XALIMANEWS- Invitée à l’émission la radio Sud-fm, dans l’émission Objection, Aminata Touré s’est prononcé sur le projet du parrainage avant de donner son point de vue sur le système qui devra être voté le 19 avril prochain. Le pole mobilisation et parrainage a été confié à Madame Aminata Touré, dans un contexte où il est question de révision de la Constitution pour restaurer le parrainage intégral. Un nouveau dispositif a été mis en place par le Secrétariat exécutif nation (Sen). Un dispositif qui, selon Mimi Touré, sert à « défendre ce projet de parrainage intégral » mais aussi à « travailler avec l’ensemble des responsables pour mobiliser ce parrainage autour de notre candidat, l’actuel chef de l’État. Il va falloir parler à tout le monde et ce n’est pas un travail que je vais entreprendre seul ». L’envoyée spéciale du président Macky Sall estime qu’il faut, à un moment donné que les candidatures à l’exercice de la fonction présidentielle soient des candidatures sérieuses. « On ne peut pas continuer avec des candidatures qui sont là juste pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la politique. On ne pourra pas gérer 100 candidats à l’élection présidentielle par exemple. Il va falloir trouver un système de tamis comme ça se passe dans beaucoup de pays », dit-elle.

Sur les 147 listes, 33 n’ont pas eu un seul député

« Je vous rappelle que sur les 147 listes, 33 n’ont pas eu un seul député. Et parmi ces listes vous aviez des ténors qu’on entend beaucoup à la radio. Mais entre le discours médiatique et la réalité de l’implantation sur le terrain, c’est deux choses différentes », a rappelé l’ancienne garde des sceaux. Donc, il faut un minimum de légitimité ou de pré-légitimité aux candidats. C’est important qu’on puisse continuer à prendre la démocratie au sérieux en passant par des mécanismes de concertation qui existent depuis plusieurs semaines. « Une partie de l’opposition y a participé, l’autre a choisi de ne pas le faire, c’est son droit. Et ensuite il faut avancer. Le projet a été présenté au chef de l’État et cela a été traduit par une proposition de loi qui ira à l’Assemblée nationale », argue-elle en dernier mot.

3 Commentaires

  1. On parle de parrainage comme si on avait d’ores et deja une pléthore de candidats à la prochaine présidentielle.
    A part Macky Sall qui veut un deuxième mandat et le PDS qui a choisi Karim et à la limite Malick Gackou et Idrissa Seck, il n’y a pour l’instant aucune autre déclaration de candidature alors qu’on est a moins d’un an de la Présidentielle.
    Cette histoire de parrainage pour éviter les candidatures fantaisistes ou pour rationnaliser les depenses liées aux élections ne tient pas la route.Pour rationnaliser il aurait été plus facile de faire appliquer la loi portant création et fonctionnement des partis politiques.
    Cette loi exige que les partis publient chaque année un rapport financier et un rapport d’activité sous peine de retrait de leur récépissé.
    En plus à y regarder de plus près cette histoire de parrainage a été planifié bien avant le Référendum.
    Puisque lors du référendum,il etait question de permettre aux candidatures indépendantes de pouvoir accéder à toutes les formes d’élection.
    Resultat des courses on s’est retrouvé avec 47 listes aux dernières législatives dont certaines ont été financées par le pouvoir ,cest le cas de Pape Samba Mboup et de Serigne Mbacke Ndiaye.
    Aujourd’hui,pour ne pas revivre ce meme scénario, on veut nous imposer le parrainage qui n’est qu’une fumisterie car les dernières législatives ont été une mascarde planifiée par Macly Sall et minutieusement exécutée par Abdoulaye Daouda Diallo et ne saurait être un bon baromètre pour juger de l’état de la démocratie sénégalaise.

