Comment faire de la publicité sur xalima.com ?


Publie le: Lundi 15 juillet, 2013

Parfum de transaction dans la libération, des 9 démineurs: l’Etat vers une rançon aux rebelles, l’armée en colère

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

Dans sa livraison Le Quotidien décèle un ‘’parfum de transaction’’ dans la libération, vendredi, des 9 démineurs retenus par César Atoute Badiate et titre : ‘’Atoute rançon !’’.

Et le journal écrit : ‘’L’armée sénégalaise n’a jamais digéré les faveurs octroyées aux rebelles de la Casamance. Elle a toujours déploré le fait que l’Etat engraisse ses ennemis qui se retournent contre les soldats loyalistes ».

Il ajoute:  »Et aujourd’hui encore, les dents grincent du côté de l’armée dans la mesure où l’Etat a non seulement entretenu les otages et payé leurs ravisseurs pour leur libération, mais il a dû aussi renoncer à certaines zones qu’il préfère laisser au seul contrôle des indépendantistes’’.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous


A propos du site ou journal

2 Commentaires
Participer au forum
  1. Sadaga Diop dit :

    Si le Gouvernement du Sénégal accordait aux rebelles une seule de leurs exigences, ce serait une grande forfaiture, à fortiori s’il leur avait donné une aide, de quelque nature que ce soit !
    Un grand pays comme le nôtre ne doit pas se laisser mener par le bout du nez, (du fusil) par l’équivalent d’un seul Régiment d’une armée moderne !
    Quand j’ai écouté il y a quelques semaines notre Babacar Justin N’diaye, national, j’ai cru m’entendre!
    En effet, le Sénégal doit enfin faire ce que font tous les pays du monde où un ou des groupe de personnes se sont levés pour massacrer, piller, armes à la main pour une revendication régionaliste pour une indépendance.
    Nous devons donner carte blanche à notre Armée comme les Espagnoles l’on fait avec l’ETA, les Français avec le FLNC (Corse) les Colombiens avec les FARC.
    Dans un de mes articles, j’ai eu à attirer l’attention sur le fait que le MFDC ne pouvait affirmer vouloir déposer les armes pour une négociation dans la perspective d’une paix durable et en même temps réorganiser son Etat-Major en nommant un nouveau « Général » chargée de cette réorganisation, tout en accentuant la communication à l’extérieur!

  2. Sadaga Diop dit :

    suite : A quoi bon avoir créé, former, entretenir dans notre pays des éléments comparables à ceux du GIGN Français, des commandos spéciaux, si ce n’est pour des opérations dans le cadre de la sécurité intérieur ? Qu’attend notre pays pour aller cueillir les éléments bandits du MFDC?
    Attendrait-on que des ennemis venus de la Tasmanie ou d’ailleurs fassent des otages au Sénégal pour en savoir d’avantage sur la pertinence ou pas de ces forces spéciales qui s’entraînent depuis des années ?
    Nos forces spéciales sont capables d’être larguées par groupes de dix sur un cercle d’un rayon de deux kilomètres tout autour de la base de regroupement des rebelles, s’y planquer pendant des jours afin de capturer les principaux éléments ou les anéantir comme le plus toutes les grandes démocraties du monde moderne.
    Ce ne sont pas quelques centaines de bandits déguisés en rebelles, le plus souvent sans chaussures ni vêtements adéquats qui vont tenir tête à des professionnels comme nos Diambars des services spéciaux quand même !
    Si ces messieurs étaient incapables de mener des missions spéciaux, inutile alors de les entretenir, c’est aussi simple !

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK
Lire les articles précédents :
madiorfall
[Souvenir] Salut, Red Chef !

  15 JUILLET 2012-15 JUILLET 2013 Ce jour-là «Ne vous inquiétez pas, je serais là pour vous recueillir. Je ne...

Fermer

Parfum de transaction dans la libération, des 9 démineurs: l’Etat vers une rançon aux rebelles, l’armée en colère