COMMUNIQUE N°003: Plateforme Initiative 2017
Contrairement aux informations parues dans la presse, la plateforme Initiative2017 confirme son ancrage au sein de la coalition Manko Taxawu Sénégal et sa volonté de faire du Maire de Dakar Khalifa Ababacar SALL la tête de liste nationale.

Fait à Dakar le 27 Mai 2017
Pour la plateforme
La Cellule Communication

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Contrairement à ce qu’on peut penser, le PDS et Oumar Sarr risqueraient d’être les plus grands
    perdants dans une dislocation de Manko Taxawu Sénégal. Ils ne devraient pas trop s’entêter jusqu’à
    occasionner des départs de Manko Tawau Sénégal.

    Quel est le seul département du Sénégal que le PDS est en mesure de gagner aujourd’hui ?

    On sait tous que Oumar Sarr a perdu Dagana et au lieu d’aller à sa reconquête en se positionnant
    tête de liste départemental, il préfère une fuite en avant consistant à se chamailler
    pour se réfugier dans une liste nationale. Diourbel tout comme une bonne partie de la
    Casamance furent jadis de bons fiefs du PDS.
    Aujourd’hui, à part Serigne Fallou Mbacké président du Conseil départemental de Diourbal et Aida Mbodj de Bambeye qui,
    tous les deux partent avec leurs propres listes, donc sans le PDS,
    la majorité des maires de Dioubel et Mbacké sont de l’APR.

    En Casamance, le département de Ziguinchor reste encore la chasse gardée de Baldé,
    tandis que celui d’Oussouye est presque tombé dans l’escarcelle de Robert Sagna, un membre de BBY.
    Kolda, Sédhiou et Vélingara sont déjà complètement hors de portée du PDS. Moussa Baldé, président
    du conseil départal de Kolda ne ratent pas une occasion pour ratisser large.

    Ailleurs, Kébémer est miné par Modou Diagne Fada qui fait un travail de pro en silence,
    St Louis par l’APR et Chekh Bamba Dièye qui devrait cette fois sortir largement vainqueur des législatives,
    Kaolack par Jules Ndéné Ndiaye, Tamba par Guirassy, Linguère par Habib Sy, Podor est déjà ficelé par Me Aissta Tall Sall
    la lionne des lieux etc.

    Dans tout cela, la seule question de survie qui motive le PDS,
    c’est l’éligibilité de Karim en 2019. Tout le reste est juste un moyen
    liminaire accessoire de second degré (s’il fallait faire un choix, les vrais membres du PDS
    seraient même prêts à choisir zéro député si cela permettait l’éligibilité de Karim en 2019).
    Or le plus grand risque pour le PDS est de ne pas avoir une grosse alliance
    (groupe) parlementaire de toute l’opposition unifiée pour voter une amnistie totale de Karim avant 2019.

    Le PDS ne doit surtout pas commettre l’erreur fatale de compter sur Idrissa Seck dont l’intérêt vital est justement l’inéligibilité de Karim, puisqu’une candidature de ce dernier tuerait à jamais les derniers espoirs pour le premier de devenir président un jour.

    Donc ne soyons pas étonnés de voir le groupe de députés du parti de Idrissa Seck faire volte face pour s’opposer à toute amnistie de Karim…

    Stratégiquement, le PDS a plus intérêt à céder la tête de liste à Khalifa Sall et à faire plus de concessions pour espérer se rattraper avec une amnistie totale de Karim.

    Khalifa Sall au moins est sûr de gagner le département de Dakar, ce qui lui donnera son immunité parlementaire qui le sortira de prison pour en faire le candidat de l’opposition en 2019.

  2. arrete de raconter des bobards selli tu connais pas le PDS qui malgres l agression subie de la part du pouvoir reste le 1er Parti politique

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here