XALIMANEWS : Ousmane Sonko, candidat à la présidentielle du 24 février, a déclaré lundi à Ziguinchor (sud), avoir une mission de libération du Sénégal et du continent africain de la « mal gouvernance », de « l’incompétence » et du « complexe » de l’étranger.

« J’ai une mission de libération nationale pour libérer le pays et le continent de la mal gouvernance, de l’incompétence et du complexe vis-à-vis de l’étranger », a déclaré Ousmane Sonko en meeting au stade Jules François Bertrand Bocandé de Ziguinchor.

Dans un stade plein, le leader du PASTEF, a par ailleurs promis de changer de « paradigme de développement » en Casamance. « On doit désormais penser le développement de la Casamance comme étant la porte de la CEDEAO. On ne peut plus continuer à penser le développement de la Casamance ou de la vallée du fleuve Sénégal à partir de Dakar », a estimé M. Sonko.

Il a promis de faire de la région un « hub économique sous régional à travers la création d’une zone économique couvrant la Casamance naturelle, de Diogué (Ziguinchor) à Gouloumbou (Tambacounda) ».

Pour Ousmane Sonko la Casamance naturelle est une « bénédiction divine » pour le Sénégal avec ses « nombreuses potentialités, son secteur anacardier, ses nombreux fruits, ses ressources forestières et halieutiques et son positionnement géographique très enviable ».

Il promet de prendre des « mesures urgentes et structurantes en construisant le pôle économique le plus fort et le plus solide pour le Sénégal ».

La reconstruction du pont Emile Badiane, le renforcement (des capacités) de l’Université Assane Seck, la délocalisation de l’aéroport de Ziguinchor à Tobor (commune de Niamone, Bignona), la modernisation du port de Ziguinchor sont, entre autres, des promesses faites par Ousmane Sonko à Ziguinchor, sa région d’origine.

Visiblement revigoré par la présence massive de ses partisans dans le stade Jules François Bocandé, le candidat de la coalition « Sonko Président », se voit déjà vainqueur de l’élection présidentielle dans la partie sud du pays.

« Je ne vais pas réclamer de titre foncier ici à Ziguinchor comme l’a fait un candidat dans sa région d’origine. Je ne suis pas un régionaliste. Mais j’attends un score de 85% en Casamance. Nous allons réaliser des scores exceptionnels partout au Sénégal », a prédit le leader de PASTEF.

4 Commentaires

  1. Et dans cette perspective de parachèvement de notre DÉMOCRATIE et notre INDÉPENDANCE NATIONALE, nous comptons sur SONKO !!! Oui, notre pays, le Sénégal, n’est pas une véritable démocratie puisque notre Constitution interdit la formation de partis politiques se réclamant d’une confession (religion), tels les partis ‘’démocrates-chrétiens’’ observés dans les ‘’grandes démocraties’’ ; il s’agit-là d’une violation manifeste de la liberté d’opinion qui est le premier pilier des droits de l’Homme. Et à l’évidence, notre pays ne sera jamais une véritable démocratie tant que les dispositions restrictives imposant la laïcité ne seront pas abrogées. Oui, la laïcité ne se décrète pas ; c’est  une question de rapport de forces – Que les démocrates le reconnaissent !!!
    En vérité, l’attachement déclaré de notre pays aux valeurs de démocratie et de justice devrait nous imposer à mentionner explicitement dans notre constitution notre ancrage irréversible aux valeurs de l’Islam, la religion majoritaire qui garantit les droits fondamentaux des minorités dans les limites de l’acceptable (morale et éthique). Oui, si nous n’étions pas hypocrites, nous l’aurions mentionné explicitement et imposé à nos élus la prestation d’un serment devant le Coran (ou la Bible pour les chrétiens, comme cela se fait aux États-Unis) – un gage de bonne gouvernance irremplaçable ; et nous aurions toujours recherché la conformité de nos lois aux principes de l’Islam qui, du reste, ne sont guère différents de ceux des autres religions monothéistes (Christianisme, Judaïsme). Ainsi, nous ne serions plus interpellés par les occidentaux sur l’opportunité d’une dépénalisation de l’homosexualité et de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; la prostitution serait pénalisée et tous les lieux de débauche fermés – quand ont sait que les conséquences redoutables de la généralisation de la turpitude freineront toutes nos velléités de développement. Malheureusement, nos hommes politiques ont délibérément opté d’ignorer Dieu dans leurs démarches ; ils ne croient qu’à leur expertise (raison), quoique se réclamant croyants (musulmans ou chrétiens) ; oui, ils ont mis ‘’Dieu entre parenthèses’’ et ont délibérément choisi les libres-penseurs (agnostiques et autres incrédules), comme guides, modèles et maîtres à penser. Comment pourraient-ils donc agencer une cité juste et nous faire accéder à l’émergence véritable ?

  2. Quel prétentieux! il se croit Thomas Sankara ou Nelson Mandela. Ce type ne fait foule (et quelle foule) qu’à Ziguinchor, à la place de l’obélisque et dans la banlieue dakaroise. A Kaolack, il est passé en plein marché central en plein jour. Et c’est la même chose presque partout. Il a été à Ziguinchor à deux reprises en l’espace de deux semaines.Et pourtant, il n’a pas encore fait le nord et le sud-est du pays. Il sera très surpris le soir du 24/2.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here