«Quand il lut quelque part que fumer pouvait provoquer le cancer, il arrêta de lire. »A. kirwan

Comme ce fumeur dont parle A. Kirwan, nos dirigeants se trompent de solution et refusent de voir en face la réalité de la situation sociale tendue dans laquelle se trouve
actuellement notre pays. Plutôt que de se remettre en question, de faire une autocritique
sincère de leur gestion calamiteuse des affaires publiques pendant ces cinq dernières années et d’essayer de comprendre les raisons qui font sourdre une certaine colère au sein de la population – au lendemain des élections les plus chaotiques et les plus mal organisées de l’histoire de notre pays – ils ont encore une fois fait montre d’un autoritarisme inutile en envoyant la D.I.C (division d’investigation criminelle) à leur solde chercher et arrêter Amy Collé, à la suite d’une sorte de chasse à l’homme, après autosaisine du Procureur de la République. La chanteuse est accusée d’avoir tenu des propos jugés irrespectueux à l’endroit du Président de la République. Autant dire de crime de lèse-majesté.

Pour « offensant » que son discours puisse être ou paraître, il ne cache pas moins les critiques et l’indignation bien fondées d’une citoyenne mécontente de son président et de sa gestion des affaires de son pays. De plus, dans le contexte social actuel, l’attitude de la chanteuse n’est qu’une partie visible de l’iceberg des déceptions, des frustrations et colères qui prévalent dans le pays. Car, contrairement à elle, beaucoup de ses concitoyens ont juste préféré se taire pour mieux ronger leur frein dans l’anonymat puisqu’il suffit d’être un observateur sensé et impartial pour reconnaître qu’il existe actuellement dans le pays plusieurs raisons pouvant pousser à la colère et à la frustration. Dès lors nos dirigeants ne doivent pas s’attendre à recevoir des messages de félicitation et d’encouragement. Surtout de la part de ceux qui sont mécontents et déçus de leurs actions. NON, on ne félicite pas un État qui a dilapidé l’argent du contribuable pour se faire onéreusement confectionner des cartes d’identité numériques truffées d’erreurs; NON, on ne tresse pas des lauriers à un gouvernement qui a battu le record d’avoir organisé les élections les plus catastrophiques de l’histoire du pays en plus de bafouer quotidiennement les libertés publiques; NON, on ne félicite pas des dirigeants d’un pays où il ya des défaillances permanentes dans le secteur de la santé et de l’enseignement, sans parler des services de l’eau et de l’électricité; Non, on ne peut pas être content quand les membres du gouvernement distribuent à tour de bras des millions pour acheter des consciences lors de la campagne des législatives pendant que beaucoup de gens ont du mal à manger à leur faim dans le pays; NON, on ne peut pas être satisfait quand certains des membres du gouvernement s’enrichissent illégalement, et à une vitesse exponentielle, alors qu’une bonne partie de la population s’appauvrit progressivement ; NON, on ne peut qu’être frustré quand l’antienne de l’émergence que les dirigeants chantent à longueur d’année tarde à se concrétiser dans la vie de tous les jours; NON, on ne peut pas être content quand l’État est engluée dans beaucoup dossiers onéreux dont la gestion est plus que nébuleuse.

Est-ce à dire pour autant qu’il faut traiter les représentants de l’État de tous les noms d’oiseau? Une bonne symbiose entre la sagesse, le bon sens, la responsabilité et une réelle liberté d’expression réelle peut aider à mieux répondre à cette question.

Au niveau de l’État, les dirigeants doivent prendre de la hauteur et savoir que leurs fonctions exposent forcément à la critique et que certaines critiques peuvent leur être bénéfiques en les poussant à améliorer leurs actions. Ils doivent aussi savoir que tous les problèmes ne se réglent pas par la police. Surtout dans un contexte social très tendu. Au contraire, trop de police non seulement tue la police, mais mène tout droit vers un État totalitaire. Or, notre président a utilisé l’avion du contribuable pour aller marcher à Paris auprès de François Hollande pour soi-disant défendre une liberté d’expression très controversée. Pourtant Oulèye Mané est toujours emprisonnée pour avoir caricaturé ce même président. Nous ne devons pas oublier qu’Abdoulaye Wade avait tenu des propos plus graves que ceux d’Amy Collé. Il avait accusé l’actuel Président de la République d’esclave et d’anthropophage. Malgré cela, le procureur de la République, qui s’est rapidement autosaisi, n’avait même pas daigné lever un petit doigt.
En définitive, si on veut avoir un pays stable et une paix sociale durable, il nous faut une justice et une police justes en plus d’une certaine cohérence dans la conduite des affaires de l’État. L’autorité n’est pas un argument, encore moins une raison. Comme l’a si bien dit Louis de Bonald : «On conduit les enfants par la raison de l’autorité et les hommes par l’autorité de la raison : c’est au fond, la même chose, car la raison est la première autorité, et l’autorité la dernière raison. » `
Bosse Ndoye
Montréal
[email protected]

PARTAGER

13 Commentaires

  1. Je rappelle: Macky Sall est obligé d’être un dictateur, d’instaurer un état policier. Parce que Macky Sall a toute sa famille à sauver contre sa propre justice. Et il n’espère le faire que par la dictature et la répression. Il y a un cycle dans lequel tous les dictateurs du monde se sont enfermés, Macky Sall est à l’intérieur du cycle. Il y a les agissements du chef contre la loi et la justice, le mécontentement du peuple, les tentatives du chef de faire accepter au peuple ses agissements, le refus du peuple, la répression du dictateur, la colère du peuple, la tyrannie du dictateur qui a fini de redouter que le peuple reprenant le pouvoir lui fasse payer. Le cercle se referme. Plus il réprime, plus le peuple monte en colère, plus il a peur, plus il réprime. Macky Sall est dans le piège depuis 2013. Il y est entré pour avoir appliquer les besoins des pourvoyeurs de légions pour le retour de leurs intérêts, mais les avoir appliquer avec une de ces férocités contre le peuple qui a entraîné les premières colères.
    Ses insulteurs peuvent toujours insulter, mais ils verront chaque jour ces vérités se confirmer. Et cela montera crescendo jusqu’à la casse.

  2. C’est quoi cette fumisterie intéllectuelle?On insulte la plus haute autorité du pays et vous voulez que la justice reste zen,mais on est ou là.

  3. Xeme qui anticipe les insultes des “fanatisés”. Trop drôle. Il faudrait une rubrique spéciale Xeme sur Xalima.

  4. Bel article
    Mais il faut dans ce pays une seule et unique chose pour que tout rentre dans l’ordre
    Une justice
    Car si la justice n’est pas juste c’est tout sauf de la justice
    Si elle n’est pas indépendante c’est aussi tout sauf de la justice
    Si le procureur peut se saisir à sa guise c’est qu’il n’y a pas de justice
    Donc ce pays n’a besoin que d’une chose
    Une Justice

  5. Je me demande s’ il se rappelle de la situation du pays entre 2010 et 2012 si c’est le cas sont article est just bon pour la poubelle et non pour des gens qui ont une suite logique dans leur façon de penser et de voir les choses .
    Ceci dit l’opposition doit évoluer et apprendre à critiqué avec un argumentaire solide mais pas continuer à utiliser des méthodes qui ne font que leur éloigner de leur militants le mensonge et le verbiage

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here