Le dernier réaménagement du Gouvernement vient  de placer le Professeur Awa Ndiaye à la tête du Ministère de la Culture et du Genre.

Tout d’abord, le monde de la Culture lui souhaite la bienvenue en priant que durant son magistère, elle puise parachever toutes les entreprises que ses prédécesseurs ont initiées.

A cet effet elle devra compter sur la disponibilité de tous les acteurs du secteur.

Cela est bien possible, si bien sûr, le temps nécessaire lui est accordé car Awa Ndiaye, Professeur d’Université, est du sérail, pour avoir longtemps vécu les évènements culturels de par ses fonctions antérieures de Conseillère culturelle du Président Abdoulaye Wade.

Juste après sa nomination, comme tout Observatoire digne de son nom, nous avons mené des investigations.

Et de l’avis des sénégalais consultés, elle est une femme de culture très pénétrée du reste, des problèmes culturels, une femme ouverte, généreuse, réceptive  nous dit-on.

Nous nous tenons à ce portrait.

Et notre position trouve son fondement dans la pensée du Pasteur qui défend d’avoir des préjugés et des à priori sur des personnalités qu’on n’a jamais pratiquées ou qu’on ne connaît que d’Adam et Eve.

Je suis sûre que la communauté culturelle très diversifiée, et très libre s’accordera avec nous, tout au moins sur ce point.

Cette communauté souhaiterait vivement la consolidation des acquis dans ce secteur,  avec tous les Ministres qui se sont succédé dans ce Département depuis l’avènement de l’alternance.

Si cette consolidation ne s’est pas encore réalisée, c’est pensons-nous à leur décharge, dû au temps qui leur a fait défaut.

Donc, nous demandons, qu’il plaise  à Son Excellence Abdoulaye Wade, Protecteur des Arts et Lettres, de laisser au Ministre d’Etat  Awa Ndiaye ce temps qui a manqué à ses prédécesseurs.

Le choix porté cette fois-ci sur un Ministre d’Etat à la tête de ce Département, rassure, à priori et reflète, nous semble-t-il, toute l’ambition que le Chef de l’Etat a, de promouvoir la culture dont Awa Ndiaye aura la lourde tâche de rédiger ses lettres de noblesse.

Cette mission pourrait s’articuler à notre avis, autour des points ci-dessous :

–         Procéder à un maillage culturel de l’ensemble du territoire national en tenant compte des spécificités régionales et locales.

-s’écarter et s’élever au dessus des clivages caractéristiques des groupements à enjeux.

– Etre prudente face aux actions de lobbyings et autres maîtres-chanteurs ;

– Avoir une saisie nette et exacte des multiples réalités du monde culturel ;

– finaliser  le statut des Artistes et en faire une priorité ;

– Réconcilier l’Artiste avec son Art et son environnement ;

– Faire en sorte que la banlieue de Dakar se reconnaisse dans les politiques et actions culturelles qu’elle aura à dérouler ;

-Que ces merveilles qui constituent des contenants se dressant fièrement au firmament, reçoivent d’elle l’expression vivante de leur contenu.

Madame le Ministre d’Etat, C’est à ce prix combiné à d’autres éléments qu’au soir d’une retraite, vous dresserez haute, la tête.

Quant à votre frère et prédécesseur, Docteur Serigne Modou Bousso, son empreinte restera à jamais gravée dans les annales de ce  Ministère.

Qu’il sache que Leye n’est pas loin de l’œil du Maître, car Abdoulaye Wade ne pourra nullement jeter le bébé avec son bain, Modou Bousso est attendu, à coup sûr,  sur d’autres fronts. /.

Mme Bineta BA Présidente de l’Observatoire

Citoyen des Arts (OCART)

Tel  77 219 36 70

[email protected]

[email protected]

Guédiawaye Pikine

 

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here