Deux titulaires, deux suppléants, mais aussi parité absolue ! Comment réussir l’étape des investitures ? C’est une question qui hante très probablement le sommeil des membres du Secrétariat chargé de centraliser les candidatures au niveau de la DSE APR de France. En effet, dans la famille politique du président de la République en France, le bal des égos n’a jamais connu de répit. L’adversité politique y est comme un allant de soi. Dans ces conditions, désigner des militants qui doivent défendre les couleurs de Benno Bokk Yakaar lors des législatives ne sera pas une sinécure. Au contraire, l’exercice pourrait être périlleux, très périlleux même ! En attendant, les pronostics vont bon train. Alors qui sont les prétendants qui pourraient sortir du lot ? Infos15.com a enquêté.
Demba Sow, coordinateur de la DES APR/France
Son nom est souvent cité. Pour bon nombre de militants, le poste de titulaire lui revient de droit, en tant que coordinateur de la DES/France. En plus, argumentent nos sources, Demba Sow est aujourd’hui le responsable de l’APR le plus connu dans l’Hexagone. « On ne perdra pas du temps pour le faire connaître », détaille un de nos informateurs. Ce qui peut faire aussi pencher la balance du côté de Demba Sow, c’est son engagement militant. Dès l’aube de la conquête du pouvoir par Macky Sall, il (avec Ahmed Sarr) n’hésitait pas d’aller au charbon. Il dirigeait des marches, des opérations coup de point, s’investissait dans la massification du parti, bref c’était l’homme à tout faire. Mais voilà, quand l’heure des récompenses a sonné après la victoire de Macky Sall, Demba Sow n’a eu droit qu’à un strapontin au consulat général du Sénégal à Paris. Il n’empêche, il continue de se battre comme un lion pour le rayonnement de l’APR en France. « Macky Sall doit peser de tout son poids pour qu’il soit notre candidat, c’est la meilleure façon de lui renvoyer l’ascenseur », plaide un militant.
Ces points faibles ? Son incapacité à s’imposer, à se faire respecter par les ténors de la DSE/France. Bref pour beaucoup, il manque de poigne. D’autres pensent qu’il n’est pas très clean. Son nom a souvent été cité dans des histoires d’argent.
Emile Bakhoum, coordinateur de la Cojer/France
Jeune, posé, une tête bien faite, Emile Bakhoum fait l’unanimité autour de sa personne, dans son propre parti comme dans l’opposition. D’ailleurs, certains jeunes de l’opposition seraient prêts à voter pour Benno Bokk Yakaar si Emile était investi, renseignent nos sources. Bakhoum est aussi un manager confirmé ! Car la Cojer/France est sans doute la structure la mieux gérée de L’APR/France.
Parmi les autres candidats qui peuvent sortir du lot, il y a : Baba Dème (patron de la coordination de l’Essonne), Souleymane Diallo (Amandiers), Momath Ndiaye (Aix-en-Provence) et Mamadou Dème (PRC).

Mme MBacké, présidente du Mouvement des femmes de l’APR/France
Militante de la première heure, Mme Mbacké devrait être, de l’avis de nos informateurs, la candidate naturelle des femmes de l’APR/France. Son parcours militant serait son principal atout. En effet, elle a consenti beaucoup de sacrifices pour l’implantation de l’APR en France, croisé le fer avec les femmes du Pds pendant la traversée du désert de Macky Sall. Ses points faibles ? Elle n’a pas réussi à étouffer la rébellion d’une partie des femmes du mouvement qu’elle dirige. Pire, sa démarche « clivante » a conduit à la scission de la structure. Il n’empêche, elle conserve toutes ses chances d’être investie. Dernière minute, nos informateurs renseignent qu’elle aurait décidé de ne pas candidater.
Thiaba Tell Sall
Elle fait partie des responsables du mouvement des femmes de l’APR/ France qui ont dirigé la fronde contre Mme Mbacké. « Elle a renoncé à l’amitié qui la liait à Mme Mbacké pour l’intérêt du parti », souligne une de nos sources. Aujourd’hui, beaucoup de femmes de l’APR/France soutiendraient sa « candidature ». Courageuse, militante convaincue et engagée, Thiaba Tell Sall a toutes les chances de s’imposer si Mme Mbacké décide véritablement de ne pas candidater.
Nos sources renseignent que Ramata Kane (Paris), Aïssata Dème (Mantes-la-Jolie) et Coumba N’dom, coordinatrice de la section de Rouen, sont, elles aussi, dans la catégorie des femmes qui ont de sérieuses chances.
Le Secrétariat chargé de centraliser les candidatures a donné rendez-vous aux candidats le samedi 8 avril au siège de l’APR, à Boulogne, selon Afrique Connection.
Les candidats seront reçus « de 14h30 à 17h30 ». Quant aux candidates, c’est de 18h30 à 21h30 qu’elles feront face aux membres du Secrétariat, a précisé mon confrère.
« Il ne s’agira pas ce jour-là d’investir les candidats de l’APR-France, on n’en a pas la compétence. Nous allons juste faire un premier travail de tri. Par exemple, si on a 15 candidats, on va essayer de dissuader certains, dans le but de réduire au maximum le nombre de candidats », avait expliqué un membre du Secrétariat à Afrique Connection.

Cheikh Sidou SYLLA

infos15.com

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here