XALIMA NEWS – Après le rachat de l’opérateur de téléphonie Tigo, filiale de Millicom,  M. Kabirou Mbdoje, PDG du groupe Wari a accepté de se prêter au jeu questions-réponses de votre site préféré xalima.com. Dans cet entretien exclusif, il revient sur le pourquoi de ce rachat et décline ses ambitions après cette acquisition qui marque pour lui, un signal fort pour reprendre des pans de notre souveraineté économique.

Xalima.comPourquoi Wari a acheté Tigo?

Kabirou MBODJE: L’acquisition de Tigo, filiale du Groupe Millicom au Sénégal, va permettre à Wari d’offrir encore plus de services financiers de qualité aux populations.
La complémentarité des deux plateformes va répondre à notre préoccupation de faire de l’inclusion financière une réalité en Afrique et au Sénégal en particulier.

Quel est le message pour l’usage du téléphone mobile? Va-t-on vers une amélioration du réseau en matière d’internet mobile? Du prix ?

Notre objectif est d’offrir des Services meilleurs, à moindre coût et qui répondent aux besoins des populations.
La synergie des expertises et ambitions des deux devra y contribuer.

Apres l’achat de Tigo, pensez-vous que les sénégalais doivent adopter le slogan de Donald Trump “SENEGAL FIRST” en matière de la téléphonie mobile?

Nous sommes très fièrs de voir l’engouement et l’engagement notés chez la population sénégalaise après cette acquisition.

Il est important de dynamiser les secteurs stratégiques de nos économies, en ayant une concurrence variée mais surtout saine et ouverte aux nationaux afin que ces derniers soient des acteurs incontournables.

À travers cette acquisition nous voulons créer une vraie communauté autour des services que nous proposons afin que les populations se réapproprient ce qui leur appartient.

En combinant l’expertise de Tigo et la diversité de l’offre de Wari nous allons créer un vrai écosystème autour de la marque Wari et susciter l’adhésion des populations.

Quel est le conseil que vous donnez aux entrepreneurs africains et sénégalais en particulier?

Nous venons de donner un signal fort à tous les entrepreneurs africains. Nous devons reprendre les pans de la souveraineté économique et retourner les richesses aux pays pour les développer, tout en s’ouvrant à la compétition internationale.

Les outils sont là et les Sénégalais ont une capacité d’adaptation. Il faut décomplexer l’environnement et l’ensemble du continent, pour qu’ensemble, on aille à la conquête de ce qui fait la réussite des grands groupes du monde entier et qui puissent nous permettre même de décider de notre avenir.

PARTAGER

4 Commentaires

  1. BJR,

    J’APPRÉCIE BIEN CE MONSIEUR ET J’ESPÈRE BIEN QUE LE GOUVERNEMENT VAS LE PROTÉGER .
    ON A TOUS VU CE QUE LE GOUVERNEMENT A FAIT A DES GÉANTS TEL QUE DIPROM (TOUBA OIL).
    KABIROU A FAIT UN GROS PAS EN AVANT ET C’EST MAINTENANT AU TOUR DES SÉNÉGALAISE DE SUIVRE.

  2. Bjr
    Tu as parfaitement raison Paco, esperons que le gouvernement va le proteger car je suis sur que des societes comme Orange cherche deja des moyens pour le mettre a genou.
    Voila un Senegalais qui merite le soutien des Senegalais.
    Merci Senegal Ca Kanaam

  3. Les Sénégalais sont en droit d’attendre de notre compatriote Kabirou d’accorder des illimités de Tigo vers TIgo, ou de Tigo vers les deux autres opérateurs pour moins de 20.000 FCFA par mois comme c’est le cas en Europe depuis plus de quinze ans (15 euros) au maximum. Ces illimités sont pratiqués par ORANGE en France et par tous les autres. Vous, les Africains d’Afrique noire acceptez d’être les vaches à lait de ces opérateurs qui vous font acheter du crédit à chaque instant ! Vous êtes trop passifs comme vos ancêtres qui laissèrent s’installer petit à petit les esclavagistes qui deviendront ensuite des colons !

  4. A quand l`introduction en bourse (BRVM) de Wari et Tigo, ce qui permettra aux investisseurs locaux de rentrer dans le capital de ce futur géant. Aux titulaires de petites épargnés, investissons a long terme dans nos compagnies africaines pour leur éviter a recourir aux taux exorbitants des banques lorsque`elles veulent investir

Repondre