Comment faire de la publicité sur xalima.com ?
Publie le: Mercredi 30 janvier, 2013

Intervention militaire sénégalaise au Mali : les sept questions majeures de Aïda Mbodji

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

Le passage du Ministre des Affaires étrangères devant la représentation parlementaire ne semble pas avoir émoussé les ardeurs de la députée Aïda Mbodji. La mairesse de Bambey a interpellé le ministre des Forces armées sur sept questions qui, à ses yeux sont essentielles, relativement à la présence des Diambars dans les forces d’interposition au Mali. C’est pour elle, une question de «gouvernance vertueuse». La présence des militaires sénégalais dans la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) suscite bien des interrogations de la part la députée Aïda Mbodji. Le passage de Mankeur Ndiaye, le ministre des Affaires étrangères pour répondre à l’interpellation du parlement ne semble pas avoir répondu à ses attentes. Pour répondre aux exigences de la résolution 2085 du Conseil de sécurité qui demande aux «Etats Membres de fournir des contingents à la MISMA pour lui donner les moyens de s’acquitter de son mandat», le Sénégal a décidé d’envoyer un contingent de cinq cents hommes, au Mali. Une mesure qui s’est appuyée sur les dispositions de l’article 79 de la Constitution, qui accorde au président de la République, chef supérieur des armées, la possibilité d’user de son pouvoir de commandement. Toutefois, la députée libérale Aïda Mbodji ne se sent guère en conformité avec cette décision du gouvernement qui a été prise sans discussion avec le parlement. Ce qui selon elle, est regrettable «dans une démocratie représentative». Pour remédier à cet impair, Aïda Mbodji interpelle directement le ministre des Forces armées, Augustin Tine sur sept questions. La députée libérale demande au ministre d’apporter des réponses sur les questions suivantes : «le statut des forces sénégalaises engagées dans le conflit et les articulations de la chaîne de commandement, les ressources qui permettent de couvrir ce déploiement militaire, la date á laquelle les forces africaines vont commencer à s’impliquer dans les opérations, le niveau d’engagement de notre armée et la durée probable ou les objectifs assignés à la mission, la composition et le profil des forces engagées sur le terrain, les initiatives prises par le Sénégal pour le bon accompagnement diplomatique des opérations militaires et pour s’assurer du soutien financier, matériel, logistique et politique constant des pays africains et de la communauté internationale, et enfin, les mesures prises pour renforcer la sécurité intérieure et pour contenir toutes velléités de représailles terroristes». En posant cet acte majeur, Aïda Mbodji entend, dans le cadre de «la gouvernance vertueuse», faire exercer par le parlement, «son pouvoir de contrôle efficace (de) toutes les activités du gouvernement». SOULEYMANE KANE Le Pays au Quotidien

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous


A propos du site ou journal

3 Commentaires
Participer au forum
  1. Sadaga Diop dit :

    Continuer à faire comme si l’Afrique Noire toute entière était sous la menace d’un aussi petit groupe de quelques barbus et de gamins qui ne connaissent rien aux métiers d’ arme me gêne énormément ! Non, mes frères et sœurs, il n’y a pas de menaces d’islamistes au Sénégal, plus qu’il y en a en France, en Allemagne ou en Tunisie, ne tremblez pas, il n’y a pas le feu, ou même un début de feu.
    Certes il y a eu une menace au Nord du Mali qui a failli emporter le Gouvernement Central du Pays, mais c’était dû principalement à l’incurie des autorités et de la population Malienne, plutôt qu’à une stratégie d’occupation des terroristes.
    Notre pays le Sénégal, à d’autres préoccupations plus importantes ,et cette affaire d’islamistes ne mérite même plus que nous en débattions sérieusement. Dans moins d’une semaine, les troupes Africaines de la M.I.S.M.A. vont enfin prendre leur courage à deux mains pour aller suppléer les forces Françaises, et aller au combat contre les éléments résiduels terroristes qui sont dans les montagnes, à la frontière Algero-Malienne.

  2. l'usurpateur dit :

    de grace faites taire cette garce, les dirigents africains devraient avant toute cacher leur honte; attendre que la France se dresse devant les terroristes et raler ensuite, où étiez-vous quand ces maudits violaient vos soeurs et tout le bordel qu’ils ont semé après. Honte à vous tous, vous me faites horreur!!!! :sn::sn::sn::sn::jumpy::jumpy:

  3. maire dit :

    Tu ferais mieux de répondre de ta gestion de la commune de Bambey avec ton ivrogne de secretaire municipal, ton guewel de payeur et ton laobé de fournisseur

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK

Intervention militaire sénégalaise au Mali : les sept questions majeures de Aïda Mbodji