XALIMANEWS- Dans l’optique d’accroître la valeur ajoutée de ses produits halieutiques Le Sénégal doit œuvrer à promouvoir la labellisation des pêcheries et développer une marque « made in Sénégal », selon le directeur des Industries de pêche, Diène Ndiaye.

A l’en croire, cette approche sera bénéfique à l’économie et conforme aux principes du commerce équitable.
D’après lui, pour sauvegarder l’agrément national à l’exportation, « il faut mettre en place des programmes d’investissement structurants, la professionnalisation des métiers de la transformation et du mareyage et un renforcement des capacités ».

La labellisation ou l’éco-certification des pêcheries est une étape ultime d’achèvement des processus d’assurance qualité, a indiqué Diène Ndiaye.

A cet égard, « il faut garantir le contrôle qualité, les conditions de production, de manutention, la dotation de camion frigorifique, le renforcement des bonnes pratiques, la mise à niveau des entreprises mais également, engager des processus d’aménagement de pêcheries », dixit Diène Ndiaye.
Ainsi, l’ensemble de ces atouts devrait être mis à profit pour au moins accompagner les produits sur les marchés de consommation pour que le « made in Sénégal » permette d’accroître la valeur ajoutée du secteur ainsi garantir, de meilleurs revenus pour les acteurs de la pêche ajoute-t-il.
Cela nécessite « nécessairement » une réorganisation et un renforcent de la gouvernance locale à travers les comités locaux de la pêche artisanale (CLPA).

« La cogestion est le principe qui vaille pour accompagner le processus de développement des pêches » selon le directeur des Industries de pêche.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here