Le football, c’est de la passion. Oui, c’est bel et bien de la passion. Loin des cieux russes et des terres sénégalaise, où les Lions de la Teranga font de la gloire et émerveillent au point de d’enrôler des coeurs se trouve Justin Purvis. Cet habitant de Louisville Kentucky fait partie de ceux-là qui sont tombés sous le charme des hommes d’Alios Cissé et le fait savoir.

Il suffit de le côtoyer pour en avoir la certitude. C’est un fait certes anodin chez les “Yankees”, mais qui a tout son pesant du coté des Sénégalais vivant à Louisville. Un Américain fan des Lions de la Teranga, ça ne court pas les rues. Pourtant, ça existe bel et bien dans le Kentucky, cet Etat du Sud-Est des Etats-Unis. Justin Purvis, plus connu sous le sobriquet de “Justin Timberlake” (chanteur compositeur américain) est un fan remarqué des Lions du Sénégal.
A la vielle du démarrage de la coupe du monde Russie 2018, ce natif de Lexington (ville situé à 45 minutes de Louisville) a acheté sa tunique frappée de la tête de “Lions” pour l’arborer ce mardi 19 juin pour supporter “ses” Lions.
Sa passion du foot est arrivée après sa graduation en 2013. “2014, l’année suivante après ma graduation a été une grande expérience, me permettant de savoir réellement ce que la coupe du monde de football apporte comme joie et passion dans le monde. Après avoir suivi et supporté l’équipe nationale des Etats-Unis (Team USA) durant le mondial 2014 au Brésil, je m’étais dit qu’il serait très intéressant de les accompagner encore une fois lors du mondial suivant Russie 2018. Malheureusement, cela n’a pas eu lieu pour des raisons qu’on connait. Le “Team USA” n’a pas réussi à se qualifier”, explique le jeune manager de 28 ans.
L’élimination du Team USA lors des phases qualificatives a été perçue amèrement par Justin, mais ça reste simplement le football. Ce sport a ses réalités. Que fallait-t-il faire alors ? Continuer de vivre sa passion en jetant son dévolu sur ses amis Sénégalais. “Les USA n’étant pas qualifiés au mondial, j’étais obligé de chercher une autre équipe. Je suis tombé sous le charme des Lions de la Teranga du Sénégal, en côtoyant mes collègues Sénégalais, qui étaient vraiment enthousiasmés à l’idée de voir leur équipe nationale se qualifier au mondial. Ainsi, j’ai demandé un gars qui était en voyage au Sénégal de me trouver un maillot. Il me l’apporta dès son retour aux Etats Unis. Je le portais fièrement et je me suis mis à les supporter jusqu’à leur qualification”, soutient ce “fan blanc” des Lions.
Surnommé le Lion à la “crinière blanche” par ses amis Sénégalais, Justin déclare vouer un respect total à la défense de cette équipe nationale et à Sadio Mané, sa star incontestée. “Cette équipe possède des composantes très fortes qui lui ont permis de se qualifier. Je veux nommer par là, la défense. C’est l’un des maillons forts. Sadio Mané aussi a été d’un grand apport dans cette équipe. C’est d’ailleurs l’un des artisans de cette brillante qualification”, dira-t-il.
Exit Romaï, Welcome Puma. Justin a décaissé de sa propre poche, cette fois-ci, pour se taper d’un nouveau maillot des Lions version Coupe du monde. D’ailleurs, il le porte en toute harmonie et espère que ce joyau porte bonheur à son nouveau “pays”. “Je suis certes Américain, mais je porte le Sénégal dans mon coeur”. Ce mardi, face à la Pologne, il sera fier de s’afficher devant ses frères américains avec la tunique blanche frappée de la tête de Lions pour pousser les hommes d’Alios Cissé vers la victoire. C’est d’ailleurs, ce qu’il souhaite de tout coeur. “Je souhaite que le Sénégal reste avec son identité actuelle et de ne faire fie à aucune forme de facilité qui pourrait les nuire dans l’avenir. Tout ce que je leur souhaite, C’est de s’imposer face à la Pologne, au Japon et à la Colombie, et de se qualifier au tour suivant. Cela me ferait énormément plaisir”. Attendant impatiemment l’heure de la gloire pour les Lions de la Teranga, Justin Purvis se concentre sur son job de management avec un sourire parfait. Que les souhaits de ce “Lion Blanc” apportent le bonheur dans la Tanière !
Par Papa Waly NDAO, Louisville (Kentucky).

1 Commentaire

  1. Pape Waly Ndao xana iow Mouride nga… vous aimez trop la propagande on en a rien a foutre d’un americain qui supporte le Senegal. Da nga am jott trop. Ça nous apporte quoi?

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here