Le président français Emmanuel Macron (L) salue son homologue ivoirien, le président Alassane Ouattara, en marge d’une conférence de presse au Palais présidentiel à Abidjan le 21 décembre 2019.

Les Ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales de cinq pays anglophones d’Afrique de l’Ouest et la Guinée réunis à Abuja ont rejeté ce jeudi la nouvelle monnaie commune de l’espace Cédéao prônée par le président ivoirien Alassane Ouattara le 21 décembre dernier. 

Il s’agit des ministres des Finances du Nigeria, de la Guinée, de la Sierra-Leone, du Ghana, du Liberia et de la Gambie.

A l’issue d’une concertation aujourd’hui à Abuja, ils ont accusé le président ivoirien Alassane Ouattara d’avoir unilatéralement pris la décision de création de l’Eco sans consulter les autres pays membres de la Cédéao.

Les gouverneurs des banques centrales de ces pays ont également pris part à cette rencontre.

Les six pays appellent une réunion urgente des chefs d’Etats et de gouvernement de la Cédéao pour discuter de la monnaie unique régionale. En décembre, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé que le franc CFA serait renommé « Eco ».

Le franc CFA est utilisé par huit États d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Les ministres ont indiqué que l’action du président Ouattara n’est pas en droite ligne avec les décisions des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao qui ont adopté « Eco », le nom de la nouvelle monnaie indépendante commune de la Cédéao.

VoaAfrique

1 Commentaire

  1. Mission réussie pour Macron. L’Afrique, en grande partie, anglophone et francophone, avait commencé le cheminement vers la monnaie unique, différente du CFA, et libérée de la France. Ce que la France n’entendait pas de bonne oreille. La France sans le CFA, ou une monnaie identique de nom différent, serait un pays qui n’aurait que un an pour se retrouver parmi les sous développés. Alors la France activa ses préfets, ses obligés, à la tête desquels Alassane Ouattara et Macky Sall, pour torpiller cette dynamique d’une monnaie unique. Et voilà, les pions de la France chargés de torpiller toute initiative africaine qui ne feraient pas les affaires de la France ont joué leur rôle.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here