Le Conseil des ministres a adopté mercredi le projet de loi de finances pour l’année 2018, arrêté à 3 709,10 milliards de francs CFA, contre 3 360 milliards de FCFA pour la loi de finances initiale 2017, soit une hausse de 349,2 milliards de francs CFA en valeur absolue et 10,4% en valeur relative, a-t-on appris de source officielle.

“Concluant le débat général, le Chef de l’Etat arrête le projet de loi de finances pour l’année 2018 à 3 709,10 milliards de francs CFA, contre 3 360 milliards de FCFA pour la loi de finances initiale 2017, soit une hausse de 349,2 milliards de francs CFA en valeur absolue et 10,4% en valeur relative”, indique le communiqué du Conseil des ministres.

Le texte précise qu’”il s’agit en réalité d’un budget orienté vers les grandes priorités sociales, qui privilégie les dépenses ayant un impact significatif, direct et immédiat sur le quotidien des Sénégalais, dans l’objectif de l’amélioration continue de leur bien-être”.

Ainsi, souligne le communiqué, “plus de 1161 milliards de francs CFA, soit 42% du total des dépenses hors dette, sont consacrés aux secteurs sociaux, dont 40 milliards pour les bourses de sécurité familiale, 30 milliards pour l’entreprenariat rapide des jeunes et des femmes”.

La même source évoque aussi 38 milliards pour la formation professionnelle et l’apprentissage, 27 milliards pour les subventions aux intrants agricoles, 15 milliards pour le PUDC, 14,5 milliards pour les Domaines agricoles communautaires, “compte non tenu des secteurs de la santé et de l’éducation’’.

En effet, “le projet de budget est marqué par une hausse significative du niveau des recettes et de grandes affectations de ressources dans les secteurs de la santé et l’éducation pour accompagner les populations dans l’amélioration de leur quotidien”, relève le communiqué.

Selon le texte, cette hausse “témoigne de la bonne santé de notre économie, avec la consolidation des investissements publics programmés dans le Plan Sénégal Emergent, notamment dans l’agriculture, les infrastructures et l’énergie”.

Dès lors, ajoute-t-il, “le président de la République indique au gouvernement l’impératif de tout mettre en œuvre pour l’atteinte, dans les meilleurs délais, des objectifs assignés à la loi de finances pour l’année 2018 qui est le quatrième budget de mise en œuvre pleine du PSE, en veillant à la maîtrise du niveau d’endettement, à l’efficacité et à la rationalisation des dépenses publiques”.

aps.sn

PARTAGER

2 Commentaires

  1. Certains trouvent normal ce budget.
    Comment peut on se féliciter quel-qu´un qui fait voter un budget de milliers de milliards sans aucun contrôle.
    Combien de centaines de milliards vont aller dans des poches des partisans du président ?
    Pour faciliter les vols, les surfacturations, les détournements des derniers publics, les marches mafieux des grès a grès, les coulages de toutes sortes, le président a interdit au corps de contrôles de l´Etat de contrôler, de trouver des coupables, de publier des rapports,…
    Les chefs récalcitrants seront renvoyés comme nafi ngom keita,…
    On attend d´ailleurs toujours le rapport de l´ofnac pour 2015…
    Dans ce budget, en l´absence de tout contrôle, vu la légalisation présidentielle de la mafia des grès a grès,…on peut estimer qu´environ 20 % du budget peut se retrouver dans des poches de particuliers de la mouvance présidentielle…
    Faites le calcul du coulage budgétaire estimé pour cette année seulement.
    Si vous en avez le courage, faites le pour les années passées…
    Seuls ceux qui participent au partage du gâteau et les répondeurs corrompus automatiques sont contents.
    Le peuple affamé trinque, avec des départements entiers du pays qui crient famine…

  2. Des progrès et des investissement accrus judicieux dans la santé , l’éducation et l’agriculture, des secteurs clés pour bâtir la société de demain:le projet de budget est marqué par une hausse significative du niveau des recettes et de grandes affectations de ressources dans les secteurs de la santé l’éducation et l’agriculture. On y applaudit et encourage le gouvernement dans sa politique de progrès pour le mieux-être des populations

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here