N°4/PJ/ 31 Janvier 2019
Sur proposition du Bureau politique, le Directoire élargi du Mouvement JENGU Ngir Jëriñ
SENEGAAL s’est réuni le jeudi 31 janvier 2019 à 17h au siège de l’organisation à l’effet
d’examiner les deux points suivants :
1. Choix d’un candidat à l’élection présidentielle de février 2019 ;
2. Participation de JENGU à la coalition FIPPU.
Abordant le premier point de l’ordre du jour, le Directoire a invité tous les participants à
exprimer leurs choix et arguments. A l’issue de ce débat, le Directoire a décidé de soute-
nir la candidature de M. Ousmane SONKO à l’élection présidentielle du 24 février 2019.
Le Directoire demande à tous les membres et sympathisants du Mouvement JENGU
NGIR JËRIN SENEGAAL de ne ménager aucun effort pour la victoire éclatante du candi-
dat Ousmane SONKO.
Le président Boubacar CAMARA lance un appel pour une mobilisation sans faille pour
cette élection cruciale pour la démocratie, la défense de l’État de droit et le redressement
économique du Sénégal contre Macky SALL.
Abordant les relations avec la Coalition FIPPU Alternative Citoyenne dont le Mouvement
JENGU est membre et dont M. Boubacar CAMARA a été désigné candidat à l’élection
présidentielle, le Directoire a demandé la mise en en œuvre de la décision du 5 janvier
2019 de suspendre les activités du Mouvement JENGU dans la coalition FIPPU Alternative
citoyenne.
Le Directoire a décidé de surseoir à l’évaluation de sa participation à cette expérience
jusqu’à nouvel ordre.
Fait à Dakar, le 31 janvier 2019
Le Directoire élargi de JENGU NGIR JËRIN

3 Commentaires

  1. Lemzo tu dis bien rééw ak fénn baakhoul ce qui est vrai, totalement vrai.
    Mais cela il faut le dire au Président Politicard Menteur Macky SALL…
    Pour preuve et pour que nul n’en ignore car accuser sans preuve est une abomination je propose cette lettre ouverte de Macky SALL adressée au Premier Maodo Mamadou DIA celui là même que le Président Politicard, Situationniste, Menteur Macky SALL vient, curieusement et bizarrement, de rendre hommage en lui donnant le nom du Building Administratif très, trop chèrement rénové :

    [[[Monsieur le Président Mamadou Dia,

    Dans un article publié le 27 juin 2006 dans plusieurs quotidiens sénégalais, votre notabilité s’est livrée à des attaques «ad hominem» contre le président Abdoulaye Wade et sa famille.

    Vos propos, essentiellement basés sur des « il se dit …», donc la rumeur et les perceptions personnelles, nous surprennent de la part d’un homme qui a assumé les plus hautes fonctions de l’État.

    Votre démarche heurte nos mœurs sociales et notre culture de respect. Bien entendu, nous sommes d’accord que dans une société démocratique, le citoyen a le droit de prendre position dans le débat politique, mais notre civilité sénégalaise nous interdit certains écarts. Parce que nous ne voulons pas réveiller l’histoire, au risque de blesser, nous ne polémiquerons pas.

    Maodo, vous me permettrez de vous rappeler que tout, dans la démarche du président Abdoulaye Wade, nous ancre profondément dans la République. Les derniers actes qu’il vient de poser pour l’organisation des élections présidentielle et législatives du 25 février 2007 en sont une éloquente illustration : des élections libres, démocratiques et transparentes se tiendront à bonne date et, encore une fois, le président Wade sera le président le mieux élu d’Afrique. Monsieur le Président Dia, Dans votre tentative de discréditer la politique agricole du président Wade et de son gouvernement, vos propos ne reflètent aucunement la réalité.

    En effet, nous avons engagé aux côtés du président Wade un ambitieux programme incitatif de diversification de la production et de modernisation de l’agriculture. Jamais le paysan sénégalais n’a bénéficié d’autant de soutien et d’égard de la part d’un gouvernement. Notre approche à nous est et demeurera celle du respect et de la considération envers les valeureux travailleurs de la terre. Notre approche n’est point celle des humiliations et des vexations.

    La politique agricole du président Wade n’est assurément pas celle que vous meniez. Monsieur l’ancien Président du Conseil des Ministres, Il est troublant de vous entendre parler de l’éventualité d’un « coup de force » au Sénégal. Le Sénégal de 2006 n’est pas celui de 1962.

    MACKY SALL Secrétaire général national adjoint du PDS» ]]]

    Cette lettre politicienne, truffée de mensonges et de contre-vérités, juste pour dénigrer, de Macky SALL date de 2006, le Président Mamadou DIA est décédé en 2009…

    • @Abdou ! Si tu réponds encore une fois ce gamin de Lemzo je t’étripe ! Ok ? J’avais tantôt pensé que ce Lemzo devait avoir dans les 60-65 ans, quelqu’un qui doit un niveau de vie élevé au larbinisme avec le pouvoir, et qui coûte que coûte, comme les politicards véreux veut maintenir ses privilèges indus. Mais je crois de plus en plus que c’est un gamin (autour de 20 ans quoi), tellement ses propos son puériles.
      Sonko est l’homme de la situation. Et on est heureux de voir des gens comme Boubacar Camara venir soutenir le combat noble contre la corruption et la mal gouvernance. Camara s’est inscrit très tôt dans cette logique. Il est donc à sa place ! Toutes les forces réformatrices de ce pays, connus ou non connues, doivent saisir cette chance de changer radicalement le Sénégal. Imaginez un pays où on créé exprès des « institutions » (HTTC, CESE, multiples agences et autres commissions inutiles) uniquement pour servir des personnes (hommes ou femmes) assoiffés de pouvoir, d’argent et de sang. Honnêtement que peuvent aujourd’hui ces gens à qui Maquis a confié nos « institutions » ? Moustapha Niasse (Assemblée Nationale), Tanor Dieng (HTTC), Aminata Tall (CESE). Et bien d’autres qui n’apporteront JAMAIS quoi que ce soit de bon au Sénégal. A un moment il faut réfléchir. Ces vieux ont travaillé avec Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade, Maquis Sale, et ils veulent rempiler ? S’ils avaient amené le Sénégal vers la voie (et la voix) des valeurs, de la solidarité, de la justice, de la vérité, du travail, on aurait pu comprendre. Mais ils ont travaillé à la destructions des valeurs éthiques et morales, à saper l’économie, à déstructurer la société, à rendre les Sénégalais paresseux, à voler leur dignité aux Sénégalais. La méditerranée, l’océan atlantique, le désert du Sahara ont engloutis des milliers de Sénégalais pendant que ces gens faisaient la fête. Il est temps que cela change. Sonko est le seul capable de nous mener vers un changement des valeurs. C’est cette réforme nécessaire qu’il nous faut ! LES VALEURS ! Rendre aux Sénégalais leur dignité !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here