La Russie a construit sa première centrale nucléaire flottante. L’« Akademik Lomonosov », va entamer, ce vendredi 23 août, un long périple de 5 000 km en quittant le port de Mourmansk pour gagner la ville de Pevek en Sibérie orientale, à 350 km au nord du cercle arctique.

Mesurant 144 mètres de long et 30 de large, la structure flottante est remorquée par des navires car elle ne dispose pas de moteurs. Dès le mois de décembre, cette centrale nucléaire flottante, alimentera en énergie une localité de 5 000 habitants dans le district autonome de la Tchoukhotka au-delà du cercle polaire, en remplaçant une centrale thermique et une centrale nucléaire.

Elle dispose de deux réacteurs capable des fournir assez d’énergie pour alimenter en électricité une ville de 100 000 habitants. Pour Rosatom, le conglomérat russe chargé du développement de l’industrie nucléaire qui a développé l’Akademik Lomonosov, cette structure doit permettre de fournir de l’électricité et de la chaleur aux régions les plus reculées, assurant leur développement économique, ou même des plateformes de forage pétrolier, le tout en respectant les standards de sécurité modernes.

Selon ses concepteurs, l’Akademik Lemonosovserait invincible, capable de résister aux tsunamis et autres catastrophes naturelles. Mais les détracteurs du projet, ONG ou défenseurs de l’environnement, ne sont pas convaincus. Ils l’ont déjà surnommé le « Titanic nucléaire » ou le « Tchernobyl flottant » et affirment qu’il constituera une menace constante pour les habitants de la région et la nature vierge de la région.

1 Commentaire

  1. Ce bateau aurait pu éclairer toute la région de Dakar et de Thiès, si Wade avait réussi à convaincre les Français qui le lui déconseillaient. C’est dommage, car ce bateau ne présente pas plus de risques que les dizaines de centrales nucléaires disséminés partout en France, en Allemagne et dans les autres pays d’Europe de l’Ouest.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here