chers compatriotes,
deux constats:
– dans notre pays, nous n’avons pas une culture de suivi et d’exigence de traitement rigoureux des scandales d’Etat. C’est pourquoi les dizaines de scandales qui accompagnent la gouvernance publique tombent vite dans l’oubli, et le cycle continue de plus belle, sans qu’aucune conséquence n’en soit tirée;
– En tant qu’élu parlementaire, nous devons nous appliquer une rigueur sans faille dans la gouvernance de l’Assemblée nationale, avant que d’exiger cette même rigueur au gouvernement dont nous devons contrôler l’action.
Pour ces deux raisons, j’ai pris le soin de démarrer mon mandat parlementaire, non pas par une question écrite au gouvernement (nous en ferons beaucoup), mais par la lettre ci-jointe, adressée à monsieur Moustapha Niass, président de l’Assemblée nationale.
je la partage avec l’opinion, comme j’aurai à le faire régulièrement, pour que nul n’en ignore.
j’en profite pour vous annoncer, maintenant que les obstacles juridiques sont levés, la cérémonie prochaine de dédicace, à Dakar, de mon ouvrage sur le bradage de nos ressources pétrolières intitulé “PETROLE ET GAZ DU SENEGAL: CHRONIQUE D’UNE SPOLIATION”
bonne année à tous!

Dakar, le 27 septembre 2017
Objet : Dette fiscale de l’Assemblée Nationale
Monsieur le President,
Je vous adresse la présente pour deux raisons principales :
– En tant que députés, nous serons amenés dans les tout prochains jours a interpeller le gouvernement, entre autres, sur sa gouvernance et la conduite de l’action publique dont il a la charge. Le principe voudrait, pour notre crédibilité, qu’on commence par faire le ménage en notre sein d’abord.
– La treizième législature vient d’être installée, sous un folklore qui jure d’avec votre discours inaugural empreint d’une grande solennité.
Dans ce discours, prononcé à grand renfort de citations d’auteurs francais, de rappels historiques, voire même bibliques, vous avez largement mis l’accent sur les notions de responsabilité, de conscience et de discipline des parlementaires avec, en prime, des menaces a peine voilées contre les contrevenants éventuels.
Nous voulons bien vous accorder une présomption positive, monsieur le président, mais pas sur parole simplement. Vous conviendrez avec nous que tout nouveau depart doit etre assis sur des bases saines parce que assainies. C’est pourquoi, vous prenant au mot, je vous interpelle sur la situation fiscale de l’Assemblée Nationale.
L’année dernière, à pareille époque, je soulevais un cas patent de détournement fiscal impliquant l’institution, que vous présidiez. Ces infractions répétitives avaient occasionné des redressements fiscaux des services compétents qui, a la date du 23 mai 2016, s’élevaient à un montant de six milliards cinq cent quatre vingt neuf millions sept cent huit mille neuf cent soixante quatorze (6 589 708 974) francs CFA décompose ainsi:
Or, dans votre communiqué paru dans les colonnes du quotidien “l’Observateur” du 24 mai 2014, vous affirmez notamment que cette dette fiscale était héritée et ne s’élevait qu’à seulement 120 809 722 de francs CFA.
Nature d’impot

Montants

Retenues a la source 3 909 037 163
TVA precomptee 2 680 671 811
Total dette fiscale 6 589 708 974

Il s’agit là d’une fraude fiscale caractérisée, passible de sanctions fiscales et pénales conformément aux dispositions du code general des impots ; d’autant qu’elle porte sur des impôts retenus sur les salaires et émoluments du personnel, des députés et des prestataires, ou de la TVA précomptée a vos fournisseurs, dont le reversement n’a pas été effectué.
Monsieur le président, a l’orée de cette nouvelle législature, je souhaiterai, en tant que députée, avoir l’assurance que de tels manquements graves à la gestion publique ont été correctement traités et ne se reproduiront pas.
Aussi, vous plaira-t-il de répondre aux questions suivantes:
1- Quel est le montant exact du passif fiscal dont la nouvelle législature pourrait hériter de celle écoulée et dont vous étiez le Président ;
2- Quel traitement avez vous consacré à son apurement ;
3- Les responsabilités de ces manquements ont-elles été situées et, le cas
échéant, quelles sanctions avez vous diligentées
4- Quelles précautions avez-vous prises pour que ce honteux episode dit de “l’impôt des députés” ne se reproduise sous la 13eme législature
Puisque l’heure est à la mise en place de commissions ad-hoc, notamment pour combattre l’absentéisme parlementaire, monsieur le Président, j’estime que cette affaire, plus que toute autre, mérite d’être prise en charge par une commission ad hoc car l’institution parlementaire doit être l’exemple achevé de civisme fiscal.
Me réservant le droit de saisir le gouvernement d’une question écrite pour ma propre gouverne et pour éclairer la lanterne de mes mandants (les citoyens sénégalais) sur cette question qui les intéresse au plus haut point vues les passions qu’elle avait déchaînées, je vous souhaite bonne réception de la présente et vous prie, Monsieur le Président, d’agréer l’expression de mon respect.
Ampliation :
– SG Assemblee Nationale
Ousmane SONKO, Depute 13eme Legislature 2017-2022
A
Monsieur le President de l’Assemblee Nationale du Sénégal
Place Soweto, BP 86 Dakar_Senegal

PARTAGER

6 Commentaires

  1. Des yeux larmoyants, une poitrine légère , voilà conséquences du sentiment indescriptible qui s’est empare de l’entièreté de mon être à la lecture de ce texte qui, aussi bien dans le fond que dans la forme, me fait renouer avec l’espoir et la confiance dans le sursaut de l’homo senegalensis.
    BRAVO M. SONKO, NE NOUS FAITES SURTOUT PAS REGRETTER D’AVOIR PLACÉ NOS DERNIERS ESPOIRS EN VOUS AU MOMENT DE GLISSER UN BULLETIN DE VOTE DANS L’URNE LORS DES DERNIÈRES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES . QUE LE TOUT PUISSANT GUIDE VOS PAS ET VOUS PRÉSERVE.

  2. Merci infiniment cher député Sonko. L’homo senegalensis est en train de se ressusciter avec vous. Le député senegalensis d’antan est en train de se ressusciter avec vous. Le rôle noble du député tout court est en train de se ressusciter avec vous. Voilà toute la différence entre un homme illustre haut fonctionnaire vastement expérimenté (donc bien outillé et dans la conception et dans la pratique) élu député VERSUS un berger analphabète sans aucun diplôme ni qualification pris dans la brousse des militants pour être investi et élu député. Le premier, comme vous, comprend sa mission et en qui il est redevable et a les moyens intellectuels pour remplir pleinement son rôle. Le second, né comprenant même pas sa mission, va ajouter de la fièvre aux décibels de l’applaudimètre car il ne comprend tout simplement rien et ne peut jamais produire ce que le premier produit. Il se résigne alors aux insultes.
    Merci Député du Peuple SONKO. Je suis extrêmement fier d’avoir voté pour vous. Ils vous ont radié de vos fonctions hautement mérités. Allah et le Peuple vous ont donné un poste de député, encore plus noble et plus exaltant.

  3. Merci Sonko. Nous Somme très peu à avoir une mémoire soutenue des scandales innombrables de ce président minable et pitoyable. Merci de faire le rappel pour la majorité à la mémoire courte.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here