Xalima News: Emmanuel Macron ne cache pas la détermination de la France de faire la lumière sur les supposées attaques chimiques en Syrie. Face à la presse présidentielle, il a mis en garde les dignitaires du régime syrien. ” Si la France a des preuves avérées que des armes chimiques proscrites sont utilisées contre les civils en Syrie par le régime, nous frapperons”, a indiqué Emmanuel Macron.
Selon lui, les équipes chargées d’enquêter vont faire le nécessaire pour faire éclater la vérité. ” Nous n’avons pas de manière établie par nos services la preuve que des armes chimiques proscrites par les traités ont été utilisées”, a ajouté le président français.

2 Commentaires

  1. Pourquoi vous ne frappez pas les ravisseurs-tueurs des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon?
    Chaque fois que les terroristes financés par les monarchies du golfe, formées et encadrées par les services secrets français, anglais, israéliennes et américaines sont battus ou encerclés par l’armée syrienne aidée par la Russie, l’Iran et le Hezbollah, on sort le mensonge de l’utilisation des armes chimiques pour pour attaquer les forces syriennes et permettre aux terroristes de se renforcer.
    Les américains ont toujours menti sur les armes chimiques en Irak et en Syrie; ils ont eux-meme fourni des armes chimiques aux terroristes qui ont gazé les enfants de la Qhouta et appelé les médias au service du mensonge universel: CNN, FOX NEWS, RFI, FRANCE 24, BBC etc.
    Pauvre France, au lieu d’avoir une position d’équilibre au moyen-orient, ses président Sarkozy et Hollande se sont alignés sur Bush et Obama, et pour cela, la France n’est plus pied dans cette zone, elle veut avoir voix au chapitre lors des négociations mais elle n’aura rien car les vrais protagonistes en Syrie ne veulent pas d’elle à cause de son hypocrisie en soutenant les terroristes qui massacrent les chrétiens d’orient alors que ces derniers, ainsi que les autres minorités sont défendues par l’armée syrienne.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here