Le Président de la République a la prérogative de transmettre les rapports d’inspection, d’enquête, d’investigation ou d’audit de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) au parquet. Mais, si ce pouvoir que lui seul détient est utilisé à mauvais escient, cela peut engendrer des conséquences désastreuses pour la bonne gouvernance qu’on dit promouvoir. Elles peuvent conforter dans leur sentiment ceux qui pensent que l’injustice est érigée en règle.

La bonne gouvernance est régie par des principes parmi lesquels la transparence et l’obligation de rendre compte (accomptability). Que leur mise en œuvre ne soit pas dirigée ni ciblée.

Nous y sommes, nous sollicitons le Président de la République à transmettre à la justice, le rapport de l’IGE sur les conditions d’octroi des blocs de Saint-Louis et de Cayar attribués à la société PETROTIM-Ltd (représentée au Sénégal par PETROTIM-Sénégal, administrée par « le démissionnaire » Monsieur Aliou SALL suite à l’approbation des contrats), à défaut de le déclassifier comme nous l’avions déjà demandé. Ces deux blocs sont évalués à des centaines de milliards. La transmission de ce rapport à la justice fera la lumière sur le rôle joué par chaque acteur dans cette affaire, dont le Président de la République.

Dans le rapport 2013, l’IGE nous informe qu’au départ la participation sénégalaise était prévue pour cinq milliards (5 000 000 000 de francs CFA). Mais au finish, l’IGE nous renseigne que le FESMAN a coûté au peuple sénégalais plus de quatre-vingt milliards de FCFA  (80 000 000 000). Plus grave, l’Institution Supérieure de Contrôle nous montre aussi que le financement de la troisième édition du FESMAN provient essentiellement des ponctions de crédits destinés au financement de programmes et projets sociaux, et par le moyen de décret d’avance. Pourquoi ces faits ne sont pas connus du parquet ? Essaie-t-on de protéger des transhumants ?

De plus, qu’en est-il des quinze milliards (15 000 000 000 de francs CFA) empruntés et payés par l’Etat, qui ont été logés dans le compte bancaire de la société de ce particulier dont le Président de la République, Macky SALL connait le nom, alors que cette dite société n’avait aucun lien contractuel avec le FESMAN ?

Pour rappel, le 25 Juin 2015, devant les honorables députés, le Premier ministre avait dit « avoir signé des lettres adressées soit au ministre de la justice soit aux autres ministres pour s’assurer du suivi des instructions du Chef de l’Etat, y compris les instructions relatives au rapport de l’Inspection Générale d’Etat (IGE) relatif à l’état de la Gouvernance et de la Reddition des Comptes ». Qu’en est-il de la suite ?

Birahime SECK,

Membre du Conseil d’administration du Forum Civil.

PARTAGER

2 Commentaires

  1. succinct et pertinent. Il faut dire que ce peuple a perdu sa capacite de s’offusquer. Un seul de ces cas souleverait tout un peuple dans un pays normal qui garde son ame.
    Voila qu’au Senegal, nous avons un faisceau de ces cas, et le peuple reste morphe.
    Voila nos erreurs de la democratie. Meme aux USA, un petit badola de rien du tout comme macky, qui a vu la naissance dans les conditions que nous savons, ne hissera jamais au rang de president. Il faut pas rever, il y a de ces accident de naissance dans la vie qui vous handicap a vie. badola xamul jowaan waay.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here