
    Le cas du soutien de la régence saoudienne par Macky a été le premier cas où il a dupé les guides religieux musulmans du Sénégal, il l’a répété pour les besoins de son référendum de 2016. Dans ces deux cas, Macky Sall a délibérément et consciencieusement, adressé aux guides religieux des informations fausses. Et il ne l’avait fait que dans le seul but d’obtenir leur soutien, alors qu’il ne leur disait pas la vérité. il les trompait. Si Macky Sall continue ainsi de tromper les guides religieux, je ne vos dis pas l’idée qu’il a d’eux. Wallahi le guide religieux qui pense que Macky Sall le respecte se trompe.

  8. Y a t-il encore des guides religieux au Sénégal.Des représentants de confréries , oui. On ne sait pas grand chose de leur érudition temps temporel que spirituel à l’opposé de leurs aïeuls.
    Elh. Abdou, qu’Allah, Ta »alla , l’accueille en son Paradis ne disait -il pas : Nétali wakhou diambour diaroula kalawou

  9. Bathie N.Thiam a la langue fourchue. Le mensonge et la manipulation de l’opinion sont devenus les principales méthodes d’une opposition sans programme. Sa seule alternative à ce que propose le régime en place c’est l’arme du mensonge. Comment peut-on trainer quelqu’un devant un tribunal pour des crimes imaginaires .Macky n’a envoyé personne à la mort.Une simple intention ne peut valoir à quiconque une condamnation sauf peut-être dans les régimes totalitaires.M.Thiam a peut-être des problèmes d’argent du fait de l’emprisonnement ou l’éloignement de son bienfaiteur-c’est selon- mais vraiment il n’ya là, rien de grave. Haine quand tu nous tiens.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here