Pour organiser leur vouloir-vivre commun, les humains adoptent des lois, c’est-à-dire des règles écrites et non-écrites qui sont accompagnées de sanctions. Cela évite d’être dans un état de nature sauvage qui ferait le lit de la violence et de l’instabilité permanentes.

La Loi n’est cependant pas la Justice. Cette dernière est l’ensemble des processus impersonnels pilotés par des représentants de la Loi pour donner satisfaction aux justiciables. La Justice ne saurait être corrompue, personnalisée. La Justice, sans jamais oublier d’être humaine et intelligente, se base sur des systèmes des valeurs pour forger un idéal sociétal et instaurer des perceptions sociales positives. La justice doit toujours être équitable et incorruptible.

La loi n’est pas la Justice lorsqu’elle est ignoble. C’est le cas des règles légalisant l’esclavage, la colonisation, la ségrégation raciale ou l’apartheid ; c’est le cas des lois taillées sur mesure pour les ambitions personnelles de dirigeants véreux comme les manipulations constitutionnelles, les décrets de nominations politiciens, clientélistes, népotiques.

La loi n’est pas la Justice lorsqu’elle est complètement étrangère aux réalités particulières des justiciables ; c’est le cas pour les pays anciennement colonisés qui ont adopté les lois de leurs colonisateurs. Au Sénégal par exemple, nous avons un corpus législatif romano-germanique du colonisateur français, ce qui fait que la Loi est inaccessible, ignorée de la plupart des justiciables qui sont illettrés, analphabètes.

Pour légiférer, de très grands défis font face. La Loi a l’impératif d’être coulée dans un moule sociétal approprié pour que l’histoire, la géographie, les mentalités, les spécificités s’y retrouvent ; en outre, il faut une mise à jour en permanence pour ne pas être hors du temps.

Pour établir la Justice, des challenges encore plus grands se dressent : pertinence de la loi, caractère impersonnel et, surtout, absence de corruption dans tous les processus et circuits. Les humains en sont, très certainement, incapables. La vraie Justice est divine.

Mamadou Sy Tounkara

PARTAGER

1 Commentaire

  1. Article éminemment philosophique de notre apprenti-politicien TOUNKARA…
    La vraie Justice est-elle divine ??? J’en doute car pensant que Yallah Moom Daffay Tekk Doolé pour ne pas dire Daffay jaay Doolé, Manaam Daffay Jëff (Dieu impose sa Force en faisant).
    C’est pourquoi le Woloff nous enseigne dans ce proverbe :
    * Yallah Souy Séddelé Niétt Niétti Nit Daffay Diokh Kénneki Niar, Diokh Kithi Topp Ben Bapparé Wakh Kithi Déss : ”Topp Léén Lou Niou Rottal Nga For.
    En français : ” Si Dieu partage trois parts à trois individus, Il donne au premier deux parts, au second une part et dit au troisième (qui n’a donc rien) ”Suit les tu prendras ce qu’ils laisseront tomber”.
    Autrement dit Dieu est par essence Injuste dans la répartition des richesses de ce bas monde.

    Un autre proverbe Wolof nous enseigne que :
    * Yallah Souy Déffar Daffay Mélni Kouy Yakh
    En français : En construisant Dieu donne l’impression de déconstruire
    Ce qui veut en clair dire que Dieu avant de te donner, t’en fera voir de toutes les couleurs…

    Mais il y a la contraposée de ce proverbe, très cruelle, que ne dit pas le Wolof est que je dis en vous invitant à la méditer :

    * Yallah Bouy Yakh Dey Mélni Kouy Déffar
    En français : En te détruisant, Dieu donne l’impression de construire.
    Ce qui nous renvoie à l’image du Pécheur qui pour attraper le poisson lui donne à manger. Le poisson en mangeant l’appat ne se doute pas qu’il signe son arrêt de mort.
    Cruelle désillusion !!!

    C’est pourquoi le Français nous enseigne : Les Voies du Seigneur sont impénétrables.

    Il vaut mieux donc être très prudent, parlant de Dieu ou en analysant les faits qui tous proviennent de Dieu

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here