Devant leurs fans, les Brésiliens n’ont pas raté cette Copa America ! Invaincu tout au long du tournoi, le Brésil a pris le meilleur ce dimanche sur le Pérou (3-1) lors de la finale à Rio. Un succès mérité pour la Seleçao, largement dominatrice et portée par un grand Gabriel Jesus.

Dans une ambiance bouillante au Maracana, le début de ce match était particulièrement haché avec de très nombreuses fautes. Petit à petit, les Brésiliens prenaient le contrôle du jeu et Gabriel Jesus réalisait un festival sur son côté avant de délivrer un caviar pour Everton (1-0, 15e) ! Superbe ! En maîtrise, la Seleçao dominait facilement les débats et Coutinho était tout proche de doubler la mise avec un tir qui frôlait le poteau adverse.

Sans donner vraiment l’impression de forcer, le Brésil n’était absolument pas inquiété pendant de longues minutes. Sur un bon centre d’Alex Sandro, Firimino ratait même une belle opportunité de faire le break avec une tête non cadrée. Mais juste avant la pause, Thiago Silva concédait un penalty pour une main dans la surface ! Face à Alisson, Guerrero ne tremblait pas pour égaliser (1-1, 44e). Mais en face, le Brésil pouvait compter sur un homme en feu : Gabriel Jesus ! Dans la foulée, l’attaquant de Manchester City était servi par Arthur dans la surface et ajustait Gallese d’un tir placé (2-1, 45+2e). La classe du buteur !

Au retour des vestiaires, la sélection auriverde continuait de développer un football séduisant avec un tir de Coutinho qui frôlait la lucarne de Gallese. Sans se contenter de ce résultat, les hommes de Tite poussaient, mais Firmino manquait de précision dans le dernier geste avec deux belles situations gâchées. Mais à partir de l’heure de jeu, le Brésil se reposait sur ses lauriers et laissait le Pérou retrouver des couleurs…

Auteur d’une performance XXL, Gabriel Jesus, sûrement vexé par les multiples coups reçus, réalisait une faute stupide et était expulsé pour un second carton jaune. De quoi relancer la partie pour les 20 dernières minutes ? Oui ! Dans la foulée, Flores donnait des frissons aux fans brésiliens avec une frappe qui frôlait le poteau d’Alisson. Recroquevillé sur le plan défensif et malin pour gagner du temps, le Brésil résistait à la pression et obtenait même un penalty avec une faute grossière de Zambrano sur Everton. Richarlison transformait sa tentative et scellait le sacre de son pays (3-1, 89e) !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here