XALIMANEWS : Le chef de l’Etat Macky Sall demande au gouvernement de travailler à la vulgarisation, au niveau national, de la loi criminalisant le viol et la pédophilie, en recourant aux langues nationales et à des « mécanismes de communication sociale adaptés », a-t-on appris de source officielle.

Macky Sall, présidant mercredi la réunion du Conseil des ministres, a « salué la promulgation de la loi n° 2020 – 05 modifiant la loi n° 65 – 60 du 21 juillet 1965 portant Code pénal criminalisant le viol et la pédophilie, en présence de toutes les parties prenantes nationales et internationales ».

Le président de la République, considérant que cette loi, votée fin décembre dernier par l’Assemblée nationale, contribue au « renforcement de la politique de protection des femmes et des enfants », a « demandé au Gouvernement de vulgariser, au niveau national, les contenus et objectifs du texte de loi à travers nos langues nationales et les mécanismes de communication sociale adaptés ».

Selon le communiqué du Conseil des ministres, Macky Sall a en outre « invité la ministre chargée des Femmes et de l’Enfance à procéder à l’évaluation, d’une part, de la stratégie nationale de l’équité et de l’égalité de genre et, d’autre part, de la stratégie nationale de protection des enfants afin de favoriser davantage l’épanouissement des femmes et des enfants dans la société ».

L’Assemblée nationale avait voté à l’unanimité et par acclamation fin décembre dernier, le projet de loi criminalisant les actes de viol et de pédophilie.

Ce projet de loi avait d’abord été adopté en Conseil des ministres le 27 novembre dernier. Il s’agit d’une loi modifiant celle du 21 juillet 1965, portant sur le Code pénal, relative notamment aux chapitres visant à durcir la répression du viol et de la pédophilie avec des peines pouvant aller jusqu’à la réclusion criminelle à perpétuité.

Jusque-là, le viol était considéré comme un délit, passible de cinq à dix ans de prison.

La criminalisation du viol était une demande des associations de défense des droits des femmes, suite notamment à une série d’agressions sexuelles relevées en 2019 en particulier.

Un cas emblématique concerne Bineta Camara, 23 ans, qui a été tuée en mai dernier lors d’une tentative de viol à Tambacounda (est), une affaire qui avait ému à travers tout le Sénégal.

Au lendemain de ce drame, une manifestation avait rassemblé à Dakar des centaines de personnes pour dire « stop aux violences faites aux femmes ».

Le président Macky Sall avait alors demandé au ministre de la Justice de préparer un projet de loi criminalisant le viol et la pédophilie.

Le projet de loi criminalisant les actes de viol et de pédophilie prévoit un durcissement des condamnations, lesquelles pourront aller jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité à l’encontre d’éventuels coupables, selon le ministre de la Justice, Malick Sall.

APS

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here