  2. Ceux qui soutiennent le parrainage recherchent des argument fallacieux et sont dans une hypocrisie machiavélique.
    Ils nous parlent de rationaliser les dépenses mais réfutent le bulletin unique qui permet une économie substantielle, est plus facile à organiser, est plus démocratique et plus transparent et est réclamé par toute l’opposition ( comme le réclamait le candidat macky sall et ceux qui sont au pouvoir avec lui actuellement).
    Ils développent tous les mêmes arguments bidons de plus de 100 candidats à la présidence.
    Ils ne nous rappelleront jamais le nombre de candidats passés aux différentes élections présidentielles pour étayer leur thèse par une progression qui peut être donnée comme preuve ou hypothèse.
    Plus de 90 % des partis créés sont avec le pouvoir, pour le partage du gâteau. Ils ne seront pas financés cette fois ci. Il faut aussi compter les coalitions….
    Jamais on a eu des candidats fantaisistes aux présidentielles, pour la galerie.
    On a eu 47 listes aux législatives dont les 3/4 financés par le pouvoir qui voulait disperser les électeurs pour remporter les élections.
    CERTAINS ONT AVOUÉ AVOIR REÇU UN FINANCEMENT DU POUVOIR.
    Avec moins de 50 % des votants, le pouvoir a rafler 80 % des députés.
    Maintenant, le président ne veut pas de dispersion des votes et des candidats qui va lui être défavorable et l’envoyer au 2eme tour hyper redouté.
    LES SÉNÉGALAIS NE SONT PAS DÉBILES MENTAUX ET COMPRENNENT TRÈS TRÈS BIEN LA MANŒUVRE.
    Ceux qui parlent de faire des Economies nous prennent pour des idiots du village.
    Combien a coûté le référendum ?
    A qui il a servi pour ce pays ?
    Pourquoi ceux qui nous parlent de ressources limitées ne luttent ils pas contre la gabegie, les bombances, les vols et détournements des derniers publics, les surfacturations et coulages divers,…..
    Plus de 1000.000.000.000 sont portés disparus dans une impunités totale depuis 2012, avec des rapports documentés en souffrance sous le coude magic, clanique et protecteur du président.
    Que ceux qui défendent le parrainage pour économiser nos sous commencent par arrêter nos voleurs et exigent le remboursement.
    SANS CELA, DONNER COMME ARGUMENT DE FAIRE DES ECONOMIE DEVIENT TOUT SIMPLEMENT HYPOCRITE.
    Si on voit comment le président veut imposer le parrainage, contre vents et marées, au risque de faire imploser le pays, ON DEVINE QUE CE N’EST PAS POUR L’INTÉRÊT DU PAYS DONT IL SEMBLE PEU SE SOUCIER AVEC UNE GOUVERNANCE IMMORALE ET MAFIEUSE.
    Dans sa logique implacable d’éliminer ses adversaires, le président change l’article L 57 du code électoral pour éliminer surement karim wade et khalifa sall des élections.
    La justice ne les ayant pas rendus inéligibles à 100 %, le président passe pour les égorger politiquement.
    QUE CEUX QUI DÉFENDENT LE PARRAINAGE NOUS EXPLIQUENT POURQUOI LE PRÉSIDENT SE SUBSTITUE A LA JUSTICE POUR ÉLIMINER DE POTENTIELS CANDIDATS.
    L’ajout du mot électeur à cet article traduit tout le machiavélisme qui entoure et justice le forcing pour le parrainage.
    POUR MOI, LE FORCING DU PRÉSIDENT MACKY SALL EST BEAUCOUP PLUS GRAVE QUE CELUI DU PRÉSIDENT WADE.
    Avec le président wade, on SUPPOSAIT qu’il voulait imposer son fils, avec le président macky sall, on est CERTAIN QU’IL VEUT IMPOSER UN DEUXIÈME VOIR UN TROISIÈMEMENT MANDAT( qu’il refuse d’écarter) AU PEUPLE SÉNÉGALAIS.
    Le président sall veut choisir et les candidats avec qui compétir, certains parlent de farba senghor, pape samba mboup et passer au premier tour haut la main.
    LE PEUPLE ENTIER DOIT SE LEVER POUR STOP ET EXIGER DES ELECTIONS LIBRES, DÉMOCRATIQUES ET TRANSPARENTES.
    QUE CEUX QUI EXPLIQUENT LES RAISONS DU PARRAINAGE ARRÊTENT DE PRENDRE LES SÉNÉGALAIS POUR DES DÉBILES MENTAUX, DE DEMEURES, DES INCAPABLES DE DISCERNEMENTS ET DE JUGEOTE….

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here