« Les tyrans ont une grande connaissance des hommes. Ce ne sont pas des idiots.
Ils savent exactement comment on manipule les peuples. Ils avancent jusqu’au bout,
jusqu’au moment où tout s’écroule » Emil CIORAN
Le 31 octobre 2014, l’ex Président déchu, Blaise Compaoré a pris la poudre d’escampette,
comme un vulgaire malfrat, suite à un soulèvement populaire d’une ampleur inédite qui s’est
traduit par une série de manifestations massives qui se sont étendues dans plusieurs villes
du Burkina FASO ; une réponse ferme à une révision constitutionnelle qui visait à l’autoriser
à se représenter pour un cinquième mandat. Le mandat de trop. Obsédés par le pouvoir, les
tyrans, de sinistres personnages à l’image de Blaise Compaoré finissent toujours par
commettre l’erreur fatale qui conduit à leur perte.
Dépenser des dizaines de milliards de FCFA et mobiliser des millions de citoyens sénégalais
en 2016 dans le cadre d’un référendum censé clore une bonne fois pour toutes, le débat sur
le nombre de mandats consécutifs du Président de la République pour se « foutre de leur
gueule » 4 ans plus tard, constitue un affront intolérable. Une ultime provocation.
Dans un excellent article intitulé « comment tombent les dictatures », publié dans la revue
des 2 mondes ; le journaliste Adrien JAULMES, décrit les 5 phases qui précèdent la chute
des tyrans et analyse les dernières heures de l’effondrement du régime de terreur mis en
place par Hosni Moubarak en ces termes :
« Le système du dictateur repose sur la peur. Cette peur est l’impuissance que chacun
ressent, la certitude qu’on sera jeté en prison à la moindre protestation. Une fois que la
peur disparaît, c’est tout le système qui s’effondre. Pour les autocrates et les dictateurs,
c’est le début de la fin. Le régime peut s’accrocher, tuer, et résister un certain temps, Mais,
une fois que la peur disparaît, la chute du tyran est irréversible ».
Aucune police du monde (à fortiori la police sénégalaise) n’est capable de faire face à un
peuple résolu et déterminé.
Le peuple burkinabé a balisé la voie.

Seybani SOUGOU – E-mail : [email protected]

7 Commentaires

  1. Surtout ne pas oublier que Macky Sall a été, pour Compaoré, successivement; conseiller et sauveteur. En visite au Burkina Faso où le peuple multipliait des manifestations pour s’opposer au projet de Compaoré de mettre en place un sénat, Macky Sall fit une déclaration publique pour dire qu’un sénat est une institution qui a sa place dans la structure de l’état », lui qui avait supprimé le sénat du Sénégal. La colère du peuple Burkinabé contre Macky Sall a commencé là. Et lorsque Compaoré, depuis son exil ivoirien, envoya son homme de paille Diéndéré organiser un coup d’état, c’est encore Macky Sall qui débarqua au Burkina pour proposer une transition qui maintiendrait Diéndéré au pouvoir, un pouvoir usurpé et rejeté par le peuple burkinabé. La colère de ce peuple contre le frère légionnaire de Compaoré atteint son comble, tant et si bien que la CEDEAO jugea plus sage de l’exclure de la commission chargée de trouver une solution. Malgré tout cela, à notre niveau local, au Sénégal, cela n’empêchera pas au peintre Madiambal de titrer, pour la peinture de son Macky: »Que c’est beau de gagner quand tout le monde vous donnait perdant ».
    Triste monde que celui de ces gens à la foi chevillée d’avoir en face d’eux des moutons.

  2. Ni plus, ni moins, une incitation directe à la révolte et à l’insurrection. D’un haineux qui prend ses désirs pour la réalité. Un ton qui monte en crescendo. Jusqu’à quand? Un éducateur dangereux !

    • Monsieur Lemzo, quant on répond à Monsieur SEYBANI SOUGOU, il faut avoir de la matière et non se contenter de phrases racistes envers nos frères du pays des hommes intègres.
      Quant Monsieur SOUGOU fait une contribution, en général, vous et vos CONGÉNÈRES (plutôt CONS), n’ayant pas assez d’instruction ni de capacités d’analyse pour élever le débat, passez votre temps à l’insulter et à le dénigrer.
      Lemzo, les Sénégalais commencent à vous connaitre, vous et les tocards de Macky, car plus haut le singe monte, mieux on lui voit le cul. Et là mon pauvre, t’es à poils.

  3. Une chose est certaine, les Bourkinabés et les Maliens sont des gens de valeur, des guerriers et très fiers ! J’en témoigne pour avoir visité ces deux pays voisins. Ils sont DIGNES.
    Dieu sait que je suis Sénégalais pure souche. Mais cela fait plaisir d’y croiser le citoyen lambda même analphabète, ils ont des valeurs.

  4. Les propos de SOUGOU ne me choquent absolument pas. Au contraire, c’est dans l’ordre naturel des choses quand on affaire à un président délinquant. Macky Sall a dit pire et les vidéos sont disponibles. Pas de quoi fouetter un chat. Si Macky Sall viole la constitution, le sort de Blaise Campaoré l’attend.
    A bon entendeur !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here