La colère est au summum. La tension sociale est forte. L’inquiétude est profonde. Macron recule, les Gilets jaunes l’acculent. Macron lâche du lest, les Gilets jaunes sont insatisfaits. Macron contredit son Premier ministre sur les taxes au carburant en 2019 désormais supprimées non suspendues, les Gilets jaunes en redemandent. Macron appelle les corps intermédiaires (partis politiques, patronats et syndicats) qu’il a toujours méprisés au secours pour des appels exprès au calme, malheureusement pour lui les Gilets jaunes ne s’identifient à aucun corps social. Emmanuel Macron semble oublier que le mouvement des Gilets jaunes est un mouvement social spontané né des réseaux sociaux contre un étouffement social, un mal être. Sortis victorieux face à tous les mouvements sociaux précédents, Emmanuel Macron et Edouard Philippe croyaient, apparemment, que le mouvement des Gilets jaunes était une autre colère de passage d’un peuple « naturellement » hostile aux réformes. Une analyse biaisée. Aujourd’hui, un constat s’impose : aussi bien les acteurs politiques, les analystes politiques, les journalistes, les chercheurs que les syndicalistes sont pris de court par l’ampleur et surtout le soutien de l’opinion (72%), en dépit des violences, à ce mouvement social spontané. Au regard de l’insatisfaction persistante de l’opinion face aux solutions jusque-là proposées par le Gouvernement et la tension sociale encore vive, nous pourrons assister, dans les prochains jours, à la rédaction d’un chapitre de l’histoire de la République française. Emmanuel Macron cherchera à tout prix un nouveau souffle. Edouard Philippe risque de connaitre le même destin que l’un de ses prédécesseurs au Matignon, Alain Juppé. En effet, suite aux manifestations d’ampleur contre son plan sur les retraites et la sécurité sociale en 1997, le Premier ministre Alain Juppé présenta sa DEMISSION. Le mouvement des Gilets jaunes en France et le mouvement du 23 juin au Sénégal présentent un dénominateur commun : l’étouffement social des peuples français et sénégalais face à l’arrogance et l’enrichissement des élites politiques, qui semblent insensibles aux souffrances des populations. Et si ces mouvements de contestation sociale et politique étaient le symptôme de l’essoufflement ou de la perversion du système démocratique?

Adama SADIO ADO

 

 

1 Commentaire

  1. espèce de colonisé, descends sur le terrain pour répondre présent pendant les manifestation comme ces giltets jaunes au lieu de porter de costume cravattes pour faire le petit intellectuel

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here