Pape Alé Niang revient sur la crise au PS et fait des révélations croustillantes.

 

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Pape Ale verse dans le sentimentalisme en utilisant sa proximite avec khalifa sall . Il n’y a pas de sentiment dans la politique . La meilleure protection c’est d’etre propre avant de s’y lancer .

  2. Pape Alé Niang ferait mieux de nous parler du fond de ce dossier. Jusqu’à présent Khalifa Sall ne nie pas être fautif dans l’affaire de la Caisse d’avance. Il est prouvé sur toute la ligne qu’il y a bel et bien un détournement systématique de deniers public. Tous les documents comptables du dossier et tous les témoignages accablent Khalifa Sall. Donc l’argument politique (comme tient malhonnêtement à le dire Pape Alé Niang) ne tient pas la route. Les amis sincères et les proches de Khalifa sont en train en ce moment même de réunir le montant du préjudice subi pour payer la caution. Ils savent qu’avec un tel dossier Khalifa Sall sera lourdement condamné s’il va en procès. C’est ça la réalité. Donc venir dire que Khalifa Sall n’est pas le seul maire à avoir détourné la Caisse d’avance est une défense faible et accablante. Et dès lors que son procès est programmé, il n’a aucune condition à poser en tant que prévenu sur la levée de son immunité parlementaire. Niass lui opposera sûrement et avec raison une fin de non recevoir. Les avocats de Khalifa Sall sont vraiment nuls. Tous les actes qu’ils posent depuis le début de cette affaire sont incroyablement contradictoires avec le droit et le contenu du dossier. Ils défendent Khalifa Sall dans les médias alors qu’il faut le défendre au tribunal et dans le fond du dossier. C’est une manipulation de ses propres avocats. Même leurs collègues a Dakar ne les comprennent pas et ils le disent tout haut. Eux et d’autres gens comme les Pape Alé Niang, Barthélémy Dias, Bamba Fall, Sidy Lamine Niass, Moustapha Sy et consorts ont une grande part de responsabilité dans l’emprisonnement de Khalifa Sall. Ils l’ont enfoncé dans son refus de payer la caution et de s’entêter dans la thèse politique.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